non classé

Réparer les vivants de Maylis de kerangal

D’abord il y a eu ce titre que j’ai trouvé magnifique  (j’ai découvert dans le livre que c’était une référence à un autre texte).

Un thème difficile mais que je trouvais hyper intéressant.

Et puis tous ces louanges, ces prix.
Tout m’attirait et j’ai donc attendu avant de me sentir prête,  de peur d’être déçue.
Au final je ressors vraiment partagée de cette lecture.

Il y a de la puissance, une écriture hyper maîtrisée et très belle par moments, un sujet dont l’auteur semble s’être vraiment bien accaparé les difficultés et aspects techniques,  tout cela fait que je reste impressionnée.

Mais il y a aussi ces longues énumérations, ces passages très longs sur certains personnages qui m’ont semblée du remplissage et que j’ai même sauté tant ils m’ont semblé vide de sens avec le sentiment d’être toujours face au même procédé stylistique (longues énumérations,  mêmes mots et adjectifs qui reviennent).

Il y a aussi cette écriture très forte et magnifique par moment et en même temps très froide.
Tout cela fait que je suis parfois restée en lisière de ce récit.

Il y a néanmoins ce sujet très lourd et compliqué et la façon de le traiter que je retiens. Une manière parfois très médicale voire scientifique et en même temps hyper littéraire.

C’est donc un texte qui est loin de m’avoir laissée indifférente,  qui m’a un peu agacée parfois, sûrement parce que j’en attendais davantage.

Ce n’est pas un livre qu’on lit le coeur léger au bord de la piscine.

image

Facebook Comments
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

9 réflexions au sujet de « Réparer les vivants de Maylis de kerangal »

  1. Je l’ai lu.. et si parfois sa puissance m’a transportée, je suis restée sur le bord également de temps à autre ; particulièrement sur la dernière page, les derniers mots, ces derniers qui pour moi en appelaient d’autres. Il m’a manquée une fin réelle, quelque chose qui me fasse poser le livre en sachant que c’était terminé, il n’y avait plus rien à en lire. A en dire.
    L’auteur pour moi, est restée sur l’histoire de la transplantation – traitée avec brio et parfois avec trop de détails – en oubliant qu’il n’y avait pas que ça, que ça ne s’arrêtait pas avec le cœur.

    Je reste dubitative, je ne sais si je l’ai aimé ou non.

    1. Oui voilà tout à fait d’accord. Certaines parties sont trop développées au dépens d’autres qui auraient mérité plus. Bref un texte assez frustrant au final. Je suis contente de voir que je ne suis pas la seule à être un peu restée sur le côté.

  2. Tout à fait le même sentiment! Et après…?
    Partagée également sur l’écriture, littéraire et (mais?) froide. Et ce « mêmement » qui revient sans cesse…
    Je le mettrais cependant plutôt dans les « bonnes » lectures, ne serait ce que pour le fait d’avoir été transportée, comme le dit Dame Ambre, et parce qu’il ne laisse pas indifférent malgré une frustration certaine.

  3. Je l’ai terminé tout récemment aussi et allais justement le chroniquer. Une lecture très forte, un sujet hyper bien traité, des personnages humains et très intéressants mais pas trop accroché au style. J’ai été totalement happée malgré tout.

  4. J’avais adoré ce roman. Je ne m’attendais absolument pas à ça en fait et il m’a scotché. J’ai trouvé le thème très important et plutôt bien traité, cela m’avait amené à beaucoup réfléchir sur le don d’organe. Le style est particulier, sans aucun doute, parfois un peu lourd, mais j’ai fini par m’y habituer et par l’aimer.
    J’ai bien envie de lire d’autres de ses romans, mais je n’ose pas encore, de peur d’être déçue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *