BD du mercredi,  Livre graphique/BD

Les années douces de Jirō Taniguchi [Bd du mercredi]

J’avais adoré le livre de Hiromi Kawakami. J’en garde un souvenir toujours aussi vibrant et ému aujourd’hui. C’est un livre que je continue de conseiller autour de moi, je garde en mémoire son charme et sa singularité.

20141122_091255

Pour cela, j’appréhendais un peu de lire cette adaptation en manga, comme quand on voit un film adapté d’un livre qu’on a adoré. La peur d’être déçue, en même temps, je ne prenais pas trop de risque avec une adaptation par ce mangaka-là. En effet, Je tombe sous le charme du trait si fin et si délicat de Taniguchi à chaque fois.

Les années douces, ça parle de quoi ?

C’est l’histoire de Tsukiko et du “maître” (son ancien professeur qu’elle ne peut se résoudre à appeler autrement). Elle est trentenaire, célibataire, il est beaucoup plus âgé et seul. Ils se retrouvent au début par hasard dans le même restaurant, mangent (pleins de mets qui nous sont complètement exotiques) et boivent de la bière ou du saké (chaud) ensemble. Certains rendez-vous deviennent alors des hasards provoqués. Le livre tout comme le manga raconte les rencontres au restaurant mais aussi les sorties (cueillette aux champignons).

annees_douces_image1.jpg

Au final, j’ai pris beaucoup de plaisir à me retrouver aux côtés de ces 2 personnages si singuliers, les accompagner au restaurant, les voir se régaler et s’enivrer. Partager des moments avec eux hors du temps. Et tout doucement voir leur relation évoluer.

Taniguchi a parfaitement su rendre l’ambiance du livre qu’il a adapté hyper fidèlement, les personnages sont tels que j’aurais pu les imaginer, le maître reste aussi mystérieux que dans le livre, Tsukiko est très attachante et émouvante (Et pour une fois, je trouve que Taniguchi a très bien su représenter une femme).

Tout comme dans le livre, il ne se passe pas grand chose, le rythme est lent, au rythme des rencontres (ou non rencontres) des 2 personnages, mais le charme opère totalement. Les personnages sont terriblement attachants et émouvants. Beaucoup de mélancolie et de poésie se dégagent des dessins de Taniguchi tout comme des mots de Kawakami.

Cette adaptation est une belle réussite et une très jolie façon de prolonger le livre.

Retrouvez toutes les BD du mercredi chez Mango.

Logo BD noir

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

17 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *