Librairie

Détour par une librairie pas comme les autres : Le Bleuet à Banon

Elle est située dans un minuscule village des Alpes de Haute Provence, a priori plus connu pour son fromage (le Banon) que pour ses livres ! Et pourtant, dans ce village aux 800 habitants, une petite librairie de village est en passe de devenir l’une des plus grandes de France.

©Le bleuet, un jour où il faisait meilleur que le jour de ma visite

Voici l’histoire d’une sacrée réussite !

Joël Gattefossé, menuisier (c’est lui qui a construit certains des rayonnages) s’est installé à Banon et a repris il y a 20 ans une librairie avec un fonds d’à peine 300 livres (77 ouvrages en propriété et de 250 en dépôt). Ce fonds s’accroît au fil des ans, à tel point que la librairie a dû être agrandie, en rachetant les maisons aux alentours.

Aujourd’hui, la librairie fait 200 m2 (avec des espaces complètement biscornus), elle propose 107 000 ouvrages (ou 60 000 titres), vend en moyenne 500 ouvrages par jour et devrait dépasser cette année les 2 millions de chiffre d’affaires. Et elle accueille des gens de partout, c’est complètement dingue ! J’y suis passée fin juillet, un jour où il tombait des cordes (oui, ça arrive même dans le Luberon) et elle était remplie de lecteurs de tout âge, perdus dans ses méandres de rayonnages. Un vrai bonheur.

Comment fonctionne-t’elle si bien, alors qu’on entend partout que les librairies ferment ? Parce qu’elle s’est spécialisée dans les livres introuvables, qu’elle a des collections entières (les cahiers rouges, la pléiade…) et parce qu’elle a très vite compris l’importance de la vente via le net.

Et demain ?

Une nouveau bâtiment est en construction à l’extérieur du village : un entrepôt de 1733 m2. Pour traiter les commandes par internet et augmenter le stock. Un projet de 4 millions d’euros aux financeurs multiples. « En 2012, je veux figurer parmi les 10 premières librairies indépendantes de France en fonds littéraire disponible, avec 140.000 titres« , affirme Joël Gattefossé.

Les raisons du succès? « Le bouche à oreille dû à un fonds sans cesse en constitution », estime le libraire. « Les gens savent que je développe les collections à fond », dit-il, citant en exemple Babel (Actes Sud, 600 titres), les Cahiers rouges (Grasset, 300 titres) ou encore la prestigieuse collection de la Pléiade. « Je laisse aussi du temps au livre. Contrairement à d’autres librairies où ils sont renvoyés à l’éditeur au bout de trois mois, les livres peuvent rester chez moi quelques années ».

(source : http://www.editoweb.eu/BANON-04-Le-village-aux-100-000-livres_a224.html)

Lire l’article de la Provence

Si vous passez par le Luberon, n’oubliez donc pas de passer par Banon et cet endroit hors norme, vous y trouverez forcément votre bonheur (je suis repartie avec 2 livres…)

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.