le-vagabond-americain-en-voie-de-disparition

Le vagabond américain en voie de disparition – Jack Kerouac

Dans la suite de la lecture de Sur la route, le rouleau original, j’ai eu envie de continuer à lire Kerouac.
J’ai choisi ce petit livre car il contient deux extraits du Vagabond solitaire : Le vagabond américain en voie de disparition et  Grand voyage en Europe.

Dans Grand voyage en Europe, Kerouac nous relate son voyage en Europe, en arrivant par le Maroc, et son passage par Paris à la fin des années 50.

Il arrive en France, à la recherche de ses racines – sa mère était française. Il passe par Marseille et Avignon avant de découvrir Paris. De tous ses voyages, il décrit surtout les gens qu’il croise et rencontre.

J’ai économisé sou par sou et soudain j’ai tout dépensé dans un grand et merveilleux voyage en Europe, et autres lieux ; et alors je me suis senti léger… et gai.

Paris, un coup de poignard en plein cœur, tout compte fait.
Dans Le vagabond américain en voie de disparition, il rappelle que depuis toujours il a eu des hommes qui ont refusé les contraintes de la société et ont tenté de vivre libres « sur la route » et que bon nombres de grands hommes sont partis ainsi sur les routes (Bouddha, Benjamin Franklin, Walt Whitman…) mais qu’aujourd’hui, c’est mal vu et interdit.

Ce que j’en ai pensé

On retrouve ici une écriture bien plus classique et posée que Sur la route, mais toujours cette envie et ce besoin de transmettre ses impressions de voyage et de découverte.
Un petit livre bien trop court, qui me donne encore envie de continuer à naviguer dans l’œuvre de cet écrivain voyageur, à commencer par l’œuvre complète du Vagabond solitaire.Edit du 26/08 : erreur de ma part (cf commentaire anonyme)  : la mère de Kerouac n’était pas française, mais était d’origine française.
Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

12 réflexions sur “Le vagabond américain en voie de disparition – Jack Kerouac

  1. Marianne dit :

    Moi aussi j’ai ce petit livre dans ma bibliothèque. Je l’ai lu bien longtemps après « Sur la route » mais il me semble que tu as raison : le style est différent mais l’état d’esprit (celui de la beat generation) reste le même. J’ai un autre bouquin très intéressant et qui devrait te plaire si tu ne l’as pas déjà lu : ça s’appelle « The beat generation » (chez Flammarion) et regroupe des textes de Burroughs, Gysin, Ginsberg et Kerouac.

  2. Océane dit :

    J’ai aimé ce récit, il m’a rappelé un peu Jack London et ses propres récits sur la route et les vagabonds. Un esprit si particulier les anime…

  3. Pickwick dit :

    J’ai comme l’impression que ce texte t’a vraiment laissé sur ta faim, je passe donc ! Mais comme toi, je suis à la recherche d’un bon Kerouac pour prolonger le plaisir !

  4. Anonymous dit :

    Bonjour,

    Objet: Jack Kerouac « sa mère était française »

    La mère de Jack Kerouac, Gabrielle Lévesque, par l’effet du hasard, est née au Québec, à St-Pacôme(au Kamouraska), lors d’un voyage qu’effectuait sa mère pour la période des fêtes (Noël). La mère, alors enceinte, était venue de Nashua, New Hampshire, où elle avait émigré. En visite chez ses beaux-parents, son séjour s’est prolongé jusqu’en février 1893 alors qu’elle donna naissance à des jumelles dont la survivante allait devenir la mère de Jack Kerouac.

    Source: Généalogie des familles Kirouac, page 81,publiée en 1991 par l’Association des familles Kirouac inc. http://www.genealogie.org/famille/kirouac

    J.A. Michel Bornais, fils de Léona Kirouac.

  5. Nanne dit :

    Je me souviens de la lecture de ce petit Folio 2€ que je vais relire pour le plaisir de me plonger dans l’univers particulier à Jack Kérouac … Je voulais lire « Sur la route », et ça tombe bien car Gallimard a ressorti l’édition non censurée ! Une belle initiative à souligner.

  6. Delphine dit :

    @ Nanne : « Sur la route, le rouleau original » est ma lecture marquante de ces derniers mois, un indispensable à mon sens, je t’envie de ne pas l’avoir encore lu !

Les commentaires sont fermés.