▴▼ Instantanés #19 ▼▴

Une semaine difficile, avec un bébé malade, des obsèques mercredi. Au milieu, 1 journée et demi de travail…

Le club des lectrices s’est réuni dimanche midi pour élire le livre Prix des lectrices 2014. Au thé des écrivains qui est décidément un très bel endroit.

20150118_152012

J’ai mangé un cheesecake, pas aussi bien que ceux de She’s cake mais sympa quand même.

20150118_141323

Ma lecture du moment, une lecture doudou.20150109_090417

Un charlie hebdo se cache sur cette image.20150117_095310

Je nous souhaite une semaine plus sereine que les 2 qui viennent de passer.

 

Mes exigences de lectrice

J’ai besoin de calme pour lire, je suis incapable de me concentrer s’il y a du bruit. J’aime aussi savoir que j’ai du temps devant moi pour lire, je suis incapable de lire 5 minutes par ci 5 minutes par là.

J’aime lire allongée dans mon lit à la lumière naturelle. Si j’essaye de lire le soir dans mon lit, mes yeux fatiguent vite et je m’endors directement à moins que je plongée dans un livre vraiment passionnant.

Je n’aime pas lire assise (peut-être parce que je n’ai pas de fauteuil vraiment confortable).

Et je suis incapable de lire dans le métro ou dans les transports (encore moins en voiture, ça me rend malade).

Toutes ces conditions expliquent pourquoi je ne parviens plus à lire correctement ces derniers temps. Parce que je n’ai plus le temps de me mettre au lit une après midi avec plusieurs heures de lecture devant moi (et parfois une petite sieste au milieu).

Quelques endroits dans cet article me donnent envie, tout particulièrement  celui-ci

laurenconrad.com

ou celui-ci

planete-deco.fr

Et vous ?

 

Ces voix qui m’accompagnent #5 : Divine Comedy

20141018_211630Un artiste qui m’accompagne depuis presque 20 ans….

J’ai découvert Divine Comedy (alias Neil Hannon) avec l’album Casanova en 1996. Depuis j’ai tous ses albums (il en a fait 10) et je crois que c’est l’artiste que j’ai vu le plus sur scène, sans jamais m’en lasser. Difficile de choisir parmi toutes ses chansons.

Il est l’un des rares artistes dont j’attends le nouvel album avec impatience. J’aime son univers, sa voix, ses mélodies, ses instrumentations, son esprit tellement British (il est d’Irlande du nord) et son humilité.

Sur scène il est capable de créer une ambiance incroyable juste avec sa voix et son piano (mais aussi avec un orchestre philharmonique). Un artiste que j’admire vraiment. C’est un artiste complet, il écrit, compose et produit même sa musique.


Je vous ai déjà parlé de cette chanson, tellement littéraire, « The booklovers ». Elle est extraite de l’album Promenade qui date de 1994. Bref ce titre a 20 ans, c’est fou…

Il y a aussi « Tonight we fly », une chanson extraite également de l’album « Promenade ».

Et un extrait de « A short album about love », un album absolument parfait qui date de 1997, « If »

 

Et un extrait de son dernier album Bang goes the knighthood, « The complete banker »

Il sera en concert à la toute nouvelle philarmonie de Paris en février mais c’est complet de chez complet ! (et je n’ai pas pris de place…)

Encore un titre que j’adore et qui date de 1993 (extrait de l’album liberation) The Pop Singer’s Fear of the Pollen Count

Un adieu

Demain, j’assisterai à la crémation de quelqu’un avec qui j’ai partagé une maison pendant les 15 ans premières années de ma vie. Pas ma famille, mais un peu quand même, même si les liens s’étaient distendus ces dernières années.

Nous avons vécu au 1er étage d’une très grande maison, il y habitait avec sa femme au rez-de-chaussée.

Cette maison restera dans ma mémoire comme la maison du bonheur, parce que j’y ai eu une enfance très heureuse et que même s’il y a eu des moments sombres, j’en garde une grande nostalgie.

Je me souviens des barbecues dans le jardin, des fêtes du nouvel an où on dansait jusqu’à plus d’heure, des instruments de musique et des innombrables vinyles que Serge collectionnait. Des vacances que nous avons aussi passé ensemble. Nous vivions tranquillement en famille au 1er et au rez-de-chaussée, il y avait toujours du monde qui passait, de la musique, des engueulades aussi.

Cela me semble loin et si proche en même temps. Je suis heureuse d’avoir pu vivre ainsi un peu en communauté, avec ces personnalités hors du commun.

Serge était prof d’anglais et dingue de musique (du rock et du jazz). Il aimait voyager et était très sportif. Il n’avait pas toujours bon caractère mais je me souviens très bien de son sens de l’humour et surtout de son grand rire.

Parce que sa fin est terriblement triste, je serai auprès de lui demain.

Je n’ai pas de photo (utilisable) de lui, mais voici un beau souvenir, avec Janine, sa femme, décédée avant lui.

2015-01-13_135101

 

 

Dans la nuit et dans l’espérance, par Martin Luther King

« Aujourd’hui dans la nuit du monde et dans l’Espérance de la Bonne Nouvelle, j’affirme avec audace ma foi dans l’avenir de l’humanité.
Je refuse de croire que les circonstances actuelles rendent les hommes incapables de faire une terre meilleure.
Je refuse de croire que l’être humain ne soit qu’un fétu de paille ballotté par le courant de la vie, sans avoir la possibilité d’influencer en quoi que ce soit le cours des événements.
Je refuse de partager l’avis de ceux qui prétendent que l’homme est à ce point captif de la nuit du racisme et de la guerre que l’aurore radieuse de la paix et de la fraternité ne pourra jamais devenir une réalité.
Je crois que la vérité et l’amour sans condition auront le dernier mot effectivement. La vie même vaincue provisoirement demeure plus forte que la mort.
J’ose croire qu’un jour tous les habitants de la terre pourront recevoir trois repas par jour pour la vie de leur corps, l’éducation et la culture pour la santé de leur esprit, l’égalité et la liberté pour la vie de leur cœur.
Je crois également qu’un jour, toute l’humanité reconnaîtra en Dieu la source de son amour. Je crois que la bonté salvatrice deviendra un jour la loi.
Le loup et l’agneau pourront se reposer ensemble, chaque pourra s’asseoir sous son figuier, dans sa vigne et personne n’aura plus de raison d’avoir peur. »

Martin Luther King  – Extrait du discours du prix Nobel de la Paix (décembre 1964).

Crédit : Stéphanie Blake

Crédit : Stéphanie Blake