Challenges et lectures communes

[Avis de Sunsi] Brooklyn de Colm Toibin

Je prête de nouveau ces pages à Sunsi, qui a lu en même temps que moi, Brooklyn de Colm Toibin. Sa critique va à l’encontre de la mienne, elle a été, à l’évidence, touchée par cette jeune fille.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

C’est toujours un plaisir pour moi de rentrer dans un livre d’une autre époque ; je suis sûre de ne pas être tentée d’y chercher tout du long des similitudes avec mon quotidien. Le décor historique du livre Brooklyn est planté très vite avec en introduction la description de la vie d’une jeune femme, Eilis, dans les années 50 en Irlande. Il va sans dire que le respect des traditions y est encore de rigueur avec pour les femmes un destin unique, celui du mariage avec si possible un garçon bien né.

Eilis est quelque peu différente, ayant grandi dans l’admiration de sa sœur ainée, qui mène sa vie comme elle l’entend, affranchie de la dépendance à un homme. Elle a fait des études et se trouve contrainte de quitter l’Irlande pour New York où elle espère trouver un emploi à hauteur de ses facultés. La vie est une succession de choix et ce livre va nous le démontrer à plusieurs reprises : Eilis se lance dans la vie mais subit parfois le choix des autres. C’est sa sœur qui la pousse à cet exil ; il lui sera particulièrement douloureux et Toibin nous fait très bien partager ce que le déracinement apporte comme déchirement intérieur.

Mais Eilis nous surprend ; ce qui est intéressant de suivre dans ce livre, ce sont les ressorts psychologiques qu’elle utilise pour affronter les épreuves et comprendre la vie qu’elle se construit pas à pas. Elle connaît la tristesse, le découragement, mais aussi l’espoir avec le suivi des cours de comptabilité qui lui donnent un nouveau but. Elle s’accroche, travaille d’arrache-pied, fréquente assidûment les bals et tente de s’ancrer dans la vie. J’ai aimé son désir de vivre malgré tout. Sans surprise, elle découvre l’amour aux côtés d’un jeune italien, Tony, et fait preuve d’indépendance d’esprit ; elle parvient à lui exprimer que le mariage et la maternité ne sont pas forcément inscrits dans son programme immédiat. Elle grandit et affirme sa personnalité ; à travers son regard, on découvre comment une femme essaye de se frayer un chemin dans un monde encore très étriqué. Il ne lui est en revanche pas possible de vivre pleinement sa liberté personnelle (et en a-t-elle vraiment une ?) car elle a une conscience aigüe du prêt-à-penser général : elle demeure inhibée à certains moments, ne dit pas tout, ment, ce qui lui vaut de cacher à sa mère son mariage aux Etats-Unis avec Tony.

C’est une fois de retour en Irlande pour raisons familiales, qu’elle devra faire un choix déterminant et seule cette fois, tiraillée entre son attachement profond pour son pays et celui pour un homme avec lequel des projets communs ont déjà été discutés. Elle s’interroge, cherche encore sa propre vie et j’avoue que jusque dans les dernières pages, je me suis demandé quelle allait être sa décision finale. Je n’en dirai pas plus mais ce récit vaut la peine d’être lu en dépit peut-être de quelques longueurs.

Notre héroïne est touchante, lucide et sa fragilité nous renvoie à la nôtre quant il s’agit d’abandonner nos résistance intérieures et empoigner la vie à pleines mains !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 réflexions au sujet de « [Avis de Sunsi] Brooklyn de Colm Toibin »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *