Littérature française

J’irai cracher sur vos tombes – Boris Vian

Voilà un livre que j’étais sure d’avoir déjà lu, mais il semble  bien que non, sinon je m’en souviendrai.
Lu dans le cadre du club de lecture PLEA entre L’herbe rouge et L’automne à Pékin.

J’irai cracher sur vos tombes est un roman de Boris Vian, paru pour la première fois en 1946. Ce livre, comme plusieurs autres, a été d’abord édité sous le nom de Vernon Sullivan dont Vian se présentait comme le traducteur.

Ce livre fut interdit en 1949 et Boris Vian fut accusé d’outrage aux bonnes mœurs.

Ce que ce livre raconte

L’histoire se déroule dans le sud des États-Unis. Lee Anderson, un homme né de parents noirs mais à la peau blanche, a quitté sa ville natale après la mort de son frère qui a été lynché et pendu parce qu’il était amoureux d’une blanche.
Arrivé dans une autre ville, Lee devient libraire et entre dans la bande de jeunes en manque d’alcool et de sexe. Son but est de venger la mort de son frère. Il parviendra à ses fins d’une façon extrêmement violente.

Ce que j’en ai pensé : livre « hard » et violent.

Très différent du « style Vian » sensible et poétique, ce récit est violent et cru, c’est une parodie des romans noirs américains. Le but de l’auteur est de dénoncer le racisme et les conditions de vie des Noirs dans le sud des États-Unis.
Livre intéressant et symbolique de l’œuvre protéiforme de l’auteur, pour autant ce n’est pas cette écriture là de Vian que j’aime. J’ai eu du mal avec la vision des femmes qui est donnée ici, même si encore une fois, rien n’est à prendre au premier degré.

Un article intéressant sur buzz littéraire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

8 réflexions au sujet de « J’irai cracher sur vos tombes – Boris Vian »

  1. Il le republie sous le nom de Vian ? J’ai une vieille édition, en 10/18, signé de Vernon Sullivan, le pseudo qu’il avait adopté à l’époque, pour coller à l’atmosphère du roman noir américain ! J’adore ce roman, comme tout ceux de Vian par ailleurs :)

  2. Un roman bouleversant qui m’a fortement marquée en positif comme en négatif. Par ailleurs, j’ai lu récemment « Elles se rendent pas compte », publié aussi sous le nom de Sullivan qui m’a paru bien édulcoré comparé à « J’irai cracher… »

  3. saviez-vous que c’est la pitoyable adoptation cinématographique de ce roman, due à l’oubliable michel gast qui envoya le bison ravi ad patres… arrivé en retard à la projection de l’avant-première, boris s’exclama, en découvrant l’écran: « ça, des américains!  » et hop, tombé mort ! c’est grâce à la charmante personne qui l’accompagnait, et qui fréquentait également gainsbourg, qu’elle prévint en premier, et qui narra l’anecdote des années plus tard dans une itw pour les inrocks, que nous avons une idée précise de ses derniers instants.
    cela dit, le rôle principal de ce nanar était tenu par christian marquand, accessoirement frère de nadine trintignant, mais qui fut surtout un temps le mari de la sublime tina aumont, et l’auteur d’un film on ne peut plus singulier: « candy » (1968) à découvrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *