Expos,  Littérature française,  Mes indispensables

Le mythe Vian s’expose à la BnF

“Fuir, c’est bon pour les robinets.”

Malgré ce sentiment un peu en demi teinte, l’exposition est très riche : beaucoup de manuscrits, des photos, des éditions originales, ses tableaux. Elle vaut donc largement le détour car elle permet de réaliser l’ampleur du talent de ce génie.

J’ai notamment découvert son travail de traducteur  (il a notamment traduit Le grand sommeil de Chandler), j’ai eu aussi un plaisir énorme à écouter ses chansons chantées par tant d’artistes différents (il a écrit en tout 460 chansons). J’ai aussi ri à relire ses aventures au collège de ‘pataphysique. J’ai découvert que Jacques Prévert était le voisin de Boris Vian et j’ai pu lire des passages savoureux du Traité de civisme.

Et puis, quel bonheur de voir le manuscrit de L’écume des jours, écrit quasiment d’une traite avec très peu de ratures sur un document de l’afnor où Boris Vian travaillait.

C’est ainsi, l’émotion est bien là quand on voit l’œuvre et le processus de création littéraire se révéler ainsi. On n’aura plus jamais le même rapport aux auteurs d’aujourd’hui qui écrivent sur leur ordinateurs.

Ce que j’ai ressenti en sortant de l’expo, c’est l’envie irrépressible de retrouver les mots de Vian, son humour ravageur, son invention des mots & son univers si particulier.

Allez lire le billet de Mademoiselle petit bois, qui parle de l’expo et de Post Scriptum. Allez aussi lire cet entretien avec sa première femme, très émouvant.

Je vous invite donc à aller vous mêler à l’œuvre de Boris Vian, c’est jusqu’au 15 janvier 2012.

——————————–

Autour de l’exposition

Hommage musical à Boris Vian
Soirée spectacle avec Claude Abadie et son tentette, Magali Noël, Carmen Maria Vega…
Mardi 8 novembre 2011
de 18h30 à 20h00, Grand auditorium

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

8 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *