Littérature française

06h41 – Jean-Philippe Blondel

Capture-d’écran-2013-01-17-à-16.26.20

J’ai découvert Jean-Philippe Blondel avec Et rester vivant, un texte autobiographique qui m’avait beaucoup touchée.

J’ai eu envie de lire un autre texte de lui et comme son dernier roman était disponible à ma bibliothèque, je l’ai pris.

Je l’ai lu en une journée, je me suis laissée porter par ces 2 personnages qui se retrouvent dans le train de 06h41 après 27 ans, face à leurs souvenirs d’une courte liaison qui allait les marquer tous les deux.

Si j’ai aimé certains aspects de ce livre (les monologues intérieurs qui se répondent de façon indirecte, ces passages où chaque personnage nous fait part de ses pensées, souvenirs et surtout de ses doutes), je crois que j’en attendais néanmoins un peu plus.

Il y a quelque chose que j’ai trouvé un peu trop « facile »  ou « factice », par exemple  je n’ai pas vraiment été convaincue par le fait que l’héroïne ait décidé de la suite de sa vie comme ça si subitement dans le moment qui suit leur rupture.

Cependant, j’ai passé un très agréable moment avec ces deux personnages. Décidément l’écriture de Jean-Philippe Blondel est pleine de sensibilité et il sait très bien exprimer les regrets, les doutes et les questions qu’on se pose tous face à nos vies.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

7 réflexions au sujet de « 06h41 – Jean-Philippe Blondel »

  1. J’ai été un peu moins séduite aussi que pour « Et rester vivant » même si j’ai bien aimé ce roman quand même. Comme toi il y a certaines choses que j’ai trouvées un peu caricaturales notamment les changements radicaux des personnages : elle, renfermée et mal fagotée quand elle était ado devient une femme affirmée et séduisante, lui, beau mec ado qui devient un homme lourd et décrépi, je trouve le renversement et le parallélisme de ces transformations un peu caricaturaux. Sinon, j’aime vraiment les réflexions de chacun, cette complémentarité dont tu parles et cette façon qu’a Blondel de saisir l’adolescence.

    1. Oui ces revirements m’ont semblé aussi « factices » et caricaturaux, mais comme tu dis, ça reste un joli livre par d’autres aspects.

  2. Je l’ai lu avec plaisir, un roman qui se lit vite et bien. Je suis en train de lire Et rester vivant, dès le départ le texte est plus poignant. D’ailleurs chaque roman de BLONDEL est très différent je trouve.

  3. Je n’ai pas tout à fait ressenti ce côté caricatural, par contre j’ai moyennement apprécié la fin, j’attendais autre chose de moins vague.
    Pour ma part j’ai découvert cet auteur avec ce livre, je note donc de lire « Et rester vivant ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *