Challenges et lectures communes·Documentaires et essais·J'ai aimé·Mes indispensables

Comme un roman – Daniel Pennac

Ode à la lecture à voix haute

Une première lecture commune pour moi.
Ca veut dire qu’à la même date, les autres lectrices postent leur billet. Les autres billets sont par là chez Cynthia, chez Reka et chez Pascale.

Premier livre de Daniel Pennac que je lis…entièrement. En effet, on a tant parlé de Au bonheur des ogres et de la saga Malaussène que j’ai bien essayé de lire cet auteur, mais voilà, je n’ai jamais réussi à rentrer dans l’univers et la magie de Pennac.
Une nouvelle opportunité donc pour moi de lire cet auteur si apprécié, et je crois jamais déprécié autour de moi.

Je l’ai trouvé d’occasion en folio – il date de 1992 – et à part le titre, la couverture ne m’attirait pas du tout, mais l’édition avait vécu, les pages étaient jaunies, et j’aime bien ça.

Partager son bonheur de lire

Ce livre, comme son beau titre l’indique, n’est pas un roman mais un essai sur le livre et la lecture.
Un constat du professeur qu’est Pennac : les jeunes ne lisent plus. Comment leur donner ou redonner envie ? Attaquant l’institution scolaire et ses diktats, il propose de retrouver le plaisir de la lecture à voix haute, le plaisir de raconter une histoire.
Il appuie sur le fait qu' »on ne force pas une curiosité, on l’éveille. ».

La dernière partie du livre est une liste détaillée des droits imprescriptibles du lecteur (un vrai plaisir de lecture)

1. Le droit de ne pas lire.
2. Le droit de sauter des pages.
3. Le droit de ne pas finir un livre.
4. Le droit de relire.
5. Le droit de lire n’importe quoi.
6. Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible).
7. Le droit de lire n’importe où.
8. Le droit de grappiller.
9. Le droit de lire à haute voix.
10. Le droit de nous taire.
Ce que j’en ai pensé

Une écriture simple et très agréable à lire. Un petit livre qui se lit très vite et qui fait du bien.
Une écriture un peu datée, des aspects parfois un peu naïfs et simplistes (à mon sens)sur comment faire aimer la lecture aux ados, mais aussi des mots qui font du bien et qui déculpabilisent.
Un livre qui m’a rappelé mon professeur de français au collège que je n’ai jamais oublié car il a su me faire vivre mes premières émotions littéraires, un plaisir qui ne m’a jamais quitté depuis.
Un livre que j’ai eu plaisir et intérêt à lire dans l’optique du métier vers lequel je souhaite évoluer (bibliothécaire) car il donne des pistes sur comment transmettre le goût de la lecture à un public pas conquis d’avance comme le jeune public.


Extraits (il y en a tant à noter, il est difficile de faire un choix)
Chaque lecture est un acte de résistance. De résistance à quoi ? A toutes les contingences. Toutes :
– Sociales
– Professionnelles
– Psychologiques
– Affectives
– Climatiques (…)
Une lecture bien menée sauve de tout, y compris de soi-même.
Et, par-dessus tout, nous lisons contre la mort.

Le temps de lire est toujours du temps volé. (Tout comme le temps d’écrire, d’ailleurs, ou le temps d’aimer.) (…) Le temps de lire, comme le temps d’aimer, dilate le temps de vivre.

La question n’est pas de savoir si j’ai le temps de lire ou pas(…), mais si je m’offre ou non le bonheur d’être lecteur.

– Mais cômmmmment ça peut-on ne pas aimer Stendhaaaal ?
On peut.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

14 réflexions au sujet de « Comme un roman – Daniel Pennac »

  1. Les extraits sont savoureux… Je n’ai encore jamais lu cet auteur… Mais j’avais déjà repéré celui là !!!
    A part ça je te signale juste qu’il y a une nouvelle blogueuse inscrite pour notre lecture commune pour coeur cousu, il s’agit de Lounima
    loumanolit.canalblog.com
    A bientôt

  2. Génial ce livre ! Je l’ai lu il y a déjà longtemps, mais j’en garde vraiment un très très bon souvenir. Les romans du même auteur ne m’ont en revanche pas enthousiasmée, même s’ils sont pleins d’humour.

  3. une écriture datée?! Tu vois ça à quoi? :o
    Par ailleurs, je suis curieuse de savoir quels aspects t’ont paru simplistes quant à la façon de transmettre le plaisir de lire? la lecture passive?
    il est vrai qu’il me semble que pennac évoque un peu trop rapidement les impératifs du programme scolaire, comme si tout n’était pas si compliqué.
    Et pourtant…

  4. @ Reka : par « écriture datée », j’ai voulu dire – de façon un peu trop raccourcie sûrement – que le fait d’évoquer les ados, leur univers et leur langage est forcément daté aujourd’hui (« ils se tapent des cassettes » « ils s’enferment dans l’autisme du walkman », « on est branché (…) mais l’école « nous fout les glandes » »…), et on sent que ce livre a été écrit avant la révolution numérique. Aujourd’hui, il y a bien plus que la télé qui empêche les jeunes de lire non ?

    Par aspects simplistes, j’ai peine à croire qu’il suffit de lire à voix haute une œuvre à une classe pour que d’un coup la classe entière s’enthousiasme autant comme il le laisse penser. Peut être parce que moi même n’ai jamais réussi à suivre un récit qu’on me lisait ainsi…

  5. je suis d’accord avec toi quand tu dis : une lecture qui fait du bien ! c’est bien ce que j’ai pu ressentir. il m’a rassuré au sujet des ados qui ne lisent plus, ce qui est le cas de ma fille ado. c’est aussi vrai que certains propos ne sont plus d’actualité quant aux activités des ados qui les éloignent des livres, aujourd’hui ils sont branchés facebook et cie, téléphone portable, musique à télécharger à gogo …il donne des bonnes pistes, le fait d elire à voix haute, ça peut plaire comme le contraire, je sais que les enfants aiment beaucoup je n’ai pas testé sur les ados ! je vais tenter le coup ça ne coûte rien d’essayer.

    une belle lecture pour ma part j’ai adoré ce livre

  6. @ Pascale : je pense que la lecture à voix haute en famille est une super idée, c’est plutôt la lecture à voix haute en classe qui ne m’a pas convaincue.
    Tout est bon pour essayer de donner le goût de la lecture !!

    Moi aussi, j’ai aimé cette lecture, qui justement m’a fait du bien alors que je n’ai lu que des livres récemment qui m’avait laissée sur ma faim.

  7. J’aime bien la dernière citation … :-)
    J’ai lu de cet auteur « Chagrin d’école », donc plutôt un essai aussi. C’était intéressant, quoi qu’un peu répétitif. Mon amour des livres ne m’est pas venu d’un prof, mais simplement d’avoir été assise de longues heures en bibliothèque à attendre mon papa, on finit par regarder ce qu’il y a autour de soi!

  8. Je viens de lire Chagrin d’école dans lequel il parle déjà de son métier de professeur ainsi que de son expérience de cancre. J’ai aussi envie de lire ce livre, c’est toujours intéressant une réflexion en lien avec la lecture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *