alj1wlcd

La présence – Pierre Jourde

Voici un texte hautement littéraire qui plaira à ceux qui s’interrogent sur l’Homme.

L’auteur

Pierre Jourde est un écrivain et critique français né en 1955. Il enseigne la littérature à Valence.

Il a écrit des pamphlets (le dernier en date : C’est la culture qu’on assassine) contre les médias, des essais sur la littérature moderne, de la poésie, des récits et romans.

Il tient depuis janvier 2009 le blog Confitures de culture où il publie régulièrement ses prises de position sur des sujets de société.

La collection

La maison d’édition Les allusifs a lancé une nouvelle collection qui s’appelle « Les peurs » et propose donc cet exercice de style, Pierre Jourde est le premier à « se prêter au jeu. »

Le livre

Pierre Jourde nous parle ici des peurs qui l’assaillent avant de dormir dans un lieu inconnu et qui lui rappellent sa peur enfantine des cauchemars. Il évoque ainsi le poids du passé et interroge son inconscient et sa part d’humain et « d’inhumain ».

Ce que j’en ai pensé

Ce livre m’a retourné le cerveau. Il m’est très difficile d’en parler sans le vider de son sens et de sa force. En très peu de mots – 87 pages – mais extrêmement précis, l’auteur parvient à créer un texte hautement littéraire et psychanalytique. Chaque phrase résonne en moi.

Morceaux choisis

Je n’ai aucune raison concrète d’avoir peur, mais je redoute que cette raison survienne. Tout entier dévoré par l’attention, je ne cesse de guetter ce qui la justifierait. Il n’est pas possible qu’un tel silence, qu’une absence aussi profonde ne finisse par engendrer un pas.  Comme par nécessité, ce quelque chose, cette trace ou ce signe de quelque chose qu’est le pas naît de l’excès de rien.

Je me raconte que cette peur aurait quelque chose à voir avec le silence dont parle Pascal. La maison nocturne serre entre ses murs un condensé de ce silence. Elle ne s’oppose pas à l’infini, au chaos sidéral, elle en rassemble une portion individuelle. S’endormir, c’est rendre absolu ce silence, lui donner toute sa puissance.

Lorsqu’on a éprouvé ce genre de peur, lorsqu’on sait y être sujet, on a instillé en soi un poison qui ne cessera de ronger l’amour-propre. La peur ne laisse rien intact. Elle déshabille de la dignité, de la raison, de la confiance, de la volonté, elle met à nu, totalement.

Le site consacré à l’auteur

Si vous voulez en savoir plus, je vous conseille de lire cette analyse.

Merci aux éditions Les allusifs pour ce livre

Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

11 réflexions sur “La présence – Pierre Jourde

  1. Pingback: Peur(s) « Divagations
  2. leslivresdegeorgesandetmoi dit :

    je vais le recevoir grâce à Masse Critique, je l’attends toujours ! je t’en dirai plus quand je l’aurai lu !

  3. Asphodèle dit :

    J’en ai lu des critiques élogieuses et ton avis ne fait que renforcer mon envie de le lire. J’adore ces petits opus sans prétention et qui nous en disent autant sur nous-mêmes que sur l’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *