Les liens de la semaine #55

P1020317

Ma sélection à lire cette semaine…

2 blogs à aller visiter :

Et un compte twitter à suivre de toute urgence : celui de Rithy Panh qui diffuse des images fabuleuses (peintures, photos…)

Permalien de l'image intégrée

Et une dernière image pour rire, if it’s good moisi…

La promesse de l’aube de Romain Gary illustrée par Joann Sfar

2014-04-15_150645

Voici une occasion magnifique de relire La promesse de l’aube (pour mémoire le premier livre chroniqué sur ce blog), illustrée ici par Joann Sfar et sortie début avril pour le centenaire de la naissance de Gary (le 8 mai).

Je remercie vivement les éditions Futuropolis de m’avoir envoyée ce très bel objet de plus de 500 pages et qui pèse plus de 2 kilos (pas toujours évident à lire au lit) !

« Oui, Romain Gary a toujours été mon héros, et mon bouclier contre une certaine médiocrité », avoue Joann Sfar.

Ce fut une grande joie de relire ce texte agrémenté des très belles illustrations de Sfar, pour certaines directement inspirées des photos de Gary (il y en a assez peu, j’ai l’impression de toutes les connaître déjà et de les reconnaître facilement), pour d’autres sorties de l’imagination du dessinateur.

Difficile de n’en choisir que quelques unes tant elles accompagnent les mots de Gary avec force. Je trouve que Joann Sfar a su si bien capturer et retranscrire la mélancolie de l’auteur !

(désolée pour la qualité des images…)

PicMonkey Collage222

PicMonkey Collage5555

PicMonkey Collage888888

J’ai relu ce texte magnifique avec beaucoup d’émotion, avec parfois l’impression d’avoir Gary tout à côté de moi.

[Pour mémoire, dans ce livre, l'auteur raconte sa vie de façon romancée et plus particulièrement sa relation à sa mère, celle qui l'a fait devenir celui qu'il est mais aussi celle qui l'a aussi étouffé, une vraie mère juive. Un concentré d'humour, de tendresse, de douce ironie, tout Gary en un seul livre.]

En cette année qui fête le centenaire de la naissance de l’auteur, il y a pleins de choses qui se passent, allez voir sur mon blog dédié à Gary.

Le monde de Downton abbey – Jessica Fellowes

Voici un livre sur les dessous du tournage de la fameuse série.

Si vous êtes fan de cette série purement british comme je le suis, vous devriez aimer ce livre !

La mise en page est très soignée. Le livre fait la part belle aux illustrations, contient de très belles photos et pleins d’infos (sur le tournage mais également sur la période des années 30 en Angleterre).

J’y ai découvert entre autre que celui qui a écrit la série (et qui signe ici la préface) est le même que celui qui a écrit le film Gosford Park (réalisé par Altman), ce que je comprends mieux car cette série m’a toujours fait penser à ce film absolument génial. Maggie Smith jouait d’ailleurs déjà dans le film !

voir la bande annonce du film

On y apprend également que le tournage dans les cuisines ne se fait pas dans le manoir mais dans un studio à Londres.

Une façon de prolonger de façon tout à fait délicieuse le plaisir de la série !

PicMonkey Collage da2

Juke box et (Re)play ! de Jean-Philippe Blondel

De cet auteur, j’ai lu Et rester vivant qui m’avait touchée au coeur et 06h41 qui m’avait plus laissée sur la touche.

Recherchant des livres sur le thème de la musique, je me suis rendue compte que c’était un thème assez récurrent dans les livres de cet auteur (pour mémoire dans Et rester vivant, le narrateur part en Californie à Morro Bay parce que cela lui évoque une chanson de Lloyd Cole qu’il adore), je suis donc tombée sur ces deux romans que j’ai eu envie de lire (au secours, travailler en bibliothèque est un piège….)

A propos de Juke Box

A travers des chansons qui ont marqué leur époque (de « j’ai encore rêvé d’elle » à « quand la ville dort » de Niagara en passant par « Macumba » de Jean-Pierre Mader pour les années 80/90), le narrateur raconte son histoire depuis son enfance dans les années 70 jusqu’à aujourd’hui. Son histoire est marquée par plusieurs drames, il perd ses parents et son frère brutalement alors qu’il a 20 ans.

Il vit alors une histoire d’amour troublée à trois, fuit cette histoire, part voyager, se cherche, se retrouve très seul avant de rencontrer enfin la femme avec laquelle il aura deux enfants. On le quitte à ce moment de stabilité alors qu’il a réussi à reconstruire sa propre famille.

Je sais par ma lecture de Et rester vivant, récit autobiographique dans lequel l’auteur raconte ces drames qu’ici aussi c’est sa propre histoire qu’il raconte. Avec ici beaucoup de suggéré, d’allusions plus que de faits vraiment racontés. J’ai été totalement touchée par cette façon de se raconter, à travers des chansons qui ont marqué leur époque et qui ont laissé une empreinte sur lui-même mais aussi sur chacun de nous. Certaines chansons sont liées à des souvenirs d’un moment précis, d’autres sont plus liées à une période. Les chansons de notre passé ont un pouvoir évocateur indéniable… J’ai particulièrement aimé quand l’auteur insère dans son texte des extraits des paroles en les détournant souvent, je me suis prise au jeu de les chercher ensuite.

Le fait que je connaissais déjà l’histoire de l’auteur m’a permis de mieux comprendre ce qu’il a pu vivre ou ressentir même si c’est impossible d’essayer de se mettre à sa place. J’ai en tout cas été très émue par son histoire, traversée par de nombreuses zones d’ombre et de grande solitude et de désespoir. J’ai adoré les passages de la fin où il raconte à travers l’accouchement de sa femme comment il devient père, comment il se reconstruit, mais aussi comment il a eu besoin de faire 2 enfants pour retrouver une famille de 4 personnes. Il écrit avec beaucoup de simplicité, de justesse et de tendresse.

Pour moi, ce fut un moment de lecture profond rempli d’émotion et de nostalgie. C’est pour moi un très beau livre sur la résilience.

—————————–

Dans un autre genre, (Re)play ! est un roman pour adolescents dans lequel l’auteur raconte l’histoire d’un jeune lycéen en rupture amoureuse et donc désespéré (forcément). Il jouait dans un groupe de rock que la rupture a fait exploser mais qu’il décide de relancer parce qu’une célébrité de la musique vient dans son lycée et doit assister à un mini concert.

Ici, l’auteur sait très bien capturer les désordres de l’adolescence, il montre à quel point à cette période charnière certaines choses qui peuvent sembler anecdotiques prennent une place essentielle. C’est un livre profondément positif (mais un peu trop « gentillet » pour moi).

C’est un livre qui plaira aux ados fans de rock et qui rêvent de devenir des stars !

——————————-

Jean-Philippe Blondel est un auteur à découvrir assurément et que je relirai sans aucun doute, particulièrement ses textes autobiographiques.