brève

A defaut de lire, j’ai vu Drive au cinema

Difficile de décompresser après un oral dont on n’est pas content et après des jours de boulot intensif ! Alors à défaut d’arriver à me replonger dans mes livres, j’ai été voir Drive au cinéma. Un polar récompensé à Cannes par le prix de la mise en scène et qui aujourd’hui déclenche des avis très tranchés. Depuis les avis dithyrambiques jusqu’aux avis les plus cassants.

J’y allais vierge de tout cela et sans en connaitre l’histoire. J’ai découvert juste avant d’entrer la salle, à la librairie qui jouxte le MK2 jaurès et où je n’ai pu m’empêcher d’aller et d’acheter un livre, oui, mais c’est un livre de comptines pour mon neveu…

Bref je m’égare, j’ai donc vu que le film était tiré d’un livre éponyme. Et là, je vois le nom de l’auteur – James Stallis – et oh surprise, je réalise que j’ai lu une interview de lui la veille dans ma revue professionnelle BIBLIOTHEQUE(s) dédiée vous l’aurez compris aux bibliothèques donc. Dans ce numéro dédié aux polars, ils ont interviewé 4 auteurs pour connaitre leurs sentiments sur les bibliothèques et en quoi elles ont joué un rôle dans leur vie de citoyen et d’écrivain. Ce monsieur m’y est apparu très sympathique, je me suis même dit, il faut que je le lise !

Bref, pas vraiment envie de lire Drive, c’est toujours décevant de lire un livre après un film mais je tenterai surement un autre de lui.

En attendant, Drive, donc, le film. 

C’est sombre, c’est très esthétisant, c’est très violent. Mais j’ai été complètement embarquée aux côtés de ce héros anti héros, aussi doux qu’il peut être violent, aussi mystérieux que cliché parfois. Ce film tombe ainsi parfois dans la facilité, mais je l’ai trouvé néanmoins particulièrement réussi, tout cela tient je pense à la performance irréprochable de l’acteur principal.

A voir si vous aimez les films sombres, la vitesse, les villes la nuit (Los Angeles) et si vous êtes prêts à voir jusqu’où l’homme peut aller dans la violence pour protéger les siens.

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

9 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *