Club de lecture

Compte rendu Plea septembre 2010

C’était la rentrée littéraire du PLEA (Petits livres entre amis), et nous l’avons fait au Café Livres (Paris centre), un lieu qui se prête très bien à ces échanges livresques.

La lecture commune était :

J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian.
Je n’ai pour ma part pas adoré cette lecture, (voir mon billet), et c’est un euphémisme que de dire qu’il a été détesté par 2 membres du club.
Pour Julie, elle l’a lu très vite et l’a trouvé sans intérêt tant au niveau du fond que de la forme. Elle trouve que certains livres ont pu être intéressants à un moment dans un certain contexte mais qu’ils perdent leur intérêt après coup, pour elle, celui-ci en fait parti.
Amélie se souvenait l’avoir lu il y a longtemps et l’avoir aimé, là, elle n’a pas réussi à le relire entièrement tant elle l’a trouvé violent.
Pour Cathy, les avis sont bien moins négatifs, elle a trouvé que le livre était prenant et que le héros était intéressant. Elle a trouvé en tout cas que c’était une lecture qu’elle avait eu du mal à lâcher.
Je suis assez d’accord avec elle, sur la montée en puissance du livre jusqu’au dénouement, le côté jusqu’au boutiste du narrateur.

Nous nous sommes accordées à dire que ce n’était pas forcément par cette œuvre qu’il fallait lire découvrir Vian.

D’autres lectures estivales ? J’ai retenu.

Terre des oublis, de Duong Thu Huong

Lu par Christelle et que Amélie et moi n’avions pas réussi à terminer. Elle a aimé, mais je dois dire qu’elle ne m’a pas vraiment convaincue de retenter la lecture. Elle explique en effet qu’il manque les aspects historiques à ses romans. Amélie confirme que c’est le cas pour le suivant Au zénith.

Belle du seigneur,  de Albert Cohen

Lu par Julie. Elle n’a pas aimé. C’est toujours décevant quand un roman qu’on tient pour un chef d’œuvre n’est pas aimé. Je l’ai lu il y a malheureusement trop longtemps pour vraiment en discuter, mais je suis d’accord avec elle que le fait qu’on ne peut présenter ce livre comme le livre le plus romantique de tous les temps, c’est pour moi l”histoire d’une passion amoureuse, dans toute sa cruauté parfois.

Katiba, Jean-Christophe Rufin

Lu par Amélie. J’avoue, je n’ai pas assez bien noté ce qu’elle nous en a dit pour en faire un compte rendu.

La prochaine lecture commune. Nous étions parties sur Oscar Wilde, mais il a écrit peu de romans ou nous les avons déjà lus. Et il semble difficile de s’attaquer à du théâtre (je lirais bien tout de même L’importance d’être constant).

Ce sera finalement ça : On ne boit pas les rats-kangourous, Estelle Nollet
Éditions Albin Michel

Un hameau perdu en plein désert, deux boutiques, l’épicerie de Monsieur Den et le café de Dan où tous les soirs les paumés qui y végètent se retrouvent et éclusent au comptoir. De ce pays, personne ne peut sortir. Willie, qui y est né et ne connaît rien d’autre, le sait mieux que personne. Mais vient le jour où le garçon de 25 ans se pose la question, et rien ne sera plus comme avant.

Ce premier roman au climat étrange, proche de l’imaginaire du Caldwell de la Grande Dépression, ou du Mc Carthy de la Route frappe l’imagination par son évocation de personnages déchus, au bout du rouleau, ou d’innocents magnifiques dans un nulle part aride, implacable et ordinaire.” (Source : Numilog.fr)


Prochain “rendez-vous” le 5 octobre.


A bientôt les plea members !


Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

No Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *