Littérature française

Et soudain, la liberté – Evelyne Pisier et Caroline Laurent

Œuvre protéiforme, Ovni littéraire…. bijou d’humanité !

Ce livre est tout à la fois un roman, l’histoire d’une rencontre amicale, une biographie romancée, tout cela écrit à quatre mains.

C’est, et c’est surtout ça que je retiens, l’histoire d’une femme exceptionnelle, Evelyne Pisier. Je ne le connaissais pas du tout avant d’entamer le livre, je lui ai juste trouvé une ressemblance troublante avec sa soeur, Marie France Pisier. Et à travers son histoire c’est toute l’histoire des femmes du 20ème siècle et de leurs combats qui se déroule.

Caroline Laurent était à la base l’éditrice d’Evelyne Pisier qui avait décidé de raconter l’histoire de sa mère et la sienne de façon romancée. Malheureusement son décès brutal début 2017 met ce projet à mal. Mais son éditrice lui avait promis de terminer le livre, et c’est ce qu’elle fait donc, brillamment.

Dans ce livre, se succèdent ainsi des chapitres qui racontent l’histoire de Lucie (ou Evelyne) et de sa mère mais également des chapitres qui évoquent la rencontre amicale de courte durée mais très forte entre les 2 auteurs, des passages de mise en abyme autour de la création du livre et au delà des textes de Caroline Laurent sur sa propre histoire.

Evelyne Pisier est donc née à Hanoi dans le milieu bourgeois des colons, a vécu une partie de sa vie en Nouvelle Calédonie, a été la première agrégée de droit public. Elle a aussi été la maitresse de Fidel Castro mais surtout une femme très engagée et militante. Comme l’avait été sa mère avant elle (elle s’est battue pour les premiers plannings familiaux)

A travers l’histoire de sa mère, elle rend hommage à toutes ces femmes qui se sont battues pour leur liberté, leur émancipation dans un siècle qui leur laissait peu de place. C’est surtout l’histoire de l’émancipation de sa mère qui est décrite minutieusement ici.

« Et ta mère? ta mère! Elle a grandi avec ces idées-là, elle les a partagées avec son mari…Et puis la rupture. C’est inouï. Comment avez-vous fait pour vous affranchir de tout ça? » Evelyne me ressert un verre de vin en souriant : « C’est tout l’objet du livre, non? »

Il y a tant à dire sur ce livre.

Il y cette histoire familiale très lourde, un père profondément raciste et ignoble dont sa mère divorcera (fait exceptionnel de l’époque) après avoir été sous son joug. Un père qui se suicidera en 1986, sa mère se suicide à son tour de 1988 car elle fait face à une récidive de son cancer. Evelyne Pisier est également décédée d’un cancer du sein l’année dernière.

Il y a les passages sur Cuba et sa relation passionnelle et passionnée avec Fidel Castro qu’elle décidera de quitter pour terminer ses études brillantes en France et se marier avec Bernard Kouchner.

L’histoire de femmes qui ont compté, magnifiquement rendue par la plume de Caroline Laurent à qui j’ai envie de dire merci de m’avoir fait découvrir ces figures féminines et qui m’a donné envie de lire Le deuxième sexe de Simone de Beauvoir (que je n’ai jamais lu.)

(C’est Evelyne Pisier qu’on découvre sur la couverture du livre.)

68-2017

J’ai lu ce livre dans le cadre des 68 premières fois. Avec ici les avis enthousiastes (et je les comprends) des autres lecteurs.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *