L’océan de Dominique A. pour la radio des blogueurs

Parce que j’ai vu qu’on pouvait participer plusieurs fois (merci chouyo) à la radio des blogueurs.

Parce qu’il fait partie de ceux que j’écoute depuis très longtemps, parce qu’il fait partie des artistes français que j’admire vraiment et totalement (ils sont peu), parce que j’aime par dessus tout sa modestie, parce qu’il m’accompagne avec sa voix et ses mots, parce qu’à chaque nouvel album je me laisse emporter par quelques titres que j’écoute en boucle sans jamais me lasser, parce que ce titre-là en fait partie, parce que ce titre l’océan, parce que c(s)es mots…

Parce qu’ici en plus c’est filmé dans le musée d’Orsay , parce que cette version live est belle (même si je préfère quand même la version studio), parce que ces violons-là me tirent des larmes d’émotion, parce que c’est juste l’évidence, parce que…

Ecoutons l’océan… (ça me fait d’ailleurs penser que son dernier livre s’appelle « Regarder l’océan » et qu’il faut que je lise..)

En plus, vous en aurez 2 pour le prix d’un avec Eléor (titre de l’album également).

Et puis si vous en voulez encore, un petit live par ici

Je crois que je vais continuer à vous abreuver de musique tout l’été… à suivre, une « boule » (suspense…)

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

#lesmotsquildit « C’est quoi ça ? »

#se souvenir des belles choses

Nous sommes donc rentrés dans l’ère des questions sans fin et on entend depuis quelques jours à longueur de journée, c’est quoi ça ?

Quand on est dans le métro et qu’il montre tous les gens en disant « c’est quoi ça ? », on s’imagine les prochaines étapes de la honte.

Ses premiers mots du matin (après Maman) sont « manger gateau queshua » (chocolat)…

Ce qui me rend toute mièvre

  • Quand il dit « c’est bazar » (bizarre)
  • Quand il parle des « grosses camions » mais aussi des « petites poitures » et quand il dit « i est petite, i est toute petite », je dois admettre que je fonds.
  • Quand il dit « tout seul »
  • Quand il parle de ses cousins en les nommant, quand il crie « coucou Mamie » au téléphone
  • Quand il faut faire des « gobettes » (gomettes)
  • Quand en arrivant au restaurant indien, il crie « manger nan »
  • Quand il dit « mettre body » (pour lui tous les vêtements sont des body)

La liste des verbes qu’il emploie s’est considérablement allongée : nettoyer, essuyer (sa nouvelle passion du moment), tourner, danser, écouter chanson, manger queshua, griffer (hum, quelques accès de violence qui reviennent…), rigoler, pleurer, bailler, boire, glisser, tomber, dessiner, gonfler ballon… (ça fait longtemps que j’ai arrêté de les noter)

Il continue de dire « i glisse, i tourne… », je ne sais pas quand le « je » fera son entrée.

Dessiner pelleteuse

« Dessiner pelleteuse »

Des bruits dont il avait l’habitude se mettent à l’impressionner et voire même lui faire peur. Il est capable de reconnaître le bruit du camion poubelle, des pompiers ou a moto entre mille. Tout comme il reconnait une chanson parfois même avant moi.

Sa nouvelle obsession (en plus des véhicules), c’est les minions… Il a déjà regardé quelques extraits (la première fois qu’on lui montre des petites vidéos).

Dessiner Minion

« Dessiner Minion »

Il aime aussi beaucoup regarder les imagiers et nommer tout ce qu’il voit et je suis impressionnée par tous les mots qu’il connait (la mère fière..).

Il n’est définitivement plus un bébé et bizarrement, moi qui ne l’ai jamais appelé comme ça me met à lui dire « mon bébé »…

 

 

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

Sufjan Stevens pour la radio des blogueurs

Parce que chouyo m’a dit de venir, parce que j’aime bien chouyo et aussi parce que j’aime la musique (un peu quand même), parce que depuis que j’ai (enfin) découvert Sufjan Stevens, je suis comme envoutée, j’écoute autre chose bien sûr (pleins ) mais j’ai comme un besoin de revenir à sa voix, ses mélodies, ses arrangements, ses mots, bref, il n’y a pas d’autre mot, je suis littéralement envoutée.

C’est donc MA découverte de l’année. Avec Carrie & Lowell dont j’ai déjà parlé ici.

Là, j’ai choisi  « Illinois » (qui s’appelle en fait « Come on feel the illinoise »), un album qui date de 2005. Les chansons de l’album ont des titres à rallonge (genre « A Conjunction of Drones Simulating the Way in which Sufjan Stevens Has an Existential Crisis in the Great Godfrey Maze« ), elles font référence à des villes comme Chicago ou à des États. Avant cela il avait enregistré « Michigan » et il a dit vouloir enregistrer 50 albums, un pour chaque État. Oui, ce gars est fou… ou un génie, au choix. Ou les deux.

Il y a encore tout pleins d’albums que j’ai à découvrir, j’y vais pas à pas me délectant de chaque découverte (je n’aime d’ailleurs pas tout mais certains titres sont des pépites)

Et j’ai la chance d’aller le voir jouer live en septembre, je peux m’attendre à ça (quand je vous dis qu’il est fou…)

 

1355751965-img_9911

ou à ça

 

J’ai hâte !!

Retrouvez ici  la radio des blogueurs.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

Ces livres lus dont je n’ai pas parlé

Je lis très très peu (et encore moins de romans qu’avant)… mais surtout je n’ai plus l’envie de parler de mes lectures ici comme je le faisais avant, ça ne fait plus sens.

Par contre, j’ai ouvert ce blog pour garder une trace de mes lectures. Alors voici encore quelques traces pour moi.

Eleanor & Park de Rainbow Rowell

Un livre sur un amour entre deux adolescents américains mais ce livre dresse surtout le portrait de 2 jeunes malmenés par la vie. Je l’ai lu parce que ça se passe dans les années 80, ça parle de musique (les Smiths..), de cassette, de compiles de musiques échangées. Bref ça m’a rappelé avec un peu de nostalgie une époque où le portable n’existait pas  (ma jeunesse quoi…) ! Après j’ai trouvé que le contexte des années 80 était en toile de fond mais au final l’histoire aurait pu se dérouler aujourd’hui. C’est en tout cas un bon roman « jeune adulte », touchant parce que ça va bien au delà de l’histoire d’amour, et il y a même des passages assez durs.

Chambre 21 et Mon amour, de Julie Bonnie

Une auteur dont j’aime vraiment la plume et les thèmes qu’elle aborde : l’amour maternel, l’art, les relations amoureuses, la musique. Des portraits de femmes fortes et fragiles à la fois, des réflexions que je trouve très justes, qui résonnent en moi. Tout ce que j’aime ! Je ressors à chaque fois chamboulée par ses livres.

20 ans avec mon chat  de Mayumi Inaba

Un livre un peu singulier d’une poétesse japonaise qui raconte son histoire avec son chat, 20 ans auprès de lui. Le quotidien d’une femme écrivain et d’une passionnée de chat. Elle y décrit tout jusqu’au bout avec minutie (le chaton, la vie avec un chat, la maladie et la mort)

Debout, payé de Gauz

Un livre qui avait fait sensation lors de la dernière rentrée littéraire. Un texte fort, original. On suit le quotidien (et les pensées) d’un homme arrivé en France et qui exerce en tant de vigile dans les magasins de vêtements ou parfumerie. Beaucoup de réflexions intéressantes autour de la consommation mais surtout sur l’immigration, l’intégration. Un livre à lire !

Cet été-là de Jillian Tamaki et Mariko Tamaki

Un livre graphique écrit par deux cousines canadiennes. Une très joli BD sur l’adolescence, on y suit pendant un été, deux jeunes filles si différentes, on y voit aussi leur famille, leurs peines, leurs interrogations, leurs amours, leurs déceptions pendant 300 pages quand même. C’est très juste, les dessins sont expressifs et très « vivants ».

– la suite au prochain numéro –

 

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

Je suis toujours bibliothécaire, mais…

… je ne fais plus le même boulot depuis un mois et ça va être encore plus compliqué  d’expliquer ce que je fais.

  • Je ne travaille plus en bibliothèque.

Je travaille pour les services centraux des bibliothèques de la ville de Paris, donc au service de l’ensemble des bibliothèques, dans un bureau (climatisé, la chance)

  • Je fais du catalogage

Mais qu’est-ce que c’est ? Pour trouver un livre en bibliothèque, on peut le chercher dans les rayons mais quand il y a 100 000, c’est bien de pouvoir le trouver sur le catalogue pour savoir où il est rangé ! (on peut même chercher de chez soi d’ailleurs).

Pour chaque livre ou document, il existe une petite fiche, vous vous souvenez avant, c’était comme ça.

Maintenant, c’est en ligne.

Mon travail donc aujourd’hui, c’est de créer ces petites fiches sur le catalogue.

C’est donc un travail plus technique car il faut maitriser un langage qu’on appelle Unimarc avec des codes bizarres. Le catalogage, ça sert à décrire le document, mais aussi à l’indexer, il faut donc être capable de l’analyser pour pouvoir le faire (mais on triche pas mal, merci la BNF !)

Ca ressemble à ça

CapturePour le moment, la plus grosse différence avec avant (en plus de ne plus du tout être en contact avec le public), c’est que je traite des documents hyper différents.

Avant je bossais en adulte, et j’étais spécialisée en littérature, livres en langues étrangères et méthodes de langues. Maintenant, je peux cataloguer dans la même journée un album jeunesse, une bibliographie, une BD, un livre sur le cerveau (ou un sujet que je ne connais pas du tout), un livre en anglais, un fanzine, et même des vinyls ou des partitions (mais pour le moment je ne travaille que sur des « livres »).

Tout cela suppose un peu de gymnastique intellectuelle.

S’il y a certaines choses répétitives avec des codes bizarroïdes à répéter, il y a aussi ce travail d’analyse du document que je trouve bien intéressant. Et puis quand je tombe sur un bel album et bien j’en profite pour le lire :).

Pour le moment, le public ne me manque pas, mais après un mois sans ramener de livres à la maison, une virée en bibliothèque s’impose (I need des BDs et des Albums !).

ps : par contre, le gros changement (en plus de venir travailler à pied), c’est de devoir « badger » 4 fois par jour, j’ai tellement pas l’habitude que j’ai déjà réussi à perdre mon badge !!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page