Bibliothèque·Ma vie trépidante

Des vedettes à n’en plus savoir que faire (vive la bibliothéconomie)

Comment apprendre des mots bizarres, voire un sens différent aux mots

Voilà un mois que j’ai commencé ma formation de bibliothécaire-documentaliste à l’EBD en cours du soir.

Et j’ai commencé début novembre un stage à la bibliothèque de l’Institut National du Patrimoine qui forme notamment les restaurateurs d’œuvres anciennes. La bibliothèque est donc très spécialisée : www.inp.fr.

La bibliothèque accueille principalement les élèves de l’école et propose 48 000 références bibliographiques. (23.700 ouvrages anciens et modernes, 22.000 articles ou extraits d’actes de congrès, 500 titres de périodiques, plus de 800 mémoires ou thèses, etc.).

Voilà donc quelques temps que je découvre d’autres sens aux mots, par exemple une vedette n’est pas une star antique en catalogage (kezaco ?), c’est un accès… Hum je sens déjà que je vous ai perdu. Et encore, je ne vous ai pas parlé d’Unimarc ni de la norme ZF 44-050 ou même des équations de recherche  !! Mais ne vous inquiétez pas, ça viendra !

Chaque domaine a bien évidemment son jargon, mais certains sont plus obscures que d’autres…

Mes nouveaux amis sont sont donc :

Ca semble abscons comme ça et ça l’est ! C’est le passage obligé pour exercer les métiers liés à la gestion des documents.
J’ai donc devant moi encore pas mal de torsions de cerveau pour assimiler tout ça mais le stage est un excellent moyen de voir l’utilité de toute la théorie apprise en cours. Je vous en reparle bientôt !

En attendant, bon weekend !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

22 réflexions au sujet de « Des vedettes à n’en plus savoir que faire (vive la bibliothéconomie) »

  1. Toutes ces choses tres ennuyeuses (mais qui ont de l’importance !), j’ai reussi a ne pas avoir a les apprendre/m’en servir et je suis dans la profession depuis presque 12 ans ! Donc passage pas forcement oblige ! Bon courage a toi.

    1. Aujourd’hui, je crois que ça devient inévitable, ils cherchent des catalogueurs partout, donc ils forment des catalogueurs, ça m’intéresse, donc ça va !
      Enfin ce n’est bien évidemment pas la partie la plus intéressante. Tu exerces où et comment ça m’intéresse ?

  2. Et moi j’ai appris toutes ces données et n’ai jamais eu l’occasion de m’en servir!
    J’espère que tu pourras travailler dans le livre ancien. C’est un domaine très intéressant!

  3. C’est un passage obligé dans cette formation de bien maîtriser les normes de catalogage. Mais on en sort vivant. Et puis, ensuite au travail, les normes sont plus ou moins respectées à la lettre et on oublie très vite le nom des normes, les termes « autorités », « vedettes », etc. Ca coule de source.
    Bon courage !

  4. bonjour, j’ai fait cette formation et j’ai evidemment abordé toutes ces choses, mais dans ma toute petite bibliotheque de mon tout petit village normand , je me sens souvent un peu seule!!! quand je suis face à un livre inclassable, comme par exemple « exegèse des lieux communs », j’aimerais bien avoir de l’aide! je recherche souvent des notices sur internet car je tiens à ce que les livres soient bien classés!!!mais je me rends compte que souvent c’est au feeling que ça se termine et que 2 bibliotheques ne classeront pas forcement les livres sur la meme côte!alors….

  5. Ah le catalogage… Les joies de la bibliothéconomie… J’en suis passée par là aussi et c’est vrai qu’une fois dans le métier, la terminologie ne sert plus beaucoup… Mais c’est bien de s’y frotter ! ;)
    Dewey et moi, une grande histoire d’amour^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *