Albums jeunesse

Les enfants fichus – Edward Gorey

Encore une découverte faite grâce à ma bibliothèque

Dans ce livre qui date de 1963 et qui est traduit pour la première fois en France, on découvre une influence majeure de Tim Burton (qui s’est d’ailleurs directement inspiré de ce livre pour La Triste Fin du petit enfant huître et autres histoires.)

Dans cet abécédaire, l’auteur raconte et illustre des morts d’enfants. Certes, il faut aimer l’humour noir et les dessins sombres de l’auteur. Moi j’adore !

A la fin du livre, un texte nous permet d’en savoir plus sur l’œuvre d’Edward Gorey mais surtout sur l’homme hors du commun qu’il était (portant toujours des manteaux de fourrures, entouré de 9 chats…).

——————-

Pour en savoir plus sur cet artiste injustement méconnu en France (article libération) et décédé en 2000 :

Ses livres illustrés de dessins minutieux à la plume noire décrivent des personnages distingués adonnés à des occupations énigmatiques (The Doubtful Guest, The Object-Lesson) ou livrés à un destin cruel et sordide (The Hapless Child, The Gashlycrumb Tinies). Certains de ses livres sont sans titre, ou uniquement consacrés à des objets inanimés, leur donnant un statut problématique. De même, ils oscillent souvent entre la catégorie livres pour enfant ou livres pour adultes.

Il a illustré des recueils d’Edward Lear ou Samuel Beckett, mais aussi des textes d’Alphonse Allais et Charles Cros. (wikipédia)

Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

12 réflexions au sujet de « Les enfants fichus – Edward Gorey »

  1. Belle trouvaille. Je t’avoue que je ne suis pas toujours très sensible à l’ambiance de Tim Burton, mais cet abécédaire version humour noir a l’air assez drôle !

    1. J’avoue que je me suis lassée de Burton, mais ses premiers films restent des références pour moi, sauf qu’on voit là qu’il n’a rien inventé en fait…

  2. Qu’il s’agisse de Gorey ou de Burton, je supporte assez mal cet imaginaire d’enfants victimes. C’est d’ailleurs ce qui m’a fait quitter assez vite l’expo Burton à la Cinémathèque…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *