Littérature française

Mon ciel et ma terre / Aure Atika [68 premières fois]

Une nouvelle participation aux 68 premières fois avec ce premier roman d’Aure Atika, dans lequel l’auteure nous raconte son enfance auprès d’une mère bohème.

« Aujourd’hui, tout de suite, j’en ai besoin. J’ai besoin de savoir que je viens de là et que ce chaos, ces imprévus, ces éclats sont toujours possibles. J’ai besoin de la faire vivre. Sans cela, je ne peux pas survivre ni continuer. »

Aure Atika, mon ciel et ma terreAure Atika nous dévoile son enfance singulière auprès d’une mère hors norme, une femme libre qui refuse toutes les conventions, qui fait vivre à sa fille des choses pas forcément évidentes pour une enfant (elle part en voyage en Inde la laissant à sa grand-mère, elle consomme des drogues, elle est fragile et forte à la fois) mais qui en même temps lui offre un amour inconditionnel et une vision de la vie forte et belle.

A travers sa mère, elle nous raconte les années 80 à Paris, dans un milieu bien particulier fait d’artistes du cinéma et de personnalités hautes en couleur, que j’ai adoré découvrir. Elle nous raconte aussi la femme qu’elle est devenue grâce à cette mère aujourd’hui décédée. Sans fard, elle montre des moments difficiles (sa solitude, la mère droguée, la mère malade) mais aussi la beauté de sa mère et la vision de la vie qu’elle lui a offerte.

C’est un livre touchant sous plein d’aspects, quand on va plus loin que le regard jugeant sur une femme qui ne respecte pas les conventions et qui met sa fille face à des situations compliquées voire difficiles à vivre pour une enfant.

L’écriture est juste, simple mais touchante. Elle évoque d’ailleurs les livres comme des refuges

« Ils m’accueillent, me font voyager, m’accompagnent, je les tiens par la main et c’est bon de les sentir dans la mienne. Ils sont à la fois un refuge et une évasion. »

L’auteur nous invite à travers cet ode à sa mère (qui s’appelait d’ailleurs Ode, pour Odette) à aller au delà des jugements et des a priori et pour cela c’est ce qu’on peut appeler un beau livre.

♬♬♬♬

Il me reste 9 livres de la sélection à lire d’ici début aout, je ne pense pas en venir à bout, j’en ai encore 3 à la maison.. après on verra. Et je recommence pour la rentrée. Même si certains titres m’ont un peu déçue, j’ai aimé cette découverte de nouvelles voix. Les thèmes marquants de cette édition sont : la musique et la transmission. Deux thèmes qui me sont chers. Les 2 titres qui sortent du lot pour moi jusqu’à maintenant : Les parapluies d’Erik Satie et Nous, les passeurs.

 

68 premières fois

 

68-2017

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

3 réflexions au sujet de « Mon ciel et ma terre / Aure Atika [68 premières fois] »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *