non classé

Réflexions sur l’écriture bloguesque

Plus de 8 ans que je me livre ici, que j’oublie ma pudeur.

Au départ je ne parlais que de livres (et de bibliothèques). Et puis il y a eu la vie et ses épreuves, ses méandres, ses beautés. Il y a eu les rencontres, il y a eu vous qui me lisez, vous qui m’avez lu, vous qui me connaissez (un peu) à travers mes lectures et mes mots. Il y a eu des articles beaucoup plus intimes et beaucoup moins de lectures.

Cela m’est de plus en plus difficile. Je n’écris plus jamais de façon libre, j’en dis beaucoup ou pas assez. En tout cas, je suis terriblement gênée de me raconter ici, à vous que je ne connais pas dans la vie, ou à vous que je connais trop bien. J’ai de plus en plus l’impression d’écrire comme dans le journal intime de ma jeunesse, sauf qu’ici je peux être lue…

Je ne peux plus me livrer ainsi. Et parler de mes lectures m’est aussi difficile, parce que je ne trouve plus les mots, que je trouve que je ne sais plus écrire des avis de lectures pertinents, parce qu’il y a tant de blogs qui existent et qui le font tellement mieux. En fait je n’ai plus rien à dire.

Et pourtant j’ai besoin d’un espace de « création » à défaut de liberté. Je n’arrive pas à fermer ce blog auquel je suis tant attachée et qui pourtant me remplit d’insatisfaction face aux peu d’échanges qu’il suscite désormais et aux visites de moins en moins nombreuses qu’il reçoit. Et que ce qui m’anime le plus, c’est de partager ce qui me touche, échanger, transmettre.

Trouver un nouvel espace de liberté, d’anonymat ? Ecrire autrement ? Ecrire ici plus librement ? Ne plus me mettre de barrière, oser davantage ? Rester, partir ?

Ces éternels doutes qui m’animent. Ce sentiment de décalage qui m’a toujours accompagnée, ce sentiment de ne pas trouver de place même au sein de l’univers bloguesque….

Ici, ailleurs, en dissonance.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

23 réflexions au sujet de « Réflexions sur l’écriture bloguesque »

  1. C’est toujours compliqué, de trouver son équilibre… il n’y a que toi qui peut savoir de quoi tu as vraiment envie (me voilà à parler comme un gourou du développement personnel ^^). Bon courage !

  2. Je me pose un peu les mêmes question. Même si en ce moment je retrouve le plaisir d’écrire sur mes lectures, le manque d’échanges et la baisse des visites sont décourageants. J’aimerais changer de formule, trouver quelque chose de plus léger, moins chronophage. Mais quoi, comment ? Aucune idée. J’espète que tu trouveras des réponses et qu’on te liras encore longtemps.

  3. Je suis blogueur et rarement commentateur. Ça fait partie des choses que j’ai du mal à faire, j’ai même du mal à répondre aux commentaires qu’on me laisse, plus qu’à écrire. Je trouve particulièrement délicat de parvenir à un équilibre entre la thématique choisie, ce qu’on a envie de mettre aussi, finalement, parce que ça semble lié et puis l’épanchement personnel. Je ne pense pas qu’il faille s’interdire quoi que ce soit. Le blog, c’est un espace personnel, un espace d’écriture et de liberté. il ne faut pas se forcer non plus.

    Le rapport au lecteur me semble étrange. Très. Ce sont pour la plupart des anonymes, qui vont, qui viennent, qui lisent fidèlement ou pas, puis reparte. Même si on écrit pas pour des statistiques, il y a un moment où on les regarde, où on essaye de les comprendre, où on se pose des questions, où on est déçu aussi de voir que le trafic est quasiment nul par moments. Même si on écrit pas pour être lu, pour une reconnaissance, on s’aperçoit qu’elle est quand même nécessaire, que c’est un dialogue qui fait avancer.

    Je me pose des questions aussi, peut-être les mêmes que toi. En tous cas, j’ai beaucoup de doutes aussi, de remises en question. Continuer, arrêter, changer, évoluer, peut-être repartir à zero… il n’y a pas de bonne ou de mauvaise solution, juste des envies ou leurs absences, momentanées ou pas.

    Bref, je te lis, je te comprends et pour la suite, je te souhaite surtout d’etre Bien dans ton blog. (Ou ailleurs, mais le blog nous manquerait)

    1. Merci de ton commentaire. Je vois qu’on se pose les mêmes questions chacun dans notre coin. Moi non plus je ne commente pas trop en fait…

    2. Merci pour ton commentaite. Je vois qu’on se pose les mêmes questions chacun dans notre coin. Moi non plus je ne commene pas trop en fait

  4. Cela me peine de lire ces mots chez toi. J’ai toujours aimé tes billets qu’ils soient lecture ou plus personnels. Tu as une singularité qui détonne peut être dans ce qu’est devenu la blogosphère mais moi c’est ce qui me plait. Ne te compare pas aux autres. Écris ce que toi tu as envie d’ecrire avant tout. Peu importe le theme choisi finalement tant que l’authenticité demeure. C’est tellement rare maintenant. À protéger comme un trésor.

    1. Merci Sophie de tes mots qui me touchent. Oui c’est vain de se comparer aux autres tu as raison ! C’est pour ça que je reste attachee à ce blog pour toutes ces années avec lui et avec vous.

  5. Je traverse régulièrement des phases de doute par rapport au blog. En ce moment, c’est plus par rapport au temps qui défile trop vite. Je n’arrive plus à tout faire et je me demande si je ne vais pas être obligée de faire des choix.

  6. Tes mots et ton désarroi sont émouvants, sans doute parce que tout le monde, a, plus ou moins consciemment, cet « à quoi – pourquoi – dans quelle étagère » au moment de se poser devant son blog. Si tu te mets à nu, ça parle directement à notre intimité, à nous ! Ça me manquerait de ne plus te lire, même si bien évidemment, j’ai conscience que cette considération est de peu de poids. Des bises !

    1. Mais si ça compte (en plus toi tu commentes souvent et j’apprécie beaucoup). C’est vraiment cette mise à nu qui me gêne et même temps, je ne sais tout simplement pas à écrire autrement.

  7. Je ne suis pas une personne qui laisse des commentaires (timidité, fatigue, grosses journées, l’impression d’avoir peu à dire..) mais j’aime lire les blogs par contre, et le tien en fait partie. Je comprends ton questionnement, je l’ai à intervalles réguliers aussi. Ce n’est pas simple, je cerne mieux pourquoi j’ai souvent changé de lieu pour écrire sans dire où je partais ^^’
    Je te souhaite de trouver ton équilibre, et retrouver le plaisir de t’écrire..

  8. Je lis toujours tous tes billets et toujours avec le même plaisir ! En revanche je commente moins souvent. Ceci est dû à l utilisation de mon smartphone. Avant je te lisais du pc, c’était facile de commenter maintenant du tel ce n est vraiment pas pratique
    Je le regrette
    Je le ferai plus souvent car tes mots souvent aussi importants pour moi .
    Je t embrasse fort

  9. Je comprends un peu ce que tu peux ressentir.

    J’ai eu des gros passages à vide côté blog l’année dernière. Et puis c’est revenu cette année.
    J’ai aussi débloquer ma façon de m’exprimer en m’essayant à d’autres techniques, notamment le journal créatif (ou art journal) qui a fait sauté des tonnes de verrous chez moi !
    Ca reviendra peut-être, ou peut-être pas…

    Les blogs ont a vie dure à l’heure d’instagram et du tout instantané, tout visuel, je trouve.

  10. Je comprends un peu ce que tu peux ressentir.

    J’ai eu des gros passages à vide côté blog l’année dernière. Et puis c’est revenu cette année.
    J’ai aussi débloquer ma façon de m’exprimer en m’essayant à d’autres techniques, notamment le journal créatif (ou art journal) qui a fait sauté des tonnes de verrous chez moi !
    Ca reviendra peut-être, ou peut-être pas…

    Les blogs ont a vie dure à l’heure d’instagram et du tout instantané, tout visuel, je trouve.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *