Ces dates qui nous marquent malgré nous

Je ne me souviens pas de la date mais je me souviens que c’était le jour des résultats du bac, j’avais eu ma tante au téléphone qui me disait que mon grand-père paternel, mon « pépé boulanger », allait mal. Je suis partie au lycée voir les résultats du bac (je savais que je l’avais déjà car ma prof de français m’avait appelée pour me prévenir) et je suis rentrée pour apprendre que mon grand-père était mort. J’ai perdu mes 2 grands-père à 6 mois d’intervalles, c’était il y a presque 23 ans mais je me souviens de ce jour.

Je me souviens du 22 mai 2012, par contre, c’était un mardi, il faisait soleil sur Paris. Je rentrais d’un beau weekend à Liverpool, un weekend tourmenté cependant, j’étais enceinte mais très angoissée, je sentais que quelque chose n’allait pas. Le 22 mai, j’ai su quand j’ai entendu « ah » qu’il y avait un problème, ce « ah » résonne en moi depuis. J’ai su que l’enfant que je portais ne pourrait pas vivre. Le 1er juin, tout était finit.

3 ans déjà.

Je n’oublie pas. Comment peut-on oublier l’innommable ?

Certains diront que ça ne sert à rien de « ressasser », que c’était tôt dans la grossesse, que j’ai eu mon fils depuis. Ils ne savent pas. Certains préfèrent faire « comme si de rien n’était » et ne plus jamais en parler. Parce que c’est trop dur pour eux d’imaginer et que c’est plus facile ainsi.

Moi, j’ai cette blessure en moi et à l’approche de ces dates fatidiques, les larmes coulent, le coeur se serre et il continuera de le faire. Je le laisse se serrer, sans lutter. Parce que justement il ne faut pas oublier, parce que cela fait parti de ce que je suis et parce qu’elle est là, tout au creux de moi.

« T’écrire, ce n’est rien d’autre que faire le tour de ton absence. Tu es une forme vide impossible à remplir d’écriture. » – Annie Ernaux

« Toute vie achevée est une vie accomplie. De même qu’ une goutte d’eau contient déjà tout l’océan, les vies minuscules, avec leurs débuts si brefs, leur infime zénith, leur fin rapide n’ont pas moins de sens que les longs parcours. Il faut seulement se pencher un peu pour les voir et les agrandir pour les raconter.  » – F. Chandernagor

IMG_6950-1300x867

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

Instantanés #25

Ces dernières semaines, on a vaincu la varicelle, on a profité du beau temps quand il était là, on a été voir les orangs outangs et les hiboux à la ménagerie, on a fait des bulles et de la moto, on a escaladé des murets, on a fait du yoga, on a ramené des kilos de sable. Le parc est devenu notre deuxième maison et en fait, on aime ça.

IMG_6394

EsJPOv

20150504_105553 IMG_6488       IMG_6359

On a été choisir et essayer le cadeau des 2 ans, ça approche, je vous laisse deviner ce que c’est.

20150504_160807 On a mangé pleins de bonnes choses aussi.

20150514_162417

IMG_7222

Hum, les cheesecakes d chez She’s cake, avec un qu’on ne voit pas ici, pistache griotte, un délice !

On a aussi été voir l’expo David Bowie, avec un enfant en poussette, c’est clairement compliqué d’apprécier sachant que l’expo est toute petite et blindée de monde. On y voit Bowie le performer (enfin c’est ce que j’ai retenu du peu que j’ai vu) mais comme ce que j’avais pu lire ici et là, l’image qui ressort est assez « lisse », dommage. La philarmonie, wouah par contre !! IMG_6616 J’ai lu un très chouette livre, Mon amour, de Julie Bonnie. J’avais déjà beaucoup aimé son précédent, Chambre 2 (je n’en ai pas parlé sur ce livre, aaaah tous ces livres lus que je ne parviens plus à chroniquer….). Ce livre confirme que j’aime son écriture. Ici c’est l’amour maternel (entre autre) qui est évoqué avec cette phrase qui sonne si juste à mon oreille. « Je l’aime d’une façon qui n’existe pas, avec la force de la mer déchaînée ». 20150514_155648 On a lu pleins de livres, sur les camions (entre autre) et des imagiers. Merci ma Bibliothèque, ça va me manquer dans 2 semaines (je commence mon nouveau job plus tôt que prévu le 2 juin !!) 20150507_211156 On a écouté Blur qu’on va revoir en concert le 15 juin. La chanson préférée de Timothée est « Go out », il la reconnait dès les premiers accords ou en voyant la glace de la pochette.

Et on a ri. Ce fut doux.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

« Attention tête »

Ces petites phrases qui me font craquer.

« Papa i est caché, i est pas là, i est où ? »

« Possieur, possieur, i est parti ? »
« Pinpon pinpon, i est parti ? »
« Camion camion, i est parti ? I est gros, i est beau !! »
« Poto poto, i est parti ? »
« Poiture, poiture, i est parti  »

(possieur, c’est le monsieur, poto c’est la moto, poiture, la voiture !)

Après une phase obsession des animaux nous sommes rentrés dans la phase « obsession des camions ».

20150514_085540

un bébé, des voitures et un gâteau

« Attention tête »

« bébé dodo » « garçon dodo » « fille dodo »

(il reconnait les garçons des filles, mais comment fait-il ?)

« A pus » quand le paquet de gâteaux est vide.

(Monsieur est très gourmand)

Et il est toujours « poté » quand il se voit !

On est aussi rentrés en plein dans le « terrible two » et ce n’est pas toujours facile à gérer, crises de colères, tirages de cheveux & co…

Un passage obligé un peu pénible compensé par tous ces moments d’émerveillement de le voir grandir.

IMG_6359

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

☼ Mes premières comptines d’animaux ☼

20150427_124308

Un livre sonore avec des puces cachées dans les illustrations qui déclenchent les comptines.

Il y en a 6 : la fête à la souris, un éléphant qui se balançait, le lapin, petit escargot, madame hippopotame, petit poisson qui tourne en rond.

Je me faisais une joie de le recevoir car il y avait la comptine « un éléphant qui se balançait » qu’on n’arrête pas de chanter en ce moment. J’avoue avoir été un peu déçue quand je l’ai écoutée parce que la mélodie n’est pas du tout celle que je connaissais. Mais finalement je m’y suis faite et j’aime aussi les autres comptines qui changent un peu des autres livres de comptines qu’on a la maison.

Le son est de bonne qualité, la voix et les mélodies sont simples avec parfois des interventions d’enfants bien mignonnes. Les illustrations (de Raphaelle Michaud) ont un petit côté désuet plein de charme et j’aime tout particulièrement la typo utilisée.

Les autres livres de la même collection sont d’ailleurs tout aussi réussis !

Des petits livres sonores simples et efficaces (et qui ont l’air plus solides que les imagiers sonores Gallimard qui sont tous tombés en rade tour à tour)

20150427_124334Merci Babelio et les éditions Grund pour l’envoi de ce livre.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

Instantanés 24

Cette semaine, j’ai fêté mes 41 ans, un âge auquel j’ai du mal à me faire. Quand je lis des choses sur les quarantenaires et que je réalise que j’en fais partie, ça me fait tout bizarre.

J’avais posé ma journée et j’ai profité pour marcher seule dans Paris, quelque chose que je n’avais pas fait depuis une éternité, je suis rentrée avec quelques ampoules et après avoir mangé une glace Berthillon, me sentant plus légère (et pourtant un peu plus vieille).

20150422_122351

20150422_131942(1)

Cette semaine le chauffe eau a enfin été réparé, il était plus ou moins en panne depuis février, mais vraiment en panne depuis quelques jours. On réalise à quel point une bonne douche chaude peut faire du bien quand on s’en est passé pendant quelques jours.

20150427_091616

Cette semaine il a fait beau et c’était bon.

20150422_181617

Cette semaine, j’ai aussi beaucoup pensé à Pauline qui nous a quitté l’année dernière et qui aurait dû avoir 32 ans le même jour que moi. C’est difficile de se faire à son absence. Une de ses photos (elle était si douée).

206930_10150554383560333_7772047_n

Ce weekend ma meilleure amie était là et malgré le temps redevenu bien humide on a réussi à profiter de Paris ensemble, on a fêté mon anniversaire dans un restaurant cambodgien pas à la hauteur de La mousson où il faudra retourner pour retrouver les saveurs khmers. Mais c’était bon d’être ensemble et de savourer ces moments …

20150427_093359

…et en plus j’ai eu de la bonne bière artisanale et des tasses hiboux :)

Bonne semaine

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page