Numérique

Liseuse : mes premiers pas

Après quelques jours d’utilisation, voici mes impressions à chaud. Merci encore à  booken et numeriklivres  pour ce prêt.

Utilisation intuitive

Ayant récupéré la liseuse auprès de missbouquin , j’ai tenté une prise en main directement, dans le métro, sans mode d’emploi pour voir si l’utilisation était intuitive et je dois dire qu’assez vite, j’ai su m’en servir, sauf que l’écran a buggué lorsque j’ai tenté d’ouvrir un texte et là, j’ai un peu flippé et comme c’était impossible de se connecter sur le mode d’emploi qui est donc à l’intérieur de la liseuse, j’ai donc dû faire une recherche sur le net (en arrivant chez moi) pour réinitialiser la liseuse et c’était reparti.

Au contraire de missbouquin, j’ai trouvé au début que l’écran tactile était assez réactif, mais finalement à l’usage, je me rends compte que pour tourner la page, ce n’est effectivement pas toujours efficace du premier coup, je finis donc par utiliser le bouton.

Une chose qui coince de manière intuitive (il va donc falloir que je me planche sur le mode d’emploi), c’est lorsqu’on ouvre par inadvertance le menu, on n’arrive pas à le refermer, et parfois sans le vouloir, on perd sa page en court, c’était assez rageant. Et puis la navigation dans la bibliothèque générale n’est pas évidente, et puis surtout ce serait tellement bien de pouvoir revenir par exemple à la table des matières d’un ouvrage facilement. Ces fonctions existent sûrement, faut juste que je prenne le temps de regarder ça !

Autonomie

L’autonomie est exemplaire, c’est génial de pouvoir mettre la liseuse en veille, avec en plus chaque fois un écran de veille différent (de Victor Hugo à une page avec des noms d’auteurs) et la remise en marche est ultra rapide.

Autre point très positif, j’ai réussi très facilement à rajouter des textes dessus.

Déception : l’écran

Sinon, la seule chose qui m’ait vraiment déçue, c’est l’écran, le fond est gris et manque vraiment de contraste, dès qu’il y a peu de lumière la lecture est tout de suite moins agréable. C’est dû à la technologie Sipix utilisée ici et non le e-ink. 

Premiers constats

Au niveau des lectures, on voit rapidement l’importance portée à la typo et à la mise en page, certains textes se lisent mieux que d’autres. J’ai fini En un point donné de Marc Lepape, lu Le doigt de l’historienne, des nouvelles de Ray Parnac (problèmes de concordance entre la table des matières et les pages réelles), commencé Mlle de Maupin de Théophile Gautier (mais là, la mise en page n’est vraiment pas satisfaisante).

J’ai encore quelques jours pour utiliser cette jolie machine (car oui je n’en ai pas parlé mais elle est belle et si fine) j’en suis bien contente car même si tout comme missbouquin j’ai l’impression que ça influe sur la façon de lire, qu’on est tenté de “papillonner” entre tous ces textes qui s’offrent à nous et que cela va encore plus m’entraîner à lire plusieurs textes en même temps (sur la liseuse dans les transports, sur papier à la maison et pour ce qui n’existe pas encore en numérique), j’ai vraiment apprécié de l’avoir avec moi dans les transports (ça ne pèse rien dans le sac et c’est vraiment ce qui compte pour moi et mes problèmes de dos) et d’avoir accès à tous ces textes, c’est assez magique !

A suivre…


Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

22 Comments

  • Suzanne Helen

    Très intéressant, ton article !

    En ce moment, je louche sur le Kindle, d’Amazon. J’en ai lu beaucoup de bien, mais il y a une question de compatibilité des fichiers qui me fait encore hésiter…

    Cette liseuse-ci est-elle celle vendue par France loisirs ou le Furet du Nord ?

    • delphinesbooks

      Oui mais le modèle commence à dater et le Kindle ne lit pas le Epub et ça, ça me gêne vraiment. J’ai investi dans le KOBO qui sort à la fin du mois.

  • George

    je perçois les liseuses plus comme un gadget, et j’avoue que ça ne m’attire pas plus que cela ! j’aime trop l’objet livre (je ne veux pas dire que ceux qui optent pour une liseuse n’aiment pas les livres ;) ), le papier, sa chaleur, donc pas trop tentée pour l’instant !

    • delphinesbooks

      Et bien, moi je suis ravie d’avoir enfin un sac léger quand je prends les transports (même si vu le monde, j’ai du mal à lire), c’est vraiment pour cette utilisation là que j’ai eu envie de tenter l’expérience. Mais ça va au delà du gadget, la lecture avec le système e-ink (pas celui de la liseuse que je teste) est hyper confortable pour les yeux fatigués (plus qu’une page de livre papier, ça peut surprendre mais c’est la réalité).

  • Asphodèle

    Je suis perplexe ! Car si je ne doute pas un instant du côté “pratique” en alternance, l’idée qu’il va me falloir un mode d’emploi pour m’en servir et mettre encore quinze jours à savoir la manier correctement me déprime… Et puis comme tu le dis, pour les transports, etc. Mais quand on a plus ce souci de transports ou qu’on lit confortablement, je ne vois pas trop l’intérêt. Juste pour les pavés de 700 pages (ce qui n’est pas tous les jours) qui pèsent une tonne ! :) J’y viendrais sêrement malgré mes “ronchonnages”…

  • paulinelit

    Pour celles et ceux qui veulent acquérir une liseuse, vous avez le choix puisque les sorties sont multiples en ce moment. Je dirais que le meilleur rapport qualité prix c’est le kobo vendu à la Fnac a partir du 28 novembre. Contrairement au Kindle il lit les ePub qui est le format le plus utilisé chez nous! L’Odyssey de chez Bookeen peut etre pas mal également. Par contre la dernière Sony (PRS_01) est un poil plus chère !
    Bienvenue dans le monde du numérique Delphine !

  • sophie

    Bonjour Delphine,
    Bienvenue dans le monde de l’ebook ! Je suis l’éditrice de Ray Parnac. Désolée que tu aies eu quelques soucis avec la table des matières. J’ai envoyé à Numeriklivres une nouvelle version de l’epub et te la ferai parvenir avec plaisir si tu le souhaites. Le livre est également disponible en papier, comme tous nos titres, car nous croyons à la complémentarité des supports (un peu comme une photo facile à partager et à stocker en numérique, mais que l’on aime imprimer parfois pour la garder chez soi et la tenir dans sa main). A bientôt !

  • Elessar

    Pour sortir du menu, il faut cliquer en dehors, tout simplement. Mais c’est vrai que j’aurais apprécié un bouton « annuler, sortir, retour » comme sur les téléphones.

    Pour accéder au sommaire — sauf s’il n’en a pas, mais dans ce cas l’éditeur a mal fait son travail — c’est menu, atteindre.

    Pour l’écran à fond couleur de papier journal, effectivement ça change sur les modèles récents.

Répondre à Suzanne Helen Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *