J'ai aimé·Littérature britannique

Orlando – Virginia Woolf

Lire un livre de Virginia Woolf est toujours la promesse d’un moment de pure littérature.

J’ai eu le plaisir cette fois-ci de « m’attaquer » à Orlando, roman paru en 1928 et je n’ai pas été déçue.

Ce fut un moment éminemment peuplé des mots, de l’univers de Virginia Woolf, et également truffé de références.
Ce que ce livre nous raconte
Ce livre peut s’apparenter à une sorte de conte fantastique. En effet, Virginia Woolf nous raconte ici la biographie d’un personnage imaginaire, Orlando, qui traverse le temps et les genres. Il nait homme et noble au 16ème siècle, se réveille un beau matin femme et devient à un moment bohémienne tout en traversant les époques.
L’histoire se termine en 1928 et à ce moment là Orlando a toujours 30 ans et est une femme écrivain reconnue. A travers ce personnage, Virginia Woolf revisite l’histoire de son pays.
Le fil conducteur est que malgré le temps, Orlando est toujours aux prises avec les mêmes questionnements : l’envie et la difficulté d’écrire.

Ce que j’en ai pensé
On sent que Virginia Woolf ici s’amuse, qu’elle joue avec les mots et avec le lecteur et qu’elle y prend beaucoup de plaisir. C’est donc un régal à lire.
En plus d’être parfois très amusant, l’auteur nous y livre certaines de ses obsessions : la difficulté d’écrire, la difficulté d’être une femme, la difficulté d’être une femme artiste (et qui plus est homosexuelle).
Un livre qui semble donc plus léger que ses autres œuvres mais où toute l’âme de l’artiste transparait.

Il est dédié à Vita Sackville-West (1892-1962), une poétesse dont Virginia Woolf était amoureuse. Le fils de Vita, Nigel ,a d’ailleurs écrit que ce livre était la plus longue lettre d’amour jamais écrite. Orlando serait selon les interprétations le portrait de Vita.

Comme toujours chez Virginia Woolf, l’écriture est belle mais dense,  très riche et très poétique. On y retrouve de nombreuses descriptions très sensuelles liées au monde naturel et également beaucoup de références au monde littéraire.

…………………………………………………………..

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Virginia Woolf, organisé par Lou.
D’autres avis, chez Titine, Amélie, Del

Je vous invite à aller écouter la voix magnifique de cette artiste sur l’unique enregistrement existant dont j’ai parlé ici.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

15 réflexions au sujet de « Orlando – Virginia Woolf »

  1. Oh je le lirai, c’est sur! Mais après La traversée des apparences et Entre les actes lus en juillet, je fais une pause, sinon j’aurai tout lu trop vite.^_^ On peut relire, c’est sûr…

  2. Je n’ai jamais participé à des challenges mais si ça peut faire lire Virginia Woolf un peu plus, je trouve ça très bien. Les partenariats d’éditeurs pour les nouveautés c’est bien, mais il est parfois bon de retourner vers les classiques et les valeurs sûres. « Orlando » est un des meilleurs livres de Woolf : « La traversée des apparences », son livre de jeunesse est beaucoup moins original et abouti à mon avis mais c’est quand même un bon livre. La critique de « La promenade au phare » est sur mon blog depuis quelques heures si ça vous intéresse.

  3. J’ai prévu de lire Mrs Dalloway prochainement pour une lecture commune. Ce livre dort dans ma bibliothèque avec La Promenade au phare depuis au moins 10 ans sans que je me sois jamais décidé à les lire. Il va falloir s’y mettre.

  4. Merci beaucoup d’avoir relayé mon avis ici!
    Orlando a été une sacrée découverte pour moi, je l’ai lu en VO et j’ai été ultra soufflée.
    Magistral.
    Je n’hésite pas à dire que c’est l’oeuvre de la littérature que je préfère. Elle l’a écrit comme une récréation (cf. sa correspondance), mais résultat c’est un chef d’oeuvre de malice, de satire littéraire et de philosophie.
    x
    PS : je me suis abonnée à la newsletter et ce blog figure maintenant dans mes liens favoris ;)

  5. Alors là chapeau, tu me donnes presque (ben oui, il y a quand même une énorme PAL qui m’attend et me parle plus) envie de me plonger dans un livre de Viriginia Woolf alors que jusqu’à maintenant, cette auteure ne m’a jamais tentée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *