Littérature française

Fais de moi la colère – Vincent Villeminot #68premieresfois

Ce livre fait partie de la sélection des 68 premières fois mais il a bien plus que l’étoffe d’un premier roman tant il est puissant. L’auteur a d’ailleurs mis des années à l’écrire (ce qu’il indique dans sa postface) et il est l’auteur très reconnu de pas moins d’une vingtaine de titres jeunesse ou pour les jeunes adultes. Il est l’un de ceux que j’attendais le plus de la sélection (tant Charlotte l’avait aimé et que je suis souvent sur la même longueur d’onde qu’elle).

J’y suis entrée à pas feutrés, le début étant plutôt classique. J’ai ensuite été remuée par l’histoire étrange voire dérangeante (ces corps qui remontent à la surface du lac léman, un monstre géant et dévoreur dans le lac), la langue, la symbolique, les nombreuses références mystiques et religieuses (les 2 personnages s’appellent Ismaelle et Ezéchiel) qui m’ont un peu laissée sur le côté. J’ai reposé le livre quelques jours avant de le terminer d’une traite, dans l’urgence. Et avec le sentiment d’avoir lu un livre rare. Rare dans sa langue poétique et si imagée, dans sa symbolique, dans sa portée. Rare et poétique, Tout ce que j’aime.

Je ne trouverai jamais les mots qu’il faut pour en parler tant il est complexe.

Mais ce que j’ai tant aimé de ce livre, c’est sa capacité à raconter toute la noirceur et la beauté de l’homme tout à la fois. L’amour et l’espoir qu’il porte en lui. La noirceur avec l’évocation des génocides mondiaux et particulièrement africains, le blanchiment d’argent, la cupidité et l’avidité toujours plus grande des hommes (le fameux ‘greed’ terme anglais que l’auteur emploie et qui n’a pas vraiment d’équivalent).

Si certains passages trop référencés ou évocateurs m’ont un peu laissée de coté, je me suis laissée portée et même emportée par la force et la symbolique dégagées.

68 premières fois

La sélection :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *