Journal de la création – Nancy Huston

Voici un livre que j’ai lu il y a un moment déjà, je l’avais très brièvement évoqué ici mais il mérite vraiment que je revienne dessus car il fait écho à une lecture plus récente, 7 femmes de Lydie Salvayre.

J’ai beaucoup lu Nancy Huston, tant ses romans que ses essais il fut un temps. J’avais été un peu lassée par ses écrits dernièrement, sentiment d’une certaine répétition. On m’avait néanmoins fortement conseillé de lire cet essai rédigé en 1990 pendant sa deuxième grossesse, et que j’avais dans ma bibliothèque depuis un moment. J’ai trouvé le moment bien opportun enfin. Parce que dans ce livre l’auteur écrit à la fois le journal de sa propre grossesse en même temps qu’elle dresse les portraits de quelques écrivains.

On retrouve ici tour à tour quelques grandes femmes de la littérature : George Sand, Sylvia Plath, Zelda Fitzgerald, Simone de Beauvoir, Virginia Woolf. Nancy Huston les évoque en tant qu’écrivain mais également et surtout dans leurs relations de couple et face à la maternité.

Elle dresse des parallèles entre le fait d’écrire et le fait d’être mère ou au contraire de refuser d’être mère. Elle-même s’affirme en tant qu’écrivain à part entière mais également mère. La création ici est donc la création littéraire mais aussi la création du point de vue « biologique » ou la procréation.

« Les mères ont tendance à vouloir que tout soit beau pour leurs enfants. Elles s’efforcent, plus ou moins, d’adopter une vision optimiste afin de les protéger, les réconforter, leur insuffler de l’espoir. Les romancières peuvent avoir ou non le même désir – transmettre un message d’espoir – mais si elles dépeignent un monde dans lequel l’existence humaine est tout miel, la réaction de leurs lecteurs sera non l’espoir mais l’ennui. (…) Une romancière peut avoir besoin, dans ses livres, d’être violente, ou lascive, ou folle, ou d’un pessimisme amer ; toutes de très mauvaises qualités chez une mère. »

« C’est pourquoi Beauvoir décrit la gestation comme « un travail fatigant qui ne présente pas pour la femme un bénéfice individuel » (…) Je répète – à nouveau incrédule – cette phrase en pensant à toi, l’être dont les menus remuements font ma joie secrète en ce moment, toi qui m’accompagne et me fais sentir ta présence dans les moments les plus incongrus ; je parle et tu es là, et tu me donnes des forces, de l’humour, de la distance, tu ramènes tout à sa juste mesure (…), tu m’as restitué mon équilibre dans le monde, rendue à moi-même avant même de naître, tu as fait tout cela, et je serais en ce moment « le siège d’une histoire qui se déroule en moi et ne me concerne pas personnellement ? »

Un essai absolument passionnant parce qu’il interroge les mystères de la Création et qu’il permet de mieux connaître les histoires de certaines grandes de la littérature, des femmes qui ont toutes eu à se battre pour se faire reconnaître en tant qu’écrivain, quitte à s’oublier en tant que femme ou mère. Un essai qui parlera aussi à toute femme qui s’apprête à devenir mère ou qui l’est déjà.

« Il faudra bien des années encore, je crois, avant qu’une femme ne puisse s’asseoir pour écrire un livre sans se trouver en face d’un fantôme à abattre, d’un rocher contre lequel se briser. » – Virginia Woolf

Article à lire si vous voulez en savoir plus sur ce livre.

« Et – simultanément – tu es bien sûr , à toi seul, tous les miracles : miracle de la vie intelligente élaborée à partir de quelques molécules rougeâtres ; miracle de l’existence individuelle avec tout ce qu’elle charrie d’histoires passées et à venir de l’espèce ; miracle de l’humain, c’est-à-dire, du seul divin. »

Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

5 réflexions sur “Journal de la création – Nancy Huston

  1. Laeti dit :

    Très chouette ton billet! C’est intéressant de trouver des lectures qui font échos au même où on est soi-même en train de vivre la situation décrite.

  2. Cerna dit :

    Auteure incroyable que j’ai découvert avec Lignes de faille; Infrarouge et Ultraviolet ont suivi au gré de mes humeurs..C’est malheureux il y a tant à lire que je voudrais avoir plusieurs têtes pour dévorer plus de livres..mon rythme de lecture trop irrégulier fichtre!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *