Littérature française

La porte des enfers – Laurent Gaudé


Merci beaucoup à Clara (et à Grimmy pour l’envoi) pour ce livre voyageur, c’est toujours très agréable de recevoir un livre « cadeau » par la poste.
Second roman que je lis de Laurent Gaudé, j’avais vraiment été séduite par Le soleil des Scorta. Ici, la magie n’a pas pris.
L’auteur

Laurent Gaudé est né en 1972 à Paris. Repéré avec son roman La mort du Roi Tsongor (prix Goncourt des lycéens 2002), il a reçu le prix Goncourt en 2004 (et le prix Jean Giono) pour Le soleil des Scorta. Il a un vrai talent de raconteur d’histoire.
Ce que ça raconte
La livre commence en 2002, à Naples, un homme enlève un autre homme d’un café et le torture. On passe ensuite à 1980, à Naples toujours, alors qu’un homme perd son fils de 6 ans lors d’une fusillade. Sa femme le somme de retrouver l’assassin et de se venger, il est en incapable, elle part.
Il va alors rencontrer des êtres qui vont lui offrir une opportunité hors du commun, aller jusqu’en Enfer pour y retrouver son fils.
Les chapitres alternant les époques se suivent.
Ce que j’en ai pensé
Je n’ai pas réussi à rentrer dans l’univers très « paranormal », cartésienne que je suis. Résultat, j’ai été détachée des personnages et de leur sort tragique.
J’ai retrouvé la belle écriture de l’auteur. J’ai aimé les personnages hors du commun que le père rencontre, mais je n’ai pas du tout aimé la description de l’Enfer que j’ai trouvé ennuyeuse. Je me suis forcée à finir ce livre.
En résumé, un livre qui n’était pas fait pour moi. Une petite déception quand même.
L’avis enthousiaste de Clara et l’avis moins emballé de Grimmy.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

7 réflexions au sujet de « La porte des enfers – Laurent Gaudé »

  1. J’ai plusieurs livres de Laurent Gaudé dans ma PAL dont Eldorado et Le soleil des Scorta. Je dois dire que ce dernier ne me tente pas vraiment: je peine aussi sur ce qui est « fantastique » et la thématique de la perte d’un enfant ne me touche pas vraiment. Non, non, je ne suis pas une sans-coeur mais n’étant pas mère et pas très portée « enfants » non plus… Bref, je vais d’abord me consacrer aux titres de ma PAL.

  2. Je tenterai la lecture d’autres de ses ouvrages. Peut-être que ce titre n’est pas celui qui plaît au plus grand nombre de ses lecteurs. Le problème aussi, quand on décrit les enfers, c’est que l’on se met en concurrence avec de très grands auteurs classiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *