Littérature américaine

Home de Toni Morrison

Je n’avais encore jamais lu un livre de cet auteur, il était grand temps de rattraper cette erreur avec la lecture de Home. Pas sûre que ce soit son meilleur roman, mais je peux dire que j’ai eu l’impression de lire un livre, fort et juste. Qui m’a donné envie de découvrir le reste de l’oeuvre de cet écrivain majeure de la littérature américaine d’aujourd’hui.

Comme souvent dans ses autres livres, Toni Morrison interroge le passé, l’histoire lourde de son pays face à sa communauté. Elle le fait avec intelligence et force, en peu de mots, mais très évocateurs.

Elle nous plonge ici au coeur des années 50, dans une Amérique où la ségrégation bat son plein, une Amérique pleine de violence.

En 150 pages qui se lisent comme si elles étaient bien plus, on vit aux côtés de Franck Money, ancien soldat revenu de Corée traumatisé et de sa jeune soeur, meurtrie dans son âme et dans sa chair. Dans certains courts chapitres, on se retrouve dans la tête de Franck et de ses souvenirs ravageurs de la guerre et du passé, le reste est écrit à la troisième personne. La scène d’ouverture est reprise à la fin, la boucle est bouclée.

En très peu de mots donc, l’auteur explore des thématiques aussi importantes que la guerre, la ségrégation, le racisme, la violence, le poids et l’importance des liens familiaux, la rédemption, le pardon, le courage, la culpabilité…

Tout n’est pas dit, le fait même que les héros du livre soient noirs n’est jamais clairement exprimé et tout prend ainsi plus de force et d’ampleur.

Au delà de la violence et des propos très durs contenus dans ce texte, il y a de l’espoir, l’espoir de lendemains meilleurs et un profond humanisme (les relations si fortes entre Franck et sa soeur m’ont profondément émue). Les personnages sont beaux et puissants, symbolisant tout un pays en prise avec ses démons, mais porteur d’espoir malgré tout.

On a l’impression que Toni Morrison a su dresser ainsi un portrait condensé sans concession de cette période trouble des Etats-Unis. Un livre à lire rien que pour ça.

————————-

Merci aux matchs de la rentrée littéraire de price minister pour l’envoi de ce livre auquel je mets 17.

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

17 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *