Littérature

Ces voix qui m’accompagnent

Depuis toujours, je suis sensible aux mots de ces autrices qui montrent la femme dans toute sa force, ses mystères, ses complexités, ses failles aussi.

D’abord, il y a eu Nancy Huston. Quand je l’ai découverte (en 1990), j’ai quasiment tout lu d’elle (le genre de choses que je ne fais jamais, la preuve je n’ai pas tout lu Romain Gary). Son écriture d’abord, si forte, ses histoires polyphoniques, sa façon si subtile de mettre en scène les femmes et les mères surtout. Tout ça fait qu’elle reste l’une de mes grandes rencontres littéraires, même si elle m’a beaucoup déçue dans certains de ses propos récents et que je ne la lis plus du tout. J’avoue que j’attends tout de même son dernier titre qui parle du Cambodge.

Nuala O’ Faolain. Elle est à part. Journaliste tout d’abord. Irlandaise. Découverte grâce au club des lectrices. Son texte On s’est déjà vu quelque part ? restera comme une grosse claque. Je retiens la force de cette femme qui s’est tant battue pour les femmes.

Annie Ernaux. Tout ce que je lis d’elle résonne en moi. Sa façon de capturer une époque. Sa justesse, son honnêteté totale.

Virginia Woolf. La référence. La classe dans l’écriture et les propos. Le destin aussi. Cette fin tragique et puis ce texte Mrs Dalloway, le pur chef d’œuvre.

Et puis il y a les autres, Marguerite Duras, Joan Didion, Françoise Sagan, Mariama Ba, Muriel Cerf, etc. et celles que je n’ai pas lues encore, Simone de Beauvoir, Hélène Cixous.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

Une réflexion au sujet de « Ces voix qui m’accompagnent »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *