brève

Mes derniers abandons

Certains livres ne passent pas. Parfois c’est une question de moment tout simplement, parfois ça va plus loin. Voici les dernières lectures que je n’ai pas terminées.
J’essaye généralement d’insister lorsqu’un livre ne me plait pas, pour aller au delà du simple « je n’ai pas aimé ».
Mais quand vraiment je n’y arrive pas, je n’insiste plus. Il y a tant de livres qui m’attendent encore.

Le chat qui venait du ciel de Takashi Hiraide.
Ce livre avait tout pour me plaire à la lecture de la 4ème de couverture. Je vous ai déjà dit que je détestais les 4ème de couverture ? Du pur marketing qui dessert plus qu’il ne sert le livre à mon avis. Un exemple particulièrement probant. J’ai trouvé ce livre très ennuyeux, une grosse déception.

Firmin de Sam savage.
Là encore, l’histoire (celle d’un rat de bibliothèque) avait tout pour me plaire et même Alessandro Baricco était plein d’éloges (selon un bandeau accrocheur  » Si lire est ton plaisir et ton destin, ce livre a été écrit pour toi »), tant et si bien que je l’ai acheté broché chez Actes Sud (garantie de qualité qui plus est). Et bien voilà, j’ai trouvé ça répétitif, ça tourne vite en rond et pas grand chose n’en ressort. Pas eu envie de le lire jusqu’au bout.

 

Haute enfance de Carol Joyce Oates. J’ai lu beaucoup sur cette auteur américaine et l’œuvre foisonnante, que je n’avais jamais lu. J’ai commencé par Délicieuses pourritures que je n’ai pas aimé, voir mon billet.  Sans vouloir rester sur cet échec et parce que c’était le thème du club de lecture « lire à Paris », je me suis attaquée à Haute enfance dont on m’avait dit du bien.
Là, impossible même de rentrer dedans, impossible d’accrocher à cette écriture hachée.
Ce n’est peut être pas le bon moment.


Mais vraiment, je le dis parfois, le marketing dessert les livres. Enfin c’est un autre sujet, et vaste.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

22 réflexions au sujet de « Mes derniers abandons »

  1. Je trouve très intéressant de réfléchir sur les raisons qui font qu’on laisse un livre avant la dernière page : je l’ai fait moi aussi parfois et il y a quelque chose de triste, surtout quand on avait envie d’aimer le livre et qu’on l’avait choisi avec soin. Cela m’est arrivé avec « Rosie Carpe » de Marie N’Diaye, un livre de Murakami et un Pynchon aussi, à chaque fois pour des raisons très différentes. Je suis désolée que ta deuxième rencontre avec Oates se soit révélée à nouveau infructueuse (c’est vrai que les premières pages ne m’avaient pas séduite mais c’est en avancant plus loin dans le livre qu’on trouve un plaisir de lecture) : je crois que si tu dois réitérer, le mieux serait « Blonde », son meilleur roman certainement.

  2. @ Juliette professeur ès abandon :-)
    J’suis bien d’accord, ne pas s’acharner.
    c’est juste décevant quand on était quasiment sur d’aimer ces livres et qu’en fait, ça fait flop…
    Et Oui, TANT à lire !!!!
    Merci pour la visite

  3. Je te rassure, l’échec sur des lectures arrive à tout le monde ! Plus tu lis, plus tu en lis, plus tu deviens critique sur le fond et la forme … Et puis, il y a des séries où tout est très bon à lire, et la fois d’après, la série est vraiment mauvaise ;-D Lire, c’est comme la vie, il y a des hauts, il y a des bas !

  4. Voilà un post très intéressant qui va m’inspirer pour mon blog ;-) J’ai tellement de livres à lire que j’hésite moins à abandonner une lecture qui ne me plait pas. Du coup, je n’en fais pas la critique. Mais tu as eu là une super idée :-)

  5. J’ai adoré le premier et Oates est une romancière qui ne m’a jamais déçue. Comme quoi, les goüts et les couleurs … Par contre, j’ai Firmin dans ma PAL, et je ne lis que du négatif à son sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *