and More,  Documentaires et essais,  J'ai aimé

Vous souvenez-vous de “Que deviendront-ils ?”

Depuis que je découvre le site de l’ina, je (re)découvre  des perles, dont ce documentaire Que deviendront-ils ?

Documentaire réalisé par Michel Fresnel, constitué de 12 épisodes réalisés entre 1984 et 1993, puis deux épisodes spéciaux en 1996 et 1997. Il était diffusé sur Antenne 2 (puis France 2 et enfin sur La Cinquième).

Les élèves d’une classe de 6e du collège-lycée Paul-Valéry à Paris ont été suivis, chaque année, pendant dix ans, par la caméra de Michel Fresnel et la journaliste Hélène Delebecque. Ils y racontaient leur quotidien et leurs espoirs et désillusions année après année.

J’attendais pour ma part chaque année cette diffusion avec impatience, j’avais l’impression de les connaître. Et aujourd’hui, j’aurais d’ailleurs aimé savoir ce qu’ils sont devenus…

Ce documentaire qu’on pourrait qualifier d’ancêtre de la téléréalité était plein de pudeur, complètement respectueux de chacun. Il savait très bien nous montrer les tourments de cet âge charnière. Et au delà de l’aspect témoignage sur un âge, aujourd’hui, il présente un témoignage sur une génération et une époque.

Un véritable travail sociologique hyper émouvant et passionnant, absolument unique en son genre.

(C’est comme ça que j’imagine le rôle de la télévision intelligente…)

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

20 Comments

  • Dominique

    J’adorais, probablement parce que je pouvais m’y retrouver. La balance était parfaite entre l’intime et la pudeur, c’était terriblement juste et jamais voyeur. Parfois, on bave sur la télé mais elle nous a quand même donné de fort beaux moments, même si je doute qu’on puisse en dire autant quand dans quelques années, on reparlera de la star academy ou du loft… Bien que j’admette que Loanna est aussi un miroir de son époque, à peine déformant…

  • Asphodèle

    Je ne connais pas du tout ! Mais à ma décharge, je n’étais pas en France à cette époque et là où j’étais, il n’y avait qu’UNE chaîne !! Et je regarde vraiment la télé que depuis les années 2000, j’ai du travail pour rattrapper, quoique… Il y a des télé-réalités dont on se passerait ! La pudeur n’est plus de mise…

  • bertfromsang

    je m’en souviens parfaitement – nos camarades avaient un ou deux de plus que moi. effectivement, d’une année sur l’autre, on ne retrouvait pas toujours les mêmes, selon qu’ils souhaitaient être filmés, ou pas, condition sine qua non, selon les journalistes, pour effectuer un travail bénéfique. deux d’entre eux m’avaient plus particulièrement marqué: le premier de la classe qui tente de devenir quelques années plus tard un poëte – maudit : une espèce de projection, assurément… et surtout cette jeune fille, qui avait un problème à un oeil, d’où une longue mèche de cheveux qui lui barrait continuellement une partie du visage, devenue curiste à l’adolescence – on la voyait notamment lors d’un concert d’indochine – et qui avait rencontré son copain d’alors grâce à l’émission: après l’avoir découverte sur le petit écran, le type avait tout fait pour la rencontrer: étrange… les concepteurs de ce programme avaient semble-t-il été inspirés par une émission anglaise commencée au début des 60’s: seven, où l’on suivait, dès leur plus jeune âge, et tous les sept ans – d’où le titre – de jeunes anglais venus de tous les milieux: j’avais découvert, il y a quelques années sur arte, un condensé de ses émissions allant de 6 à 41, ou 48 ans: un truc étonnant.
    en conclusion, de la télévision intelligente, assurément (cela existe, bel et bien…)

  • eric valero

    bonjour
    a l occasion d un rangement j ai retrouve des cassette vhs des emissions que deviendrons t ils
    grand moment d emotion !!!!!!!!!!!!!
    et aujourd hui que sont t ils devenus
    c etait comme des cpoains proches

  • William

    Oui, cette émission était une idée originale. C’était le roman d’une génération comme l’avait titrée Télérama en 1993 à l’occasion du dernier épisode. Mais il comprend aussi une part de frustration. Tout le monde veut savoir ce qu’ils sont vraiment devenus à l’âge adulte. On les a laissé à 22 ans, “adultolescents” comme on dirait aujourd’hui, en pleine mutation et on ignore leur parachèvement affectif, familial, social ou professionnel. J’ai l’impression d’un feuilleton sans épilogue…

  • auffret

    j’habite à saint nazaire et je suis tomlbé sur phillippe de l’emission. C’était vendredi dernier lors de la fête de la musique Je l’ai reconnu assez facilement. Je me demande encore comment j’ai pu le reconnaitre. Et je suis allé discuter avec lui.

  • auffret

    Phillipe de l’emission que deviendront ils ? vit et travaille à saint nazaire, est marié, a deux enfants. Il revoit tous les trois ans les anciens de la classe grâce à l’attachée de presse de l’emission qui organise des retrouvailles. Il parait toujours aussi tranquille et reveur. Il a travaillé aux chantiers de l’atlantique mais aujourd’hui, il travaille pour une autre boite. Il m’a dit qu’on se reverrai surement car il vient souvent au centre ville

  • delfosse

    Merci, merci pour ce rappel de souvenirs ! J’adorais cette émission, que j’ai enregistré un été où France repassait tout, je pense. je chérissais cette émission magique ; ils étaient tous des copains, c’était juste, tendre, et pile synchronisé avec mon âge. Quand je retombais sur cette émission un peu au hasard d’éta en été, j’étais fou de joie. Quelle magnifique idée ! Et puis la musique du générique, la voix off, les longs silences, le temps qui s’installait, ces petits riens de la vie, une photo d’une France tellement lointaine. Les voitures, les télés, les rêves des enfants… je me souviens de mon desespoir le jour où j’ai confié mes 10 VHS à un ami, qui se les ai fait volés dans son coffre. C’était avant Internet, et jamais je ne pensais pouvoir revoir des images de tout cela. je vais les montrer à mes enfants, tiens ! Ca va être un moment incroyable. Que j’aimerais les revoir ensemble !

  • Deborah

    Bonjour adolescente j’avais vu les épisodes en direct et je me suis attachée aux participants je serai curieuse de savoir ce qu’ils sont devenus aujourd’hui. Le droit à l’oubli prédomine certainement … juste l,envie de savoir si ils ont réalisé leurs rêves, si ils sont heureux :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *