Littérature française

A la fin le silence // Laurence Tardieu

J’ai souhaité lire ce livre (que j’ai obtenu grâce aux matchs de la rentrée littéraire de price minister, je suis d’ailleurs bien en retard sur la publication de cette chronique, il me semble) juste parce que c’était Laurence Tardieu et que j’avais aimé la sensibilité de ses derniers romans, je ne savais rien du sujet de celui-ci.

 

Difficile de me prononcer sur ce livre qui m’a autant touchée qu’il m’a laissée de glace.

L’auteur y évoque les attentats du 7 janvier et toute la période qui a suivi jusqu’aux attentats du 13 novembre. J’avoue que le lire presque un an après les attentats du 13 novembre n’était sans doute pas la meilleure des idées, tant cela me replonge dans une douleur innommable.

Ce livre est l’occasion pour l’auteur d’évoquer d’un monde qui s’effondre, alors même qu’elle attend son 3ème enfant et que la maison de sa grand-mère (qui représente ses racines et même son « refuge ») est mise en vente.

Le début nous replonge dans l’horreur du 7 janvier et des jours qui ont suivi, son angoisse pour ses filles toutes proches des évènements, son sentiment d’incompréhension totale, son sentiment d’un monde qui se disloque. Les mots de Laurence Tardieu m’ont évidemment parlée, touchée mais je n’y ai rien trouvé que je n’avais déjà pensé (la peur, le sentiment d’un « non retour », d’une « bascule » dans l’horreur).

Elle évoque en même temps la vente de la maison familiale et là aussi la disparition de « son » monde. Je peux comprendre et me sentir proche de l’état d’esprit de l’auteur, j’ai bien ressenti ce qu’elle décrit lors de la vente de la maison de ma propre grand-mère, cependant, il y a quelque chose qui m’a gênée dans les mots de l’auteur. Autant ses mots sur les attentats sont universels, autant ceux concernant la maison m’ont semblé trop personnels et intimes pour m’y intéresser, j’avoue même avoir sauté de nombreux passages, touchée par l’ennui.

J’ai même trouvé certaines de ses réflexions mises en regard des attentats, totalement déplacées voire même limites indécentes.

Déception donc.

Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

4 réflexions au sujet de « A la fin le silence // Laurence Tardieu »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *