Librairie

J’ai testé “Libraire à domicile”

Suite aux articles alléchants de The girl next door et La plume dilettante, j’ai voulu moi aussi tester ce service de libraire à domicile. Ma demande était assez vague :

J’aime le roman, mon auteur favori en langue française est Romain Gary. J’aime aussi beaucoup Nancy Huston et la littérature contemporaine anglo-saxonne. J’ai envie de découvrir une nouvelle voix de femme plutôt.

Et voici donc leur 3 propositions arrivées avec un peu de retard, car ils ont été victimes de leur succès !

Les libraires me rappellent à juste titre que l’objectif de ce service qu’elles proposent gratuitement est qu’on achète les ouvrages par la suite. Je les salue ici car c’est un boulot difficile qu’elles font et cette idée qu’elles ont mis en place va payer, c’est sûr !

Purge, Sofi Oksanen

Avis du libraire : Un livre bouleversant sur la vie des femmes en Estonie. Jusqu’où faut il aller par amour ?

Résumé :
En 1992, l’union soviétique s’effondre et la population estonienne fête le départ des Russes. Mais la vieille Aliide, elle, redoute les pillages et vit terrée dans sa maison, au fin fond des campagnes. Ainsi, lorsqu’elle trouve Zara dans son jardin, une jeune femme qui semble en grande détresse, elle hésite à lui ouvrir sa porte. Ces deux femmes vont faire connaissance, et un lourd secret de famille va se révéler, en lien avec le passé de l’occupation soviétique et l’amour qu’Aliide a ressenti pour Hans, un résistant. La vieille dame va alors décider de protéger Zara jusqu’au bout, quel qu’en soit le prix. Sofi Oksanen s’empare de l’Histoire pour bâtir une tragédie familiale envoûtante. Haletant comme un film d’Hitchcock, son roman pose plusieurs questions passionnantes : peut-on vivre dans un pays occupé sans se compromettre ? Quel jugement peut-on porter sur ces trahisons ou actes de collaboration une fois disparu le poids de la contrainte ? Des questions qui ne peuvent que résonner fortement dans la tête des lecteurs français.

Petite soeur, mon amour – Joyce Carol Oates

Avis du libraire : Tout le talent de cet auteur qui nous fait plonger dans l’Amérique des années 60. Du sang froid et une grande finesse psychologique pour un roman noir prodigieux

Résumé :
Le 25 décembre 1996, JonBenet Ramsey, six ans et demi, était découverte assassinée dans la cave de ses parents à Boulder, une petite ville du Colorado. L’enfant avait été battue et étranglée. L’affaire souleva une émotion d’autant plus grande à travers l’Amérique que la petite victime, une ” mini-Miss ” vedette de multiples concours de beauté, était très célèbre. Les médias s’abattirent sur la ville et la famille faisant vivre à tous un véritable enfer d’insinuations, de suspicions et de mensonges destructeurs. Pourtant, et malgré les enquêtes successives, le crime est, jusqu’à ce jour, demeuré un mystère. Pas pour Joyce Carol Oates qui, s’emparant de ce fait-divers à la manière – géniale – dont elle s’est approprié la vie de Marylin Monroe (dans Blonde) en fait une histoire effarante que reconstruit dix ans après le frère de la victime. Les protagonistes, les lieux, les circonstances sont à peine modifiés. La petite fille s’appelle maintenant Bliss, c’est une championne de patinage sur glace, l’enfant adoré de ses parents, la coqueluche d’un pays, la soeur aimée et jalousée par un frère, son aîné de trois ans, Skyler. Skyler qui depuis le meurtre a vécu dans un univers de drogues, de psys et d’établissements médicalisés. Agé aujourd’hui de dix-neuf ans, et toujours pas remis des secousses de son adolescence, il fait de son récit une sorte de thérapie. Ses souvenirs sont à la fois vivaces, disloqués et déformés. Une technique que Oates maîtrise parfaitement et qu’elle utilise ici avec d’étonnants effets. Peu à peu émerge le nom du coupable : le père – homme d’affaires ambitieux -, la mère – arriviste forcenée -, un étranger cinglé ou bien… le narrateur lui-même ? Tous les ingrédients préférés de Oates sont là : la vanité féminine, la stupidité masculine, la famille dysfonctionnelle, l’angoisse du parvenu, le christianisme de charlatan, les dérives de la psychanalyse, le vampirisme des médias, l’incompétence de la police. Pour produire en fin de compte un chef-d’oeuvre hallucinant, un dépeçage au scalpel de l’âme humaine et de l’horreur ordinaire… Membre de l’Académie américaine des Arts et des Lettres, professeur de littérature à Princeton, titulaire de multiples récompenses littéraires (dont, en 2005, le Prix Femina étranger pour Les Chutes) Joyce Carol Oates occupe depuis longtemps une place au premier rang des écrivains contemporains.

Orages ordinaires – William Boyd

Avis du libraire : Du très grand Boyd ! Une réflexion sur la fragilité et sur l’identité. Du Hitchcock !

Résumé :
Adam Kindred, jeune climatologue désireux de restituer un dossier à son propriétaire, un médecin, le retrouve poignardé chez lui. Afin d’échapper au tueur qu’il a surpris, et à la police car tout l’accable, il se crée un refuge au bord de la Tamise et peu à peu se clochardise. Désertant un Londres indifférent au sort de ses marginaux, il se mêle aux bas fonds de l’East End et à une société interlope plongée dans un enfer moderne. Son enquête inlassable l’amène à démasquer la conspiration de puissantes firmes pharmaceutiques prêtes à commercialiser un traitement contre l’asthme, très lucratif pour elles, mortel pour des milliers d’enfants. William Boyd pose ainsi la question du parcours moral et psychologique où les notions de bien et de mal, d’innocence et de culpabilité sont malmenées.

Mon avis :

Je dois dire qu’elles ont touché juste avec William Boyd un auteur que j’ai très envie de découvrir. Par contre, vous connaissez mon désamour de Joyce Carol Oates… Quant à Purge, je n’en entends que du bien, mais je pense attendre qu’il sorte en poche, et puis je n’aime pas quand un livre est aussi “médiatisé”… C’est d’ailleurs assez dommage je trouve que le site ne propose que des nouveautés et pas autre chose (dont des éditions de poche).

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

11 Comments

  • Livvy

    J’adore Boyd. Vraiment !
    Mais ce titre-là, j’ai tenté, je ne suis pas parvenue à le terminer. Je le voulais, pourtant, mais je pense être passée complètement à côté. Je réessaierai probablement dans quelques mois/années.

  • Estellecalim

    Huhuhu ! C’est vrai qu’on est tenté d’essayer et qu’on n’achète pas forcément ensuite :S
    Pour les nouveautés, comme c’est un service qui est censé te faire découvrir des livres, c’est peut-être pour cela qu’elles conseillent surtout des livres récents. Et ce sont sans doute aussi les livres qu’elles ont en tête en ce moment.

  • Caroline

    J’ai déjà testé ce service il y a quelques mois de cela en leur demandant de me conseiller des livres argentins ou parlant de l’Argentine. La sélection était intéressante et contenait aussi bien des brochés que des poches. C’est une très bonne idée, le service qu’elles proposent en tout cas.

  • asphodele

    Oooh! Moi qui vis dans un village ravitaillé par les corbeaux, sans librairie a moins de 20 kms, je vais y aller faire un tour. Mais dis-moi, on ne reçoit QUE ce qu’ils/elles proposent ou on peut commander ce qui nous plaît ? Parce qu’avec les mises a jour que j’ai a faire, je serai intéressée par des poches a bas prix ?
    Des que les fêtes seront passées, j’ai l’intention de m’y mettre.
    Joyeux Noël a tou(s)tes !

  • Sylvie

    Moi aussi j’aime beaucoup William Boyd. Si vous lisez l’anglais, son style est facile et très fluide et facile. A mon avis sa prouesse c’est “Les nouvelles confessions” (New Confessions) . C’est l’histoire d’un Ecossais qui a le coup de foudre pour les Confessions de JJRousseau et décide d’en faire un film. C’est évidemment un roman en abîme, volumineux, mais passionnant.
    Le dernier (Orage ordinaire) m’a beaucoup plu. Il dresse un portrait édifiant de notre société.

  • Allie

    Ce concept est tout de même intéressant! Et puis j’ai noté le Joyce Carol Oates, puisque cette histoire de JonBennet m’avait bien troublée à l’époque. On en parlait partout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *