J'ai aimé,  Littérature britannique

Orlando – Virginia Woolf

Lire un livre de Virginia Woolf est toujours la promesse d’un moment de pure littérature.

J’ai eu le plaisir cette fois-ci de “m’attaquer” à Orlando, roman paru en 1928 et je n’ai pas été déçue.

Ce fut un moment éminemment peuplé des mots, de l’univers de Virginia Woolf, et également truffé de références.
Ce que ce livre nous raconte
Ce livre peut s’apparenter à une sorte de conte fantastique. En effet, Virginia Woolf nous raconte ici la biographie d’un personnage imaginaire, Orlando, qui traverse le temps et les genres. Il nait homme et noble au 16ème siècle, se réveille un beau matin femme et devient à un moment bohémienne tout en traversant les époques.
L’histoire se termine en 1928 et à ce moment là Orlando a toujours 30 ans et est une femme écrivain reconnue. A travers ce personnage, Virginia Woolf revisite l’histoire de son pays.
Le fil conducteur est que malgré le temps, Orlando est toujours aux prises avec les mêmes questionnements : l’envie et la difficulté d’écrire.

Ce que j’en ai pensé
On sent que Virginia Woolf ici s’amuse, qu’elle joue avec les mots et avec le lecteur et qu’elle y prend beaucoup de plaisir. C’est donc un régal à lire.
En plus d’être parfois très amusant, l’auteur nous y livre certaines de ses obsessions : la difficulté d’écrire, la difficulté d’être une femme, la difficulté d’être une femme artiste (et qui plus est homosexuelle).
Un livre qui semble donc plus léger que ses autres œuvres mais où toute l’âme de l’artiste transparait.

Il est dédié à Vita Sackville-West (1892-1962), une poétesse dont Virginia Woolf était amoureuse. Le fils de Vita, Nigel ,a d’ailleurs écrit que ce livre était la plus longue lettre d’amour jamais écrite. Orlando serait selon les interprétations le portrait de Vita.

Comme toujours chez Virginia Woolf, l’écriture est belle mais dense,  très riche et très poétique. On y retrouve de nombreuses descriptions très sensuelles liées au monde naturel et également beaucoup de références au monde littéraire.

…………………………………………………………..

Ce livre a été lu dans le cadre du challenge Virginia Woolf, organisé par Lou.
D’autres avis, chez Titine, Amélie, Del

Je vous invite à aller écouter la voix magnifique de cette artiste sur l’unique enregistrement existant dont j’ai parlé ici.

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

15 Comments

Répondre à leslivresdegeorgesandetmoi Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *