Club de lecture

Club de lecture PLEA, deuxième !

Où nous avons appris que Jane Austen se prononce Djeillene Ostène et non Ostine comme nous pauvres français le prononçons fièrement*

Bon, j’ai perdu mon enthousiasme de lire mais au moins, je n’ai pas perdu mon enthousiasme de partager, c’est rassurant !

Hier se tenait donc à l’imprévu café dans le centre de Paris la 2ème rencontre du club de lecture (PLEA) qui réunit Cathy (non blogueuse), Blanche, Sophie & Julie. La lecture commune décidée en décembre était Une femme fuyant l’annonce de David Grossman. Un livre que j’avais envie de lire car il a été élu meilleur livre de 2011 et a reçu de nombreux éloges.

Julie, qui nous rejoignait pour la 1ère fois, avait lu ce livre avec enthousiasme et a ainsi eu envie de nous le faire découvrir.

Il est toujours difficile de résumer ces échanges assez libres où les réflexions des unes nourrissent celles des autres et où notre avis de lecture peut même varier au cours de la discussion quand une personne apporte un nouvel éclairage sur un passage du livre par exemple. C’est d’ailleurs toute la richesse de ces échanges.

En tout cas, le moins que l’on puisse dire, c’est que même si ce livre n’a pas fait l’unanimité, les discussions furent très riches !

En effet, Cathy a commencé par dire qu’elle avait détesté ce livre, qu’elle a trouvé “too much”. Trop d’émotions grandiloquentes, trop de grands sentiments, trop d’hystérie. Et puis trop de détails dans l’écriture aussi. Trop lourd. Et donc qu’au final, elle n’a pas été touchée.

Nous sommes toutes vite tombées d’accord sur le fait que ce livre, qui parle d’une famille en Israel et qui dépeint un pays marqué par les guerres et les conflits, est difficile à lire, car très oppressant et d’entrée de jeu avec la scène du début.

Mais certaines, et Julie la première, ont été touchées par cette femme, Ora, l’héroïne du livre. Elle l’a trouvée terriblement humaine dans ses défauts. D’autres, comme Sophie, ont été tellement agacées par cette femme qu’elles n’ont pas vraiment pu apprécier cette lecture.

Nous avons échangé sur de nombreux passages qui nous ont  semblé surréalistes ou peu compréhensibles pour tenter de les comprendre. Mais nous avons surtout analysé ce personnage de femme porté par Ora, qui en partant en randonnée avec son ancien amour de jeunesse, Avram, va lui raconter et à nous lecteur, sa vie de femme et plus particulièrement sa vie de mère. Une femme qui subit son destin de bout en bout et qui dans un geste désespéré part faire cette randonnée en Galilée pour échapper à la mort potentielle de son fils, en partant ainsi, elle espère le protéger.

Tout est lourd et complexe dans ce livre, les 2 enfants d’Ora sont passés par des moments des “folie”, les relations difficiles avec Ilan, la mari d’Ora et son incapacité à gérer ses enfants. Et puis le contexte, Avram fait prisonnier par les Égyptiens et torturé, revenu mort-vivant.

Celles qui ont aimé ce texte ont vu Ora changer au cours du livre, se libérer, devenir plus humaine alors qu’au début, elle est dans une logorrhée sans fin avec Avram, à la fin, le dialogue s’est installé. Et puis c’est un livre qui touche car il se ferme par un texte de l’auteur qui y adjoint sa propre histoire, son fils, mort à la guerre alors qu’il rédigeait ce texte.

——

Nous avons également alimenté nos discussions avec quelques questions posées précédemment :

► Quel est le livre que vous emporteriez sur une île déserte ou en cas d’incendie ?

► Quel est le livre qui vous aide à vivre ?
► Quelle est la première lecture vraiment importante, celle qui a provoqué le déclic, si vous avez toujours aimé lire ou pas, votre premier souvenir de lectrice… ?
► Quel personnage de roman auriez-vous aimé être ?
► Quel est votre auteur fétiche ?
► Quel livre aimeriez-vous faire découvrir au monde entier ?

Des questions où il a été difficile de choisir un seul texte pour certaines, moi la première, mais qui ont permis de mieux nous connaître. Et qui ont aussi permis de découvrir des textes, depuis La dynastie des Forsyte de John Galsworthy, à Anne… la maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery en passant par les livres de notre enfance.

Enfin, il a fallu se décider pour la future lecture, qui sera Le premier été de Anne Percin, proposé par Cathy.

Rendez-vous début février pour en parler !

* Chose que je suis censée connaître, en même temps, c’est un auteur que je n’ai pas étudié pendant mes études de littérature anglaise..

 

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

3 Comments

  • Roederer AnneMa

    bonjour,
    nous serions intéressés d’utiliser la photo N&B de club de lecture des années 50 qui se trouve en haut de votre page.
    Est ce une photo qui vous appartient? y a-t-il des droits de reproduction? seriez vous d’accord?…. pour en parler,
    pouvez-vous nous contacter rapidement. Merci
    bonne fin de journée
    amr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *