Littérature vietnamienne

Ru – Kim Thuy

2013-05-27_104319

Cela faisait un moment que je voulais lire ce livre. Je l’ai dévoré en une soirée, accrochée aux mots et aux souvenirs de l’auteur.

L’auteur est donc vietnamienne, elle est née à Saigon en 1968. Elle vit actuellement au Québec et a écrit ce livre en français, la langue qui est devenue la sienne. C’est son premier roman.

Dans de très courts chapitres, elle égraine ses souvenirs de façon éparpillée, entre son enfance dorée au Vietnam (sa mère était fille de préfet), la fuite en bateau (boat people) lorsque les communistes arrivent au pouvoir alors qu’elle n’a que 10 ans, le camps de réfugiés en Malaisie et ses débuts au Canada.

C’est toute une nouvelle vie qu’il faut réinventer alors que ses parents doivent exercer des métiers tels que livreur ou femme de ménage, qu’il faut apprendre une nouvelle langue et tenter d’oublier la guerre.

A travers des nombreuses anecdotes, elle évoque tour à tour différents membres de sa famille, passant du passé au présent, même si on saura assez peu de sa vie actuelle à part qu’elle a 2 enfants dont un petit garçon autiste.

Elle évoque aussi la guerre et ne nous épargne pas certaines scènes difficiles, mais ce qu’on retient c’est la force de vie de ces réfugiés vietnamiens, de ces héros ordinaires, à qui elle rend un si bel hommage ici.

Ce texte est également un très bel hommage aux siens.

« Mes parents nous rappellent souvent, à mes frères et à moi, qu’ils n’auront pas d’argent à nous laisser en héritage, mais je crois qu’ils nous ont déjà légué la richesse de leur mémoire, qui nous permet de saisir la beauté d’une grappe de glycine, la fragilité d’un mot, la force de l’émerveillement. Plus encore ils nous ont offert des pieds pour marcher jusqu’à nos rêves, jusqu’à l’infini. »

Avec peu de mots, et beaucoup de pudeur, l’auteur sait très bien décrire la perte de repères de l’exil. Un joli texte à découvrir donc, très touchant.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Tweet about this on TwitterShare on FacebookEmail this to someonePin on PinterestShare on Google+Share on TumblrDigg thisPrint this page

10 réflexions au sujet de « Ru – Kim Thuy »

  1. Ne pas léguer, mais apprendre à vivre, apprendre, comprendre et laisser se construire, c’est le plus bel héritage :)

    Savoir passer de préfet à livreur est un bel exemple de force de vie.

    Je l’avais raté, mais cela fait envie, rendez dans quelques semaines pour les retours :)

  2. Coucou !
    Cela fait également plusieurs fois que je vois passer ce livre sur les blogs, qui décidément me tente de plus en plus !
    Merci pour ton avis en tout cas :)
    Petite question de curieuse : que signifie « Ru » ?
    Bises

    1. Ru, c’est le « petit ruisseau » en français mais aussi au sens figuré, ce que je ne savais pas, « écoulement » (de larmes) et en vietnamien, cela signifie « berceuse » ou « bercer », C’est ce que l’auteur explique en préambule.

  3. Un récit que j’ai aussi beaucoup aimé. Très touchant.
    Dans le même style d’écriture, il y a aussi « L’ombre douce » de Hoai Huong Nguyen qui devrait te plaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *