Littérature française

L’importun d’Aude Le Corff

« Et je me dis qu’il n’y a rien de plus doux qu’un monde d’enfants, de fleurs, de chats et de livres »

J’avais déjà lu avec plaisir son premier roman Les arbres voyagent la nuit. Un plaisir tout particulier car c’est l’auteur elle-même qui m’avait envoyé son livre.

J’étais heureuse de lire qu’elle sortait un nouveau roman et j’avais hâte de le lire. (Quelle chance quand j’ai vu que Masse critique de babelio le proposait sur sa liste !)

Ici le propos est différent du précédent, il est toujours question d’un vieux monsieur mais cette fois-ci le narrateur est une jeune femme, écrivain de roman policier et mère de 2 enfants et ce n’es pas un road-movie mais un huit-clos.

La jeune femme vient de s’installer dans une vieille maison en Bretagne et l’ancien propriétaire revient la visiter tous les jours comme s’il était encore chez lui. Elle le laisse faire. Le vieux monsieur n’est pas pourtant pas très sympathique aux premiers abords.

Tout doucement les langues se délient et chacun confie son histoire, ses blessures à l’autre.

On y évoque des pères, un disparu trop tôt pendant la seconde guerre mondiale exécuté alors qu’il était résistant, un autre là mais absent et violent.

Si certaines petites choses m’ont gênée dans ce livre (la partie centrale un peu lente, les citations de marque que je trouve injustifiées), j’ai beaucoup aimé l’ambiance douce et nostalgique qui se dégage de ces lignes et les thèmes abordés (la relation enfant-père, l’importance de « conter » « raconter » « mettre des mots », la résilience, le lien transgénérationnel).

Des thèmes qui doivent être cher à l’auteur et qu’elle sait bien manier.

J’ai été touchée par cette femme très sensible et par ses interrogations. Un livre qui fait résonance.

Retour à la maison adouci par ce joli livre qui m'attend

tous les livres sur Babelio.com

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

4 réflexions au sujet de « L’importun d’Aude Le Corff »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *