J'ai aimé·Littérature française

Et rester vivant – Jean-Philippe Blondel

J’ai découvert l’histoire de Jean-Philippe Blondel avec ce livre. Je n’ai jamais lu ses autres livres. Un grand merci à George pour m’avoir prêté celui-ci.

Il n’est pas simple d’en parler, parce que ce récit très personnel de l’auteur touche. L’auteur y interroge ses souvenirs pour rendre hommage à sa mère et son frère décédés dans un accident de voiture alors qu’il a 18 ans et que son père conduit. 4 ans après, c’est au tour de son père de se tuer dans un accident de voiture lui aussi.

Comment survivre à un tel choc et comment vivre le deuil ?

L’auteur décide de partir aux Etats-Unis avec son ex et son meilleur ami, à la rencontre de Morro Bay, une baie de Californie évoquée par une chanson de Lloyd Cole que l’auteur adore et aussi sur les traces de Jack Kerouac.

J’ai aimé dans ce livre comment l’auteur montre l’importance des souvenirs qui pour certains peuvent sembler si anecdotiques mais qui pour soi peuvent contenir ou révéler des choses beaucoup plus fortes voire essentielles même (une chanson, une couleur, un livre, une citation peuvent contenir tant d’émotions).

J’ai aimé la sensibilité et la douceur de l’auteur qui tout en gardant une certaine distance – cette histoire est arrivée il y a 20 ans – sait partager toute la douleur et les sentiments qui l’ont traversé lors de ces moments-là : l’envie d’en finir avec la vie, le sentiment d’être perdu mais aussi l’importance des liens d’amitié qui maintiennent en vie, le petit quelque chose qui fait qu’on se sent toujours vivant :  l’émotion ressentie au bon moment, les rencontres éphémères mais importantes voire essentielles, la beauté du monde.

Pour cela j’ai aimé partir en voyage avec Jean-Philippe Bondel sur les routes le la Californie et à l’assaut de ces souvenirs si douloureux. L’auteur montre qu’un détail minime peut prendre une importance énorme, tout cela est question de sensibilité et d’interprétation personnelle.

L’auteur sait en peu de mots nous faire ressentir ses sentiments d’alors, le livre se lit d’ailleurs très vite, peut être trop. Je crois que j’aurais aimé que les éléments sur cette mère aimée et partie si vite soit développés davantage.

Un livre qui ne peut que toucher ceux qui ont connu des évènements dramatiques et qui partagent forcément les sentiments de l’auteur. Un livre qui montre qu’on ne se débarrasse pas simplement d’une histoire aussi dramatique (j’ai lu qu’il écrivait beaucoup sur ce thème dans ce livre, on peut comprendre pourquoi…)

C’est donc un livre qui m’a fortement émue parce que la musique de Lloyd Cole a aussi beaucoup compté pour moi et que, même si j’ai la grande chance de ne pas avoir vécu les drames de JP Blondel, les livres et la musique ont su aussi panser mes peines.

J’ai vingt-deux ans et je suis le dépositaire de leurs histoires inachevées. J’ai vingt-deux ans et je suis un reliquat de récits. Une survivance. Un putain de séquoia.

J’espère que, désormais, plus aucun de mes livres ne sera un hommage.

…………………………………………………………..

L’histoire de ce livre est touchante également, l’auteur raconte qu’il a écrit à Lloyd Cole à quel point cette chanson avait compté pour lui (lire leurs échanges en anglais ici). Des premiers échanges laissés sur le blog du chanteur avaient été lus par un collègue qui l’avait interrogé sur cet attachement inconditionnel pour ce titre. Ces échanges ont déclenché le processus d’écriture.

Ce livre est dédié entre autre à Lloyd Cole.

Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

12 réflexions au sujet de « Et rester vivant – Jean-Philippe Blondel »

  1. J’ai adoré aussi, et comme toi une sensation de « trop vite » mais c’est à mon avis une forme de pudeur, de ne pas en faire trop ! J’ai mon billet à faire, parmi tant d’autres…et j’avoue qu’il est un peu difficile d’en parler avec autant de retenue que lui ! >Tu as su le faire superbement ! :)

  2. J’avais entendu parler de ce livre au moment de sa parution et n’avais pas été tenté. Mais tes mots touchent juste et tu m’as donné très envie de le lire…

  3. Violette et Sandra, je vous le prête si vous voulez !!!
    Delphine, tu as écrit un très beau billet, j’ai l’impression que ce roman nous pousse vers l’écriture ! tu as su bien rendre compte de tous les sentiments qui nous traversent à la lecture !
    j’adore les petites photos que tu as placées !!! je suis heureuse qu’il t’ait plu !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *