Littérature française

Place de Chine – Roland Hélié

Voici un petit texte fort et original. Une cinquantaine de pages, de courts chapitres qui nous donnent à voir une écriture et une voix.

Un homme nous parle de lui, de sa naissance et de son nom (il y a même une copie de son acte de naissance), à travers ses livres notamment. Comme un inventaire du présent, il liste par exemple les livres prêtés. Il s’imagine également dans le passé amant de femmes qui vont lui préférer qui Sigmund Freud, qui Orson Welles.

J’ai aimé les mots de l’auteur, véritable amoureux des livres et des bibliothèques. Il rend ainsi hommage aux plus grands, et à la mémoire..

Face à une femme qui se refuse à lui au moment de l’acte sexuel en le mordant, il s’imagine alors à la place de certains auteurs. Ca donne :

Si j’avais été Bataille, j’aurais longuement uriné sur ses seins en soufflant fort.

Si j’avais été Bukowski, je n’aurais pas débandé. Je lui aurais flanqué des baffes, l’aurais baisée trois fois et me serais tiré en emportant la dernière bouteille de bourbon.

Si j’avais été Simenon, j’aurais pensé au bonheur de Maigret près de sa femme et serais parti retrouver la mienne. Ou une pute.

Je remercie les éditions Fromentin pour l’envoi de ce livre.

Place de Chine est le premier titre d’une nouvelle collection de Rue Fromentin : la contre-allée. Elle regroupe des textes qui mettent en avant l’exigence littéraire et l’expérimentation formelle.

L’auteur
Roland Hélié est né en 1958 à Montpellier. Il n’a pas écrit d’autres livres depuis Place de Chine, publié en 1991. Il s’est ensuite consacré aux musiques du monde (il vit, dans un village de la Drôme, entouré de sa collection de 10 000 enregistrements) et à la cinéphilie.

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *