and More

Les jours sombres

Ces jours où…and pédagogue,  Janusz  Korczak, et qui me donnent envie de me plonger dans ses écrits tant ces mots-là sonnent juste.Vous dites : 

– C’est épuisant de s’occuper des enfants.

Vous avez raison. 

Vous ajoutez :

Parce que nous devons nous mettre à leur niveau. Nous baisser, nous pencher, nous courber, nous rapetisser. 

Là, vous vous trompez. Ce n’est pas tant cela qui vous fatigue le plus, que le fait d’être obligé de nous élever jusqu’à la hauteur de leurs sentiments. 

De nous élever, nous étirer, nous mettre sur la pointe des pieds, nous tendre. Pour ne pas les blesser.

(prologue de Quand je redeviendrai petit)

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

6 Comments

  • Madame

    J’avais lu et partagé sur Fb les mots de ta lectrice ♥ J’ai découvert, avec ma petite, les limites de la patience et les cris, les colères, je ne connaissais pas. C’est épuisant. Bises

  • Accalia

    C’est très joli. Je m’en souviendrais d’ici quelques mois. Ici, c’est l’angoisse de séparation + les dents qui commencent et ce n’est pas simple. Mais bon, cela n’a rien à voir avec le Terrible Two….

  • Déborah

    J’ai lu “Comment aimer un enfant” de Korczak. Ce livre m’a terriblement ému. En fait, c’est son auteur qui m’a ému, dans l’empathie dont il fait preuve.
    Aucun jugement, ni envers les enfants dont il parle, ni envers les adultes qui s’en occupent, juste une grande compréhension de l’âme humaine.
    Du coup, il donne une grande force pour affronter des situations difficiles, tant avec ses propres enfants qu’avec ceux des autres (je suis enseignante en collège).

    Un lien vers la fiche babelio :
    http://www.babelio.com/livres/Korczak-Comment-aimer-un-enfant-suivi-de-Le-droit-de-lenf/147231

    Et c’est vrai qu’il peut être douloureux d’accepter de ne pas être parfait(e), d’avoir dérapé, de ne pas réussir à vivre dans le monde de “oui-oui” en permanence. Mais l’essentiel est ailleurs, il se construit aussi dans l’acceptation, puis la reconnaissance de ses erreurs et de ses faiblesses pour qu’elles apparaissent bien comme tel à notre enfant.

    Bon courage et joyeuses fêtes de fin d’année.
    Déborah

    • delphinesbooks

      Merci beaucoup pour ce commentaire. J’ai acheté un livre de Korczak, un autre titre, il faut que je trouve le temps de le lire…
      Très bonnes fêtes aussi !

Répondre à Mélo Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *