Mémé de Philippe Torreton

Un livre où l’acteur rend hommage à sa grand-mère normande adorée.

« Mémé, ça ne se dit plus, mais c’était ma mémé. »

meme2Un livre qui m’a replongée dans mon histoire personnelle. Parce que l’auteur nous parle de sa région d’origine qui est aussi la mienne par mon père, et parce qu’on a tous eu une grand-mère.

La mienne (celle du côté de ma mère, je n’ai pas connu ma grand-mère paternelle, décédée quand mon père était enfant) était née la même année que celle de Philippe Torreton, en 1914 et je l’appelais aussi mémé.

Ce livre nous parle de cette grand-mère d’un autre temps, d’une autre époque. Une grand-mère qui a travaillé dur toute sa vie à la ferme, une grand-mère pour qui rien n’était superflu, tout était nécessaire, se recyclait (une grand-mère écolo avant l’heure). Une femme qui s’est entièrement dévouée à sa famille et à ses enfants. A travers sa grand-mère, Philippe Torreton dresse aussi le portrait d’une époque, d’une vie simple et rurale.

J’ai déjà parlé de ma grand-mère, ma mémé, ici. Beaucoup de choses dans ce livre me l’ont rappelé, jusqu’à sa fin triste (avec la maladie de Parkinson).

Un livre-hommage plein de tendresse qui me donne envie de rendre hommage à mon tour à ma grand-mère, un petit bout de bonne femme au caractère bien trempé, qui savait tenir un commerce et auprès de qui j’ai passé toutes mes vacances, enfant.

Un livre évidemment plein de nostalgie mais qui est si doux à lire… Un beau texte sur la famille, sur la transmission.

« Mémé, c’est ma mémé, même si ça ne se dit plus. Mémé me manque. Ses silences, ses mots simples au Scrabble, sa maison enfouie sous les pommiers et son buffet d’avant-guerre. Ce texte est subjectif, partial, amoureux, ce n’est pas une enquête, ce n’est pas une biographie, c’est ce que j’ai vu, compris ou pas, ce que j’ai perdu et voulu retenir, une dernière fois. Mémé, c’est mon regard de gamin qui ne veut pas passer à autre chose. »

♫ Instantanés #3 ♫

Encore 15 jours avant les vacances, j’avoue, je compte les jours.

Cette semaine, il y a eu professionnellement de beaux moments, avec par exemple la rencontre avec un éditeur super chouette : le tripode. C’est l’éditeur qui publie notamment les livres d’Edward Gorey. J’ai lu en avant première la traduction de « A doubtful guest » qui donne « Un invité douteux ». Un grand plaisir !

J’ai aimé mon travail parce que je me suis sentie utile (accueillir des demandeurs d’asile, faire des ateliers de conversation en français.)

On a beaucoup lu de livres (tous ceux que je ramène de la bibliothèque et tous ceux qu’on a déjà) IMG_4006-1 (1) J’ai fêté les 40 ans d’une amie, c’est l’année… J’ai bu une bière en terrasse et ça, ça fait du bien. J’ai mangé des glaces, plein, et du Cantal, plein aussi, ramené par un collègue.

20140722_125051

♫ Une bonne semaine en somme ♫

Les liens de la semaine #61

Mes liens de la semaine !

  • Je ne connais pas Bagelstein mais ils sont plutôt drôles on dirait…

Mon fils et les livres [Tag littérature jeunesse]

Appelez-moi Madame m’a proposée ce tag spécial littérature jeunesse pour parler de nos enfants et des livres.

1) La bibliothèque de ton fils elle ressemble à quoi ?

Ce n’est pas encore une bibliothèque mais un rayonnage d’une étagère de sa chambre, au sol, comme ça il peut se servir tout seul. Il y a aussi des livres dans le salon où il passe plus de temps. Et puis surtout, il y a ceux que je ramène de ma bibliothèque tous les jours qui sont à part (et que je tente de préserver du « mâchonnage »)

2) Les trois livres qui ont le plus la côte en ce moment chez toi c’est quoi ?

Ca change très souvent, mais en ce moment, on adore « beaucoup de beaux bébés », il adore voir des photos des bébés qu’il embrasse !

« Un peu perdu » de Chris Haughton (et oui, encore une histoire de chouette)

« Ton histoire » de Jeanne Ashbé, un grand format cartonné où on découvre qu’avant d’être là, bébé était tout petit, dans le ventre. Un livre plein de tendresse. Là aussi mon fils adore embrasser les bébés dessinés.

Ton histoire de Jeanne Ashbé (Ecole des loisirs, Paris, France)

3) Ton fils, il aime bien bouquiner… 

On lit tous les soirs plusieurs livres avant d’aller au lit, c’est un véritable rituel et puis dans la journée, il feuillette tout seul, il tourne les pages, il appuie pour faire du bruit (les imagiers sonores), il mâchonne aussi beaucoup…

4) Quel est LE livre de ton enfance que tu as hâte de faire découvrir à ton fils ?

« La maison hantée », LE livre pop-up qui a accompagné toute mon enfance.

Et puis aussi, « La chenille qui faisait des trous » qui a aussi accompagnée mon enfance

5) Le livre de tes enfants que tu trouves le plus beau c’est…

Hum, pas encore trouvé…

6) Le dernier livre que tu as acheté,  c’était quoi ?

J’en emprunte beaucoup plus que je n’en achète (j’en ramène tous les jours de nouveaux…). Les derniers achats datent déjà, si bien que je ne sais plus…

7) La lecture avec ton fils ça se passe comment chez toi ? 

Tous les soirs, sur le canapé avant d’aller au lit, et à n’importe quel moment de la journée, j’adore ça !

☼ ☼ ☼

Voir mes autres articles sur le sujet : des livres pour les petites mains, les livres sur les hiboux

IMG_1535

Damon Albarn, cette voix qui m’accompagne #1

Si j’ai connu des périodes sans lectures dans ma vie, je ne me souviens pas avoir jamais rompu avec la musique.

Il y a ainsi des groupes qui ont accompagné ma vie et avec lesquels j’ai grandi. Je ne vous parlerai pas des Stones ou des Beatles (que j’écoute toujours) mais plutôt des groupes que j’ai découvert jeune et qui  font toujours de la musique aujourd’hui et que j’écoute toujours.  En gros on a grandi ensemble.

J’ai déjà raconté mon histoire avec Pulp & Jarvis Cocker. J’ai envie de vous parler d’un autre groupe de britpop (j’ai été élevée par cette musique là) et plus particulièrement du leader de ce groupe. Il faudrait aussi que je vous parle des Smiths, des Stone roses de Divine Comedy, etc. (Hum ça sent la série à venir).

Mais aujourd’hui, c’est de Blur et de Damon Albarn dont il s’agit.

Oui cet article va sonner un peu « ancien combattant »…

Blur je me souviens les avoir vu en concert au bataclan en 1994 il y a 20 ans…. je les aimais depuis leur 1er album et j’aimais la voix de Damon Albarn mais aussi le bassiste Alex James (oui, oui j’avoue « I had a crush on him »).

J’ai écouté les albums suivants du groupe.  J’ai écouté aussi et aimé les autres projets ou groupes de Damon Albarn : Gorillaz, The good, the bad & the queen mais sans jamais le revoir en concert.

Et puis il y a le dernier album de Damon Albarns, son premier solo, « Everyday robots » que j’écoute en boucle en ce moment.

J’ai de nouveau rendez-vous avec lui en live, au Casino de Paris en novembre (et il vient de passer à la salle Pleyel dans le cadre du festival days off). Can’t wait !

Allez encore un bon vieux Blur (avec Jean-Marc Barr inside) , ça sonne tellement anglais, j’adore…