Littérature britannique

Le treizième conte – Diane Setterfield (bloquée à la page 263)

Bon bah voilà, il fallait bien que ça arrive….

(Ce n’est pas la première ni la dernière, je suis si exigente)

Voilà un livre qui a été aimé voire adoré par beaucoup et que moi, non je n’arrive pas à lire. C’est toujours désolant quand on commence un livre qu’on nous a conseillé et dont on a lu beaucoup de bien et de se retrouver comme ça bloquée.

J’en suis au milieu, je pourrai en me forçant tenter de le terminer mais le bougre fait tout de même plus de 500 pages.

Alors, qu’est-ce qui se passe ?

Je crois tout simplement que ce livre n’est pas fait pour moi : trop de fantômes… Je pense d’ailleurs que le mot “conte” dans le titre aurait dû me mettre la puce à l’oreille. Je n’arrive donc pas à m’intéresser aux personnages, du tout. Et donc je m’ennuie, c’est long, trop de détails…

Et pourtant il avait beaucoup pour me plaire : une passionnée de livres anciens se retrouve à écrire la biographie d’une écrivain malade et en fin de vie et elle l’écoute lui raconter sa vie depuis le début dans son manoir au Pays de Galles.

Mais voilà autant je m’intéresse à la biographe autant l’écrivain et sa vie me laissent de marbre.

Au final, je me dis que j’aurai dû le lire en anglais, ça m’aurait motivée à le finir.

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

15 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *