J'ai aimé,  Littérature française

Elles vivaient d’espoir – Claudie Hunzinger

Voici un livre recommandé par Cathy de tulisquoi et que je vous recommande à mon tour absolument.
Je l’ai reçu samedi matin, entamé et je n’ai pu le lâcher que terminé, le soir venu.
Un livre dont il n’est pas simple de parler, sans rien en dévoiler, et parce qu’il m’a profondément touchée.

L’auteur

Claudie Hunzinger est née en 1940 en Alsace. Artiste plasticienne, son oeuvre tourne autour du livre et de l’écriture (voir sa série Bibliothèque en cendre). Elle signe ici son premier roman, après avoir écrit des poèmes & des récits. Vous pourrez en savoir plus en allant sur son site.

Le livre

En exergue, une phrase de Jules Renard : « J’ai été élevé par une bibliothèque. »

Dans ce livre, Claudie Hunzinger rend hommage à sa mère, Emma. A travers les textes qu’elle a pu récupérer d’elle (des photos, des notes, des lettres et 4 cahiers dont certains écrits à la troisième personne), elle écrit un roman biographique où elle nous présente une femme “hors norme”. Elle rend aussi et surtout hommage à une autre femme, Thérèse.  Je n’en dis pas plus.

Ce livre fait suite au documentaire Où sont nos amoureuses que l’auteur a réalisé avec son fils. (A ne pas regarder avant d’avoir lu le livre)

Ou sont nos amoureuses, un film de Robin Hunzinger from Robin Hunzinger on Vimeo.

Ce que j’en ai pensé

Quel beau titre déjà (j’y suis assez sensible).

L’écriture m’a au début fait penser à Annie Ernaux, et particulièrement à son livre Les années, en effet ici l’auteur reprend les mêmes procédés, elle part parfois d’une photo pour raconter. Cela m’a plu même si je n’avais pas complètement adhéré aux années, car Ernaux est un écrivain que j’aime.

Et j’aime quand les livres mêlent la grande histoire et la petite, surtout quand ils évoquent des périodes troubles de notre histoire avec autant de sensibilité.

Un livre puissant et complètement habité qui donne voix à une femme dont l’engagement a été total et qui a été oubliée. Avec les éléments cédés volontairement par sa mère (et qui n’a rien dit de son vivant), l’auteur remonte le fils de l’histoire et assume le passé “lourd” de sa famille. Et puis quel portait de femmes avant gardistes (forcément j’aime !).

Essentiel.

Rencontre avec l’auteur racontée par Cathy (tulisquoi)

L’avis de Clara

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

13 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *