Littérature française

L’écrivain de la famille – Grégoire Delacourt

Un roman « générationnel ».

L’auteur

Grégoire Delacourt est né en 1960 dans le nord. Il est publicitaire de profession et signe ici son premier roman.

L’histoire

C’est son histoire qu’il nous conte ici. Depuis ses 8 ans où il écrit un poème à sa famille qui le déclare « l’écrivain de la famille » jusqu’à aujourd’hui et la naissance du roman. C’est donc le portrait de sa famille avec ses joies et surtout ses peines. Et puis l’ homme qui se débat au milieu de tout ça.

Ce que j’en ai pensé

Il y a un petit quelquechose de charmant et de de touchant dans ce livre, mais c’est aussi trop facile à mon goût, avec des formules publicitaires trop clinquantes (l’auteur est l’un des plus talentueux publicitaires de sa génération) et beaucoup de références générationnelles (tout cela me fait d’ailleurs penser un peu – trop – à La délicatesse de David Foenkinos).

Donc, oui c’est touchant, son histoire a quelque chose de fort qu’il a eu envie – besoin – de partager (c’est le coeur de l’histoire « écrire guérit »). Ce n’est évidemment pas dénué d’intérêt, mais après des lectures autobiographiques bien plus fortes dernièrement (Claudie Hunzinger, Annie Ernaux … ou Romain Gary), ce roman là m’a semblé un peu terne.

Un livre qui se lit un peu trop vite, qui joue un peu trop sur la corde sensible à mon goût. Il tente de créer une complicité avec le lecteur en lui rappelant la nostalgie d’une période, ça me gêne un peu, j’ai trouvé le procédé un peu « lourd ».

Ce roman a reçu le Prix Rive Gauche.

Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

5 réflexions au sujet de « L’écrivain de la famille – Grégoire Delacourt »

  1. J’ai eu chaud, on a voulu me l’offrir, j’ai préféré autre chose !! Tu me confortes dans l’idée que ces romans « générationnels » auront peut-être plus de chance quand ils seront lus par les…générations suivantes. Nous sommes trop dedans pour apprécier. ;) Si l’on y regarde bien, Gary, Sagan et même Annie Ernaux eux aussi font référence à des pubs de leur époque qui nous émeuvent aujourd’hui mais qui ont moins touché de leur vivant (sauf pour Ernaux bien sûr) !! ;) Si tu fais un comparatif avec La délicatesse, note bien , je sors !!

    1. Je l’ai trouvé tout de même bien plus intéressant et touchant que la délicatesse, mais c’est les procédés stylistiques qui sont assez proches. En même temps, je suis sûre que pleins de gens aiment ce côté nostalgique de ce type de roman, moi, je n’y suis pas sensible (et puis, je ne sais comment formuler ça, mais je trouve ça trop « français » comme livre)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *