Numérique

Liseuse & ebooks : idées reçues

Mes 15 jours d’expérimentation de la liseuse (avec booken et numeriklivres) sont déjà finis, mais j’ai complètement  plongé dans la lecture numérique car j’ai commandé la liseuse kobo que je devrai avoir la semaine prochaine.

Comme je continue de lire tout et n’importe quoi sur la lecture numérique, voilà ce que je peux dire après une véritable utilisation.

Non, ça ne fait pas mal aux yeux

La liseuse n’est pas comme un écran d’ordinateur (au contraire des tablettes), elle fait appel à une technologie qui s’appelle l’encre électronique. Pour tout comprendre, c’est par là. En tout cas, concrètement, ça ne fait pas mal aux yeux du tout (on a même montré scientifiquement que ça luttait contre la fatigue oculaire).

Ce n’est pas parce que je lis numérique que je ne vais plus lire sur papier

Ces 2 pratiques de lecture sont pour moi complémentaires. J’ai surtout utilisé la liseuse dans les transports, c’est super léger (on peut la tenir d’une main au contraire d’un livre). Et j’ai continué de lire à la maison sur papier ou sur la liseuse. Pour les boulimiques de lecture comme moi, c’est juste un moyen de lire davantage ! Des chiffres ont aussi montré que les gens qui lisent numérique continuent d’acheter des livres papier.

Oui certains ebooks coûtent encore trop cher

La faute à la TVA à 19.6 ! Mais il y a tous les ebooks des textes tombés dans le domaine public, ça en fait un paquet et ceux là sont GRATUITS et puis des maisons d’éditions qui se spécialisent dans le 100% numérique et proposent une autre offre, moins cher.

La liseuse coûte cher

100 euros pour le kindle mais ensuite on est contraint d’acheter sur amazon uniquement, les textes doivent avoir un format très spécifique, donc là oui c’est un peu “l’arnaque” à mon sens, mais d’autres marquent s’alignent presque elles et n’imposent pas les mêmes contraintes.

Ecolo ?

Le système d’encre électronique fait que la liseuse consomme très peu d’énergie, mais de là à dire qu’elle est plus écolo que les livres… Un article fait le point sur cette question.

Je peux dire en tout cas que même s’ il suffit d’ouvrir son livre pour commencer sa lecture, avec la liseuse, un simple clic et on revient sur sa page en cours, c’est super pratique et efficace.

Changement de pratique de lecture ?

Il y avait Lirographe qui s’est déjà posé cette question récemment : la liseuse fait-elle de moi un nouveau lecteur ?

Je n’ai pour ma part pas suffisamment pratiqué ce type de lecture pour avoir un avis, j’ai juste eu le sentiment d’avoir la tentation de “papillonner” davantage entre les différents textes à disposition sur la liseuse et j’ai apprécié de lire de courts textes. Je verrai à l’usage comment ça évolue.

Je suis consciente que cette pratique de lecture est une révolution et qu’elle va impacter à différents niveaux toute la chaîne du livre. Peut-être que dans quelques temps, je n’achèterai plus du tout de livres papier, mais je pense au contraire que même si, à terme,  je ne vais plus que lire les romans sur la liseuse (car pour moi c’est le texte qui prime et non pas l’objet livre), je vais continuer à acheter des beaux livres, des albums, des BDs, etc.  parce que là, c’est l’objet qui compte, que j’aime & que je recherche.

Donc continuez de me faire rêver avec vos livres et je les achèterai !

 

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

45 Comments

  • clara

    Je vais m’en offrir une… parce que dans le bus par exemple, c’est plus facile pour moi d’en transportee une qu’un livre de 600 pages. Et je continuerai bien sûr à lire des livres papier. L’un n’empêche pas l’autre !

  • Jean-Basile Boutak

    Avec un Kindle, on est pas du tout obligé d’acheter seulement sur Amazon… Les sites des éditeurs numériques ou une librairie comme Immatériel propose généralement les livres en format Mobi. Et s’il n’y a que le ePub, c’est un poil plus compliqué, il faut le convertir (ça prend 1 ou 2mn tout compris).

    Après, il y a les pros et les anti kindle, mais c’est dommage qu’il y ait une vrai idée reçue dans cet article qui est censé lutter contre :-)

    • delphinesbooks

      Je sais bien qu’il existe des convertisseurs mais voilà je fais partie des anti kindle ;-) (j’aime pas les formats propriétaires &j’aime pas amazon)
      Par contre je vaiscorriger cette idée reçue qu’il faut acheter seulement sur amazon

    • Lecteursencolere

      Il est “possible” de convertir en mobi (et encore, la qualité dépends grandement de la base) tout comme il est “possible” d’enlever les DRMs, ce n’est pas vraiment ce que recherche un lecteur lambda, il faut donc être très clair sur ce point : 80% des acquéreurs de Kindle devront acheter chez Amazon.

  • Mei Ling

    Je pense m’offrir un Kindle incessamment sous peu! En théorie, tu ne peux utiliser que des fichiers provenant d’Amazon mais, en réalité, il existe des logiciels permettant de convertir les formats!

  • TheSFReader

    Comme e_jbb le dit très bien, certaines librairies ou sites vendent, en plus du format epub, directement les livres en format MOBI, qui est directement lisible par la liseuse et les logiciels Kindle, sans conversion. A noter que dans ce cas là tout de même l’ensemble des fonctionalités “Kindle” ne sont pas nécessairement supportées.

  • valou

    en ce qui me concerne le support est aussi important que le contenu, et je ne me vois pas des affinités particulières avec les liseuses, ça fait une idée de moins pour Papa Noël … ;-)

  • Carole

    Je fais encore partie des réfractaires à ce nouvel outil… Il ne faut pas oublier qu’on achète tous les ebooks sur internet. Que deviennent les libraires? Moi, quand je choisis un livre, j’aime aller en librairie pour discuter, échanger, être conseillée…

  • Asphodèle

    Je pense que les idées reçues vont s’atténuer avec le temps et que plus ou moins tout le monde y viendra un jour ou l’autre. Nous, “vieilles” lectrices (ou lecteurs) attachées au livre papier, ça ne révolutionnera pas nos habitudes mais quid de la génération montante qui n’aura connu (ou se sera habituée) QU’A la liseuse ? Je sais bien que le contenu est censé être plus important que le contenant mais il y a danger et on ne peut pas se fermer les yeux !

    • Jean-Basile Boutak

      Il y a danger ? Comme vous y allez, on dirait du Beigbeder ! Un danger, quel danger ? Qu’on désacralise le livre et en revienne à l’importance primordiale du texte sur l’objet ?

      Que des métiers disparaissent ? Et alors ? Ce n’est pas nouveau. Qui s’émeut encore de la disparition du maréchal
      ferrant ou du bâtier ? De nouveaux métiers apparaissent, pour remplacer les anciens, c’est inévitable et je vois difficilement comme on pourrait stopper quelque chose qui avance inéxorablement depuis des milliers d’années. Qui plus est, le sort des libraires n’est pas celé : on leur demande simplement d’évaluer. Certains ont amorcé la réflexion (voir Inventons ensemble la librairie de demain, de Vincent Demulière).

      A titre personnel, je ne vais pas pleurer les libraires actuel. Je vis ma lecture tout aussi bien sans eux. La faute sans doute en partie à leurs meilleurs ennemis, les gros éditeurs. Avec des amis comme cela, vous savez ce qu’on dit…

  • Asphodèle

    Danger pour le livre papier si certains ne lisent plus qu’en numérique ! Tu as raison “Et si les libraires s’y mettaient” Mais est-ce rentable pour un libraire ? Je ne sais pas, je pose la question !

    • Jean-Basile Boutak

      Comme indiqué dans mon message ci-dessus, il y a d’autres pistes que la vente du contenu. Je ne dis pas qu’ils ne doivent plus le vendre, mais ils peuvent vendre autre chose, peut-être plus vers le service. Débarrassé des tas de livres, les librairies peuvent redevenir des lieux de rencontre qu’elles ne sont plus que très rarement.

  • sophie

    Jean-Basile, je suis d’accord avec toi sur tout. Oui, il y a des éditeurs – dont je fais partie – qui proposent leurs livres au format Mobi, donc, non, on n’est pas obligés de passer par Amazon. Et pas besoin de convertisseurs non plus, Mobi est le format Kindle.

    Sur les libraires, je pense aussi qu’ils pourraient plus se spécialiser et devenir des lieux de vrais passionnés, qui trouveraient leurs petites pépites, des livres vraiment jolis, qui valent le coup d’être achetés en papier (dans la musique, on voit des artistes qui font de gros efforts pour leurs pochettes – le dernier Tom Waits p.ex. un vrai petit livre cartonné – on pourrait voir la même chose pour le livre). Et aussi des lieux de rencontres et de conseils, comme tu le dis – mais alors peut-être qu’ils devront systématiquement faire café, pour gagner quelques sous… (oui, cela changerait pas mal la profession !)

    • delphinesbooks

      Des éditeurs qui font des jolis livres, il en existe déjà, heureusement :-) mais ces livres là sont souvent noyés dans la masse… (des blockbusters) et pourant ce sont ceux aussi que j’ai encore envie d’acheter.
      C’est sûr, les libraires vont être amenés à évoluer dans leur métier et à vendre différemment. Moi par exemple j’adorerais ouvrir une libraire/café….

      • Jean-Basile Boutak

        Je crois aussi au développement de l’impression à la demande ! Même si je privilégie aujourd’hui la lecture numérique (ça ne s’est pas fait en un jour pour moi non plus) et que la disparition du livre papier ne m’angoisse pas particulièrement, je ne souhaite pas pour autant sa mort. J’espère davantage que l’on trouve un équilibre, qui tranquillise les lecteurs de tous bords, et cesse de les opposer. Quel que soit notre support, c’est la littérature que l’on aime ! Je rêve d’un café-librairie ou je pourrais venir avec ma liseuse et d’autres avec leurs livres papiers, et où on pourrait discuter d’une même lecture sans plus faire attention au support.

        Pour revenir brièvement aux libraires d’aujourd’hui, je pense que ce n’est pas le numérique qui leur fait du mal… Le marché est marginal pour le moment (même si ça “explose” de manière visible ces derniers mois) et cela fait plusieurs années qu’on entend que les chiffres de la libraire indépendante sont mauvais.

  • Lystig

    J’ai demandé à faire partie des testeurs de la liseuse… On verra. Parce que je suis très partagée : j’aime renifler un livre papier, feuilleter, revenir quand je lis (si je remarque qq ch) et noter sur un post-it à la fin du livre une citation, une remarque, avec une liseuse plus difficile. et quels choix ? parce que si dans le domaine public, il y a surtout Balzac, Verne et Hugo… je ne vais pas tenir (trois écrivains que je n’aime pas)! et où je colle mon post-it ? et ça prend de la place dans un sac à main ? pas de risque de se le faire voler dans le tram ????? (parce que les smartphones, ça se vole facilement !)
    déjà, si tu me dis que cela ne fatigue pas les yeux, ça fait pencher la balance…
    (et chaque année, j’ai droit à : une machine à thé à dosette, ça te branche ? (NAN, je préfère ma chaussette à thé et mes feuilles) et une liseuse ?)

  • NiNe Gorman

    Moi je n’ai pas une liseuse à encre electronique, donc forcement ça fatigue un peu les yeux, mais sans plus au final. Quand on part en vacance, une liseuse forcement ça allège le poids de la valise :)

  • Asphodèle

    Haaan ! “Une librairie débarrassée de tous ses livres” !!! Je rêve ! Que les librairies évoluent et offrent d’autres services tels des espaces conviviaux, je suis POUR, je sais aussi que le marché du livre se porte déjà mal (ce n’est pas la liseuse qui va le détruire mais ça ne peut pas l’arranger), je sais que la lecture va mal, ne soyons pas démagogues, je ne souhaite pas entretenir un combat d’arrière-garde perdu d’avance mais débarrasser une librairie de ses livres ??? J’en suis pantoise ! A quand le tour des bibliothèques ? Je pense que l’on s’éloigne un peu du sujet…

  • Asphodèle

    Tss tss ! Il a dit DES tas de livres ! Déjà qu’il m’a traitée de Beigbeder, hé ho ! :) Mais si on suit l’idée jusqu’au bout pourquoi ne pas vider les bibliothèques des parchemins que plus personne ne lit ? et mettre des ordis partout à la place ? Je m’adapterai quoiqu’il arrive car je ne peux pas vivre sans lire, mais quand même… autant enterrer les libraires avant qu’ils ne soient tout à fait morts ;)

    • delphinesbooks

      Je crois (enfin j’espère) qu’on est tous d’accord sur ce point. La question de la conservation est un autre sujet que la commercialisation des livres.

  • Xtinette

    Je trouve que le Kindle c’est abordable par contre j’ai été choquée de voir que les livres en version numérique sont quasi 2 fois plus chers qu’en version papier quand il s’agit d’un livre sorti en poche ! ça perd tout son intérêt ! Je n’achète jamais d’édition première parce que justement c’est trop cher donc c’est pas pour payer 10 euros la version numérique d’un livre sorti en poche. Mais sinon, j’aime beaucoup le concept !

  • Jean-François

    Pourquoi vous concentrez sur le support? Que l’objet disparaisse qu’est-ce que ça peut faire ? Le papier n’est qu’un support. Vous lisez un texte, un roman, un guide, un essai, vous ne lisez pas un livre. L’important, ce n’est pas le livre, c’est la lecture. Défendons la lecture, les supports ne sont qu’un véhicule. Il est tout aussi agréable de lire en numérique que de lire en papier. Ceux qui n’ont jamais essayé sont placés pour venir faire des commentaires. Et puis dans ceux qui se plaignent, combien d’entre vous ont pris l’habitude de télécharger de la musique sur MP3 ? Beaucoup et personne ne se plaint que les disquaires disparaissent. Le livre n’est pas quelque chose de sacré. Et j’espère que le numérique va justement désacraliser la pratique de lire. J’y crois en tout cas. Sacralisons le fait de lire et non le livre. Des métiers ont disparu avec le temps, c’est comme ça. On ne peut pas vouloir d’un côté que la société se modernise et progresse, et d’un autre sauver des métiers qui ne seront plus utiles. Il faut en inventer d’autres, tout simplement. Ne pas penser avec des idées conservatrices mais avec une vision. Je ne crois pas que personne ici ne retournerait à la rivière pour aller chercher de l’eau pour faire la vaisselle. Des livres papiers, il y en aura toujours mais de moins en moins, c’est une évidence. Qu’est-ce que cela peut bien faire tant que le goût de lire, lui, survit et je dirais même se développe encore plus ?

    • aircoba

      Non le papier n’est pas qu’un support. Tout comme le disque n’est pas qu’un support. C’est un objet. Et j’ai une relation avec un objet. Je peux te dire quand j’ai acheté tel livre, où, avec qui j’étais, si j’étais dans cette petite librairie en bas de chez moi ou la grande enseigne de la ville où j’ai fait mes études. Un objet a une place dans ma mémoire. Retomber sur un livre, réécouter un disque, c’est aussi l’occasion de faire émerger un souvenir. Il y a plein de choses qui se lient à un objet. Tout ça, le livre électronique, le MP3 et tous ces trucs dématérialisés ne le permettront jamais. Parce qu’ils ne s’inscrivent dans aucune relation particulière. Si c’est ça le futur, je vous le laisse. Moi j’préfère continuer à vivre dans le passé, acheter des disques et toucher des livres. L’avenir de mes souvenirs en dépend.

      • delphinesbooks

        Je comprends cet attachement à l’objet, je le ressens pour certains livres, mais je le redis pour moi la littérature c’est avant tout un texte, peu importe le support. Les souvenirs liés au texte en tant que tel sont pour moi très fort, quand je relis un extrait d’un texte que j’ai aimé, que je le lise sur mon ordi ou sur un livre papier, les souvenirs reviennent et les émotions sont là, bien réelles. Pour la musique, pour moi, c’est pareil, je n’ai jamais été sensible au support (mais je vis avec qq1 pour qui ça l’est, je vois à quel point on est différent).

  • Franck

    Peut être que les libraires devraient innover… Le marché évolue. Ils doivent s’adapter.

    J’espère qu’un jour lorsqu’une personne achètera un livre papier, le livre électronique sera offert…

    Et comme beaucoup je suis convaincu que c’est la lecture qui est importante et non le support.

  • Elessar

    Bien, ça résume assez bien mon avis de lecteur numérique également.

    Pour Amazon, effectivement leurs liseuses sont centrées sur leur propre format propriétaire, souvent verrouillé d’ailleurs. Elles ne prennent pas en charge le standard EPUB, ce qui est un défaut volontaire majeur. Certes, ça peut toujours se convertir en Mobipocket, mais ce n’est pas pratique pour autant, et ce format est vraiment une vieillerie amenée à disparaître : il est basé sur HTML 3.2 ou 4.0, c’est dire…

    Bref, des contournements existent certes, mais l’esprit des liseuses Amazon, c’est la fermeture, le verrouillage. D’ailleurs ils n’hésitent pas à utiliser leurs DRM pour supprimer à distance le droit de lecture de leurs clients, cf. l’affaire 1984. Donc à moins de vraiment être conscient de la volonté de verrouillage d’Amazon et d’être prêt à s’y soumettre, les liseuses Kindle sont vraiment à éviter. En tout cas, la moindre des choses est de se renseigner avec d’en acheter une sans réfléchir, ou pire, d’en offrir une, parce que ce serait un vrai cadeau empoisonné.

  • Lecteursencolere

    Je pense que je suis devenu un autre lecteur depuis que je lis en numérique.
    Tout d’abord, j’ai repris une activité que j’avais délaissée par le passé : à 25€ le livre (et oui, je suis un “grand format neuf”) on réfléchi à deux fois avant d’acheter, donc peu de nouvel lecture sur une année.
    Je ne “papillonne” pas vraiment au sens ou tu l’entends, mais j’abandonne sans pitié un livre qui ne me convainc pas assez rapidement. Là où j’aurai fini envers et contre tout un livre papier, je délaisse le livre numérique sans sourciller.
    Avec les pure-player, je consomme au gré des billets de ci de là, je ne regarde même pas les critiques ou le contenu, les prix étant suffisamment attractifs. Avant je sélectionnait mes lectures après analyses des critiques, résumé et autres conseils.
    Au final je dépense plus qu’avant, mais j’ai plus de livres.

  • Christw

    Je suis récent dans le club des lecteurs numériques. Je n’ai guère d’expérience dans cette technique de lecture.
    Je vais disposer d’une liseuse Sony en prêt. En attendant je m’informe. Vous avez choisi Kobo. Par quoi avez-vous été motivée ?
    Est-il possible d’annoter facilement les pages via un clavier écran et surligner par exemple ? Est-ce une fonction de base des liseuses courantes ?
    Merci. Bon dimanche !

    • delphinesbooks

      Je me suis renseignée auprès d’Aldus pour choisir ma liseuse, les sony sont de bons outils mais plus chers. Le kobo est un très bon rapport qualité prix. Il y a effectivement une fonction annotation avec un clavier mais personnellement je ne m’en sers pas du tout, donc je ne peux pas vous en dire plus. Mais je crois effectivement que c’est une fonction qui existe sur la plupart. Bon dimanche !

Répondre à Carole Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *