Citations·Littérature française

« Je vivais à côté de moi-même »


Les jours ont commencé à passer. Puis les semaines. J’ai continué de travailler avec un étrange sentiment de vacuité. Tout me paraissait frappé d’une profonde inanité. J’accomplissais des gestes et prononçais des paroles de manière automatique, comme si ce n’était pas moi qui les avait accomplis ou prononcées.

La colère, la rage et la haine ne me quittaient pas, mais je n’avais plus la force de les accueillir ni de les porter.

Je vivais à côté de moi-même.

Harold Cobert – Dieu surfe au pays Basque

 


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

6 réflexions au sujet de « « Je vivais à côté de moi-même » »

  1. tu sais , la fin dans ce roman elle est quand même extra pour les personnages principaux , comme quoi
    milles pensées à toi
    christine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *