Réparer les vivants de Maylis de kerangal

D’abord il y a eu ce titre que j’ai trouvé magnifique  (j’ai découvert dans le livre que c’était une référence à un autre texte).

Un thème difficile mais que je trouvais hyper intéressant.

Et puis tous ces louanges, ces prix.
Tout m’attirait et j’ai donc attendu avant de me sentir prête,  de peur d’être déçue.
Au final je ressors vraiment partagée de cette lecture.

Il y a de la puissance, une écriture hyper maîtrisée et très belle par moments, un sujet dont l’auteur semble s’être vraiment bien accaparé les difficultés et aspects techniques,  tout cela fait que je reste impressionnée.

Mais il y a aussi ces longues énumérations, ces passages très longs sur certains personnages qui m’ont semblée du remplissage et que j’ai même sauté tant ils m’ont semblé vide de sens avec le sentiment d’être toujours face au même procédé stylistique (longues énumérations,  mêmes mots et adjectifs qui reviennent).

Il y a aussi cette écriture très forte et magnifique par moment et en même temps très froide.
Tout cela fait que je suis parfois restée en lisière de ce récit.

Il y a néanmoins ce sujet très lourd et compliqué et la façon de le traiter que je retiens. Une manière parfois très médicale voire scientifique et en même temps hyper littéraire.

C’est donc un texte qui est loin de m’avoir laissée indifférente,  qui m’a un peu agacée parfois, sûrement parce que j’en attendais davantage.

Ce n’est pas un livre qu’on lit le coeur léger au bord de la piscine.

image

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

L’océan de Dominique A. pour la radio des blogueurs

Parce que j’ai vu qu’on pouvait participer plusieurs fois (merci chouyo) à la radio des blogueurs.

Parce qu’il fait partie de ceux que j’écoute depuis très longtemps, parce qu’il fait partie des artistes français que j’admire vraiment et totalement (ils sont peu), parce que j’aime par dessus tout sa modestie, parce qu’il m’accompagne avec sa voix et ses mots, parce qu’à chaque nouvel album je me laisse emporter par quelques titres que j’écoute en boucle sans jamais me lasser, parce que ce titre-là en fait partie, parce que ce titre l’océan, parce que c(s)es mots…

Parce qu’ici en plus c’est filmé dans le musée d’Orsay , parce que cette version live est belle (même si je préfère quand même la version studio), parce que ces violons-là me tirent des larmes d’émotion, parce que c’est juste l’évidence, parce que…

Ecoutons l’océan… (ça me fait d’ailleurs penser que son dernier livre s’appelle « Regarder l’océan » et qu’il faut que je lise..)

En plus, vous en aurez 2 pour le prix d’un avec Eléor (titre de l’album également).

Et puis si vous en voulez encore, un petit live par ici

Je crois que je vais continuer à vous abreuver de musique tout l’été… à suivre, une « boule » (suspense…)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

#lesmotsquildit « C’est quoi ça ? »

#se souvenir des belles choses

Nous sommes donc rentrés dans l’ère des questions sans fin et on entend depuis quelques jours à longueur de journée, c’est quoi ça ?

Quand on est dans le métro et qu’il montre tous les gens en disant « c’est quoi ça ? », on s’imagine les prochaines étapes de la honte.

Ses premiers mots du matin (après Maman) sont « manger gateau queshua » (chocolat)…

Ce qui me rend toute mièvre

  • Quand il dit « c’est bazar » (bizarre)
  • Quand il parle des « grosses camions » mais aussi des « petites poitures » et quand il dit « i est petite, i est toute petite », je dois admettre que je fonds.
  • Quand il dit « tout seul »
  • Quand il parle de ses cousins en les nommant, quand il crie « coucou Mamie » au téléphone
  • Quand il faut faire des « gobettes » (gomettes)
  • Quand en arrivant au restaurant indien, il crie « manger nan »
  • Quand il dit « mettre body » (pour lui tous les vêtements sont des body)

La liste des verbes qu’il emploie s’est considérablement allongée : nettoyer, essuyer (sa nouvelle passion du moment), tourner, danser, écouter chanson, manger queshua, griffer (hum, quelques accès de violence qui reviennent…), rigoler, pleurer, bailler, boire, glisser, tomber, dessiner, gonfler ballon… (ça fait longtemps que j’ai arrêté de les noter)

Il continue de dire « i glisse, i tourne… », je ne sais pas quand le « je » fera son entrée.

Dessiner pelleteuse

« Dessiner pelleteuse »

Des bruits dont il avait l’habitude se mettent à l’impressionner et voire même lui faire peur. Il est capable de reconnaître le bruit du camion poubelle, des pompiers ou a moto entre mille. Tout comme il reconnait une chanson parfois même avant moi.

Sa nouvelle obsession (en plus des véhicules), c’est les minions… Il a déjà regardé quelques extraits (la première fois qu’on lui montre des petites vidéos).

Dessiner Minion

« Dessiner Minion »

Il aime aussi beaucoup regarder les imagiers et nommer tout ce qu’il voit et je suis impressionnée par tous les mots qu’il connait (la mère fière..).

Il n’est définitivement plus un bébé et bizarrement, moi qui ne l’ai jamais appelé comme ça me met à lui dire « mon bébé »…

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

Sufjan Stevens pour la radio des blogueurs

Parce que chouyo m’a dit de venir, parce que j’aime bien chouyo et aussi parce que j’aime la musique (un peu quand même), parce que depuis que j’ai (enfin) découvert Sufjan Stevens, je suis comme envoutée, j’écoute autre chose bien sûr (pleins ) mais j’ai comme un besoin de revenir à sa voix, ses mélodies, ses arrangements, ses mots, bref, il n’y a pas d’autre mot, je suis littéralement envoutée.

C’est donc MA découverte de l’année. Avec Carrie & Lowell dont j’ai déjà parlé ici.

Là, j’ai choisi  « Illinois » (qui s’appelle en fait « Come on feel the illinoise »), un album qui date de 2005. Les chansons de l’album ont des titres à rallonge (genre « A Conjunction of Drones Simulating the Way in which Sufjan Stevens Has an Existential Crisis in the Great Godfrey Maze« ), elles font référence à des villes comme Chicago ou à des États. Avant cela il avait enregistré « Michigan » et il a dit vouloir enregistrer 50 albums, un pour chaque État. Oui, ce gars est fou… ou un génie, au choix. Ou les deux.

Il y a encore tout pleins d’albums que j’ai à découvrir, j’y vais pas à pas me délectant de chaque découverte (je n’aime d’ailleurs pas tout mais certains titres sont des pépites)

Et j’ai la chance d’aller le voir jouer live en septembre, je peux m’attendre à ça (quand je vous dis qu’il est fou…)

 

1355751965-img_9911

ou à ça

 

J’ai hâte !!

Retrouvez ici  la radio des blogueurs.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page