Littérature américaine

Leaving the World – Douglas Kennedy

I did it ! Je viens de finir mon premier Douglas Kennedy en anglais, 584 pages… et ce grâce à Mylittlediscoveries qui m’a fait gagner ce livre Leaving the world (Quitter le monde). Merci encore à elle !

L’auteur

Qu’en dire ? Tout le monde connait Kennedy, le roi du best seller. Je ne l’avais jamais lu, ce genre de littérature, j’y vais plutôt à reculons. Une occasion de le découvrir et de le lire en anglais et voilà. C’est ici son 9ème roman.

Je ne vais pas raconter l’histoire ici car sinon cela serait un vrai spoiler, en effet difficile de parler du livre sans en dévoiler les histoires (il y en a plusieurs mêlées).

Alors qu’en ai-je pensé ?

Apparemment, c’est de loin son roman qui est le moins apprécié par les « Kennedy addicts », donc je ne sais pas si j’ai commencé par le bon. C’est effectivement un vrai « page turner », ça se lit très facilement en anglais, c’est efficace et il y a certes des qualités (par exemple Kennedy sait très bien décrire les sentiments d’une mère face à la perte de son enfant et on sent par moments une critique forte de son pays), mais il y a aussi des longueurs, beaucoup trop de détails (mais pourquoi Kennedy décrit-il systématiquement les fringues et en détail de chaque personne rencontrée dans le livre – et il y en a beaucoup – ça m’a tout simplement exaspérée), Kennedy utilise très souvent le même vocabulaire…

Et puis, il y a cette histoire à la fin qui vient se rajouter sur l’histoire déjà fortement alambiquée de l’héroïne et là, c’est vraiment trop. Sans cette dernière histoire qui pour moi arrive comme un cheveu sur la soupe, je ne serais pas aussi sévère mais là, je trouve que ça gâche presque tout. Et c’est dommage car sinon, encore une fois, j’ai trouvé que l’auteur savait bien transmettre les tourments traversés par cette femme et que ça sonnait assez juste.

Au final, je suis contente de l’avoir lu car j’ai eu beaucoup de plaisir à relire en anglais et j’insiste pour dire que son écriture est très accessible (cela doit expliquer sa popularité), cela faisait plusieurs mois que je n’avais pas lu en anglais et pourtant je l’ai lu très rapidement, mais je n’ai pas forcément envie de réitérer l’expérience, surtout quand je lis partout que ses histoires finissent par se ressembler. (Ca me fait d’ailleurs penser à Auster et le fait que j’ai lu Moon Palace à plusieurs années d’intervalle en m’apercevant à la fin seulement que je l’avais déjà lu…).

Et puis il faut bien le dire, j’aurais peut être dû commencer par là, cette histoire est terriblement pesante et difficile. Mais elle ne m’a pas vraiment « touchée« . D’autres livres sur le deuil lus plus récemment ont trouvé écho en moi, pas celui-ci.

Apparemment il y en a d’autres de bien meilleurs de Kennedy, lesquels ?

Voir les avis sur Babelio

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

15 réflexions au sujet de « Leaving the World – Douglas Kennedy »

  1. Je ne suis pas une grande connaisseuse de Douglas Kennedy, mais je me souviens avoir énormément aimé La poursuite du bonheur (une très belle histoire dans l’Amérique d’après-guerre) et dans un genre totalement différent, plutôt thriller, je te recommande vivement Cul-de-sac (renommé Piège nuptial récemment, The dead heart en anglais).

  2. Bravo pour la performance, j’en serais bien incapable !!! j’adore aussi tes photos !!! Il y a un roman de Kennedy que j’avais beaucoup aimé « la poursuite du bonheur », je l’avais dévoré, j’en ai deux autres dans ma PAL, « les charmes discrets de la vie conjugale » (tout un programme) et « L’homme qui voulait vivre sa vie ». Sinon j’ai lu aussi « une relation dangereuse » (c’est le 1er que je l’ai lu et j’avais bien accroché malgré un début un peu trop fleur bleue) et « Rien ne va plus » que j’avais trouvé très répétitif et beaucoup moins bien ! voilà tu sais tout ! bises amie vengeresse ;)

  3. Bonjour, des meilleurs sûrement mais lesquels??? Après un très bon début avec « Les charmes discrets de la vie conjugale » (qui m’a étrangement rappelé Alison Lurie…), la suite fut un peu plus laborieuse (« La poursuite du bonheur ») à tel point que tous les titres que j’ai lu de lui se mélangent dans ma tête et me laissent un amer goût de « redit »…
    Bonne lecture !

  4. Je me doutais bien que tu n’adhèrerais pas complètement !! Pour moi « Cul-de-sac « (ou Piège nuptial) est très bon, mais mon préféré reste « La poursuite du bonheur » (je ferai un billet dans l’avenir…), totalement différent des autres qui, il est vrai se ressemblent tous un peu ; à éviter malgré le titre, « La femme du Vème », « Rien ne va plus » est sur le thème du plagiat à Holywood et malgré l’écriture qui n’est pas « transcendante » reste une bonne étude sociologique. D’ailleurs je le trouve très doué pour ses études sociologiques et ses personnages féminins, toujours plus aboutis que les masculins… J’en ai encore un dans ma PAL « Une relation dangereuse » et je n’ai pas pu finir « Les charmes discrets de la vie conjugale », mais j’y reviendrais…

  5. Lire en anglais : l’exploit ! Well done, je n’oserais jamais !
    Pour Kennedy je n’ai pas lu, mais c’est vrai qu’il semble avoir une écriture assez facile d’accès, d’où son statut d’auteur de best seller.
    J’ai fait un billet sur Moon Palace d’Auster, et même si j’ai adoré ce livre, je comprends ce que tu veux dire, ce ne sont pas des auteurs qui bouleversent par leur style, mais plutôt qui proposent une histoire agréable et touchante, du moins c’est ce que je retiens de Moon Palace, je verrais quand j’en aurais lu d’autres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *